1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Grèce : Syriza se divise avant le vote du Parlement sur le plan d'aide
Le Parisien14/08/2015 à 00:11

Grèce : Syriza se divise avant le vote du Parlement sur le plan d'aide

Avant la tenue vendredi d'une réunion des ministres des Finances de la zone euro, le Parlement grec devait adopter dans la nuit de jeudi à vendredi  l'accord avec les créanciers du pays, grâce à l'apport de voix de députés de l'opposition. Cet accord expose le Premier ministre Alexis Tsipras à la défiance  tant de l'Allemagne, réservée sur le texte, que de Syriza son propre parti politique, profondément divisé.

La perspective d'une scission du parti de gauche radicale, arrivé au pouvoir pour la première fois en janvier, n'est plus un tabou et les frondeurs semblent avoir débuté une campagne en vue de constituer leur propre formation pour des législatives anticipées qui pourraient avoir lieu à l'automne. Syriza et son allié, le petit parti de droite souverainiste ANEL, comptent 162 députés sur 300 au Parlement (149 + 13). Lors de deux précédents votes sur le plan d'aide, les 15 et 22 juillet, M. Tsipras ne l'avait emporté que grâce aux voix de l'opposition. La première fois, il lui avait manqué les voix de 39 élus de Syriza (32 non, 6 abstentions et une absence) et la deuxième fois 36 (31 non et cinq abstentions). Les 13 députés d'ANEL avaient voté oui. Si le soutien des élus de la coalition tombait en-dessous de 120 pour le vote à venir, M. Tsipras devrait automatiquement convoquer des élections législatives anticipées, ce qu'il semblait déjà envisager.

Vers la création d'un mouvement «anti-mémorandum» issu de Syriza ? L'ancien ministre de l'Energie, Panagiotis Lafazanis a fait un pas de plus dans cette direction jeudi matin en appelant, dans une déclaration écrite signée par d'autres membres de Syriza, à la «constitution d'un large mouvement panhellénique (...) de lutte contre le nouveau memorandum, l'austérité et la mise sous tutelle du pays». «La décision de Panagiotis Lafazanis d'annoncer aujourd'hui (...) l'esquisse d'une nouvelle entité politique, concrétise sa décision très prévisible ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer