Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

GTT : du nouveau dans la procédure d'appel contre l'ordonnance de la Korea Fair Trade Commission
information fournie par AOF02/12/2022 à 18:13

(AOF) - Par une décision en date du 1er décembre 2022, la High Court de Séoul a partiellement fait droit à l'appel de GTT contre l'ordonnance rectificative (corrective order) de la Korea Fair Trade Commission en annulant l'amende administrative de 9,5 millions d'euros payée par GTT début 2021. Dans la même décision, la High Court de Séoul a confirmé l'obligation de la société de séparer l'accord de licence technologique de l'assistance technique si les chantiers navals coréens le demandent.

La société étudie actuellement en détail cette décision afin de définir les actions les plus appropriées à mettre en œuvre pour faire valoir ses droits.

GTT considère que son expertise unique est la clé d'un développement sûr du transport maritime de GNL, lui permettant de fournir des technologies toujours plus innovantes, sûres et performantes, pour le bénéfice de l'ensemble de l'industrie.

La société tiendra le marché informé de tout développement significatif sur ce sujet.

AOF - EN SAVOIR PLUS

Points clés

- Leader mondial de la conception de systèmes de confinement à membranes cryogéniques utilisés pour le stockage et le transport naval du GNL ou gaz naturel liquéfié ;

- Chiffre d’affaires de 315 M€, réalisé à 94 % dans la construction de réservoirs ou navires stationnaires et tiré aux 9/10èmes de redevances, d’où des marges supérieures à 50 % ;

- Modèle d'affaires de capitalisation sur la croissance des marchés du gaz naturel (25 % de la consommation d'énergie attendu pour 2040) et du GNL carburant (« Global Sulphur Cap », incitatif à la propulsion des navires de commerce par GNL) et d’extension de l’offre de services au travers d’acquisitions ;

- Capital détenu à 21,45 % par Engie, Philippe Berterottière étant PDG du conseil d’administration de 9 membres ;

- Bilan très solide exempt de dettes avec une trésorerie de 168 M€ à fin juin.

=/ Enjeux /=

- Stratégie 2019-2021 de réponse, notamment par l'innovation digitale, à un secteur maritime moins émetteur d'émissions carbone, et d'obtention de 524 M€ de chiffre d’affaires cumulé ;

- Stratégie d’innovation dotée d’un budget recherche & développement de 20 M€, visant à renforcer les technologies de gestion du gaz, à améliorer les solutions Mark Systems et NO 96, à réduire les impacts carbone via l’intelligence artificielle et le Smart Shipping et à participer à la croissance du marché de l’hydrogène ;

- 1ère ETI française par le nombre de dépôts de brevets, 8/10èmes du carnet de commandes provenant de technologies proposées depuis moins de 3 ans,

- certification des technologies destinées au GL carburant ;

- partenariat avec l'incubateur marseillais Zebox, spécialisé dans le transport maritime ;

- Stratégie environnementale d’ambition net zéro 2025 pour les émissions de carbone de la société ;

- Montée en puissance des activités de service portées et des offres aux GBS (fonds sous-marins, transport d’éthane…) ainsi que du stockage d’hydrogène vert porté par la filiale Elogen (partenariats dans la conception d’hydrogéniers et catalyseurs) ;

- Carnet de commandes record : 269 unités dont 250 méthaniers et 70 unités dont 42 cuves pour le GNL carburant d'où une visibilité jusqu'en 2029.

Défis

- Conflit russo-ukrainien : risque élevé de report ou annulation de contrats :

- conception en cours de cuves de 15 méthaniers brise-glace pour le chantier Zvezda perturbée par les sanctions sur les importations de produits et fin du contrat avec Saren,

- maintien des commandes en cours dans les chantiers navals asiatiques de 6 méthaniers brise-glace et 2 FS pour les projets arctiques russes., soit 38 M€ de revenus d’ici 2023,

- maintien des commandes de 8 méthaniers conventionnels dans des chantiers asiatiques, à destination du projet Arctic LNG2 mais opérables ailleurs ;

- Autres risques géopolitiques : Qatar, Malaisie et Indonésie qui regroupent plus de la moitié de l’offre mondiale de liquéfaction de GNL ;

- Cherté du GNL en Europe : risque de ralentissement des prises de commandes ;

- Après un repli de 7,5 % des revenus à fin septembre, confirmation de l’objectif 2022 de 290-320 M€ de revenus et de 140-170 M€ de bénéfice opérationnel, plutôt dans le bas de la fourchette ;

- Vers un exercice 2023 de hausse significative des résultats et du chiffre d’affaires ;

- Acompte payable en décembre de 1,55 € sur un dividende 2022 au moins égal à celui de 2021.

Menace sur le système énergétique européen

Premier importateur de gaz allemand, Uniper affiche 54 % des volumes qu'il achète en provenance de Russie. Suite à la guerre en Ukraine, le groupe doit acquérir les volumes qui lui manquent sur le marché au comptant, dont les prix ont explosé. En difficulté, il a sollicité une aide de l'Etat allemand, ce qui fait peser des inquiétudes sur l'ensemble des énergéticiens européens. Néanmoins l'allemand RWE et le français Engie ont réagi en faisant valoir que leur situation était très différente. RWE a souligné qu'il était moins dépendant du gaz russe. Quant à Engie, il bénéficie de la diversification de ses sources d'approvisionnement, avec une augmentation des volumes de GNL livrés en France et des contrats avec la Norvège et l'Algérie. Par ailleurs le groupe a adapté sa stratégie de couverture pour renforcer sa résilience.

Valeurs associées

Euronext Paris +1.17%

0 commentaire

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.