Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

GRAPHES-Vers un statu quo de la Fed sur les taux en 2015 ?

Reuters26/01/2015 à 19:24

* Le dollar en forte hausse depuis mi-2014 : http://bit.ly/1uRM2De * Baisse du chômage mais salaires atones : http://bit.ly/1JOMVxE * Freinage des prix avec celui de la population active : * http://bit.ly/1zhSS6z 26 janvier (Reuters) - Le consensus des économistes anticipe une première hausse des taux directeurs de la Fed à la mi-2015 et s'attend à ce que la réunion du comité de politique monétaire de la Fed de cette semaine vienne confirmer ce scénario. Pourtant, les raisons ne manquent pas qui plaident pour un report dans le temps d'un durcissement de la politique monétaire américaine en seconde partie d'année voire l'année prochaine. Le scénario d'un maintien d'une politique de taux zéro avec des taux longs inférieur à 2% cette année serait certes une surprise mais n'est pas exclu. L'appréciation récente du dollar est clairement un problème pour la banque centrale américaine, soulignent les stratégistes d'Aurel BGC. L'indice du dollar américain pondéré par les échanges extérieurs avec les principaux partenaires commerciaux des Etats-Unis .DXY a progressé de 17,5% au cours des six derniers mois. Graphique sur l'évolution de l'indice DXY depuis début 2010 : http://bit.ly/1uRM2De Certes l'économie américaine est peu ouverte sur l'extérieur, la majorité des échanges extérieurs américains étant intra-groupes et les entreprises payant leurs matières premières en dollars. "Toutefois, dans la situation présente ce mouvement est très négatif et amplifie les pressions déflationnistes dans l'économie, via une intensification de la concurrence étrangère au moment où l'avantage compétitif venu de l'utilisation du gaz de schiste comme source principale d'énergie primaire diminue avec la baisse des prix du pétrole", ajoute Aurel BGC. Une remontée trop rapide de ses taux directeurs par la Fed alors que la Banque centrale européenne et la Banque du Japon injectent massivement des liquidités, pourrait par ailleurs l'exposer à une sur-réaction du dollar. Pour les partisans d'une hausse des taux au sein du comité de politique monétaire de la Fed, l'impact de la baisse des prix énergétiques sur l'inflation sera temporaire et le recul continu du taux de chômage va se traduire à terme par des pressions salariales en hausse. Un rebond des salaires augmenterait significativement les coûts de production des entreprises et induirait des pressions inflationnistes plus durables. Toutefois, la relation entre l'évolution du taux de chômage et celle du salaire horaire est loin d'avoir été évidente depuis la sortie de la crise financière de 2007-2008. De plus les dernières statistiques publiées par le département du Travail montrent que les tensions salariales restent faibles. Graphique sur l'évolution du taux de chômage et celle du salaire horaire : http://bit.ly/1JOMVxE La comparaison de l'évolution de la croissance sur longue période de la population active et de celle l'indice des prix ne plaide pas non plus pour une montée de tensions inflationnistes aux Etats-Unis, bien au contraire. Graphique sur l'évolution du taux de croissance annuel moyen de la population active et des prix de détail sur longue période aux Etats-Unis depuis les années 60 : http://bit.ly/1zhSS6z Si une hausse des taux directeurs de la Fed devait intervenir plus tard qu'ancticipé, le marché obligataire devrait en bénéficier avec des rendements toujours déprimés. Pour les marchés actions, le signal serait plus mitigé, relèvent les stratégistes d'Aurel BGC. "L'absence d'accélération des salaires ne permet pas d'anticiper une solide croissance de l'économie américaine soutenue par la consommation et les pressions déflationnistes ne sont pas forcément un élément très positif pour le chiffre d'affaires des entreprises." * Fed preview. Staying the course. Global Economics. Exane BNP Paribas. 26 janvier 2015. * Incertitudes 2015 : Et si le Fed ne pouvait pas remonter ses taux directeurs... Point mensuel. Aurel BGC. Janvier 2015 * Crazy little thing called rates. Equity Strategy. Global. Bank of america Merrill Lynch. 18 janvier 2015. (Marc Joanny)


Mes listes

valeur

dernier

var.

0.642 +0.31%
0.08 0.00%
66.38 -0.12%
1.231 0.00%
138.82 -0.19%
0.359 -2.84%
1.94 -3.48%
1.278 0.00%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.