1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Grèce, une facture potentielle élevée pour la France
Le Point27/01/2015 à 16:06

François Hollande a invité Alexis Tsipras à se rendre à Paris rapidement.

Le nouveau Premier ministre grec de la gauche radicale Alexis Tsipras veut alléger la dette grecque. Les Européens, qui ont prêté 194 milliards d'euros au pays, sont en première ligne. Le point sur ce que risque la France en cas de défaut grec ou de sortie de l'euro. Deuxième économie de la zone euro, l'Hexagone est particulièrement exposé. Dans le cadre du premier plan d'aide de 2010, la France a déboursé 11,38 milliards des 52,9 milliards prêtés par les Européens sous la forme de prêts bilatéraux, rappelle Éric Dor, directeur des études économiques à l'Ieseg School of Management. Soit plus de 21 % contre près de 29 % pour l'Allemagne (voir tableau). De l'argent que les deux pays ont eux-mêmes emprunté sur les marchés, ce qui a aggravé leur taux d'endettement. En cas de non-remboursement, les Français perdraient donc de l'argent, mais ne verraient pas l'endettement du pays augmenter, puisque cette aide a déjà été comptabilisée. En revanche, cela aggraverait le ratio de déficit public. À ces 11,38 milliards de facture potentielle, il faut ajouter la part française dans le deuxième plan d'aide à la Grèce destiné à faciliter la restructuration de la dette détenue par les investisseurs privés, à recapitaliser les banques grecques en difficulté et à continuer à financer le pays. Cette contribution passe par des garanties apportées sur les emprunts du Fonds européen de stabilité financière (FESF). Cette institution de...

Lire la suite sur Le Point.fr

14 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • mlemonn4
    27 janvier17:22

    Si nous payons la facture grecque ce sera bien de lsa faute de nos politicards de droite comme de gauche avec leur pensée unique; d'ailleurs, les français devraient également demandaient des comptes à Sieur Chirac lorsqu'il a effacé la dette de 25/30 milliards des Africains, avec quel argent, si ce n'est celui des contribuables et du peuple français!l'argent prété à certains pays africains s'est retrouvé pour une partie dans des comptes bancaires suisses au nom des dirigeants formés en France!

    Signaler un abus

  • jep02
    27 janvier17:20

    Il invite tout le monde. C'est connu, en France, on rase gratis.

    Signaler un abus

  • Aston54
    27 janvier16:48

    @alainb57 un béotien vous fait remarquer que TOUS les pays se sont fait berner par la Grèce et ses comptes maquillés avec l'appui de Goldman Sachs!!! Alors remettre la faute uniquement sur Sarko c'est faire preuve d'une mauvaise foi certaine!

    Signaler un abus

  • M1765517
    27 janvier16:45

    il serait temps de vivre au prorata de ses possibilités et d'arreter de gerer selon des hypothetiques statistiques.

    Signaler un abus

  • M9244933
    27 janvier16:45

    Cambio +1. J'ajoute (pour les béotiens que nous sommes) que la Grèce a rejoint la zone euro le 01/01/2001. Pas sous S non plus...

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer