1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

GRAPHES-GB-L'inflation empêche la livre de profiter des déboires de May
Reuters13/06/2017 à 12:56

 (au §5 bien lire que Joyce Anelay a remplacé David Jones au 
ministère du Brexit) 
    PARIS, 13 juin (Reuters) - La livre sterling ne parvient pas 
à profiter du désaveu électoral infligé par les électeurs 
britanniques à la première ministre Theresa May, qu'ils ont 
privée de majorité absolue à la Chambre des communes, alimentant 
les anticipations des intervenants de marché sur la perspective 
d'un assouplissement de la position britannique sur le Brexit.  
    Au-delà des incertitudes sur le sort politique de Theresa 
May, qui souhaite continuer à diriger le gouvernement 
britannique, la livre est en effet plombée par l'envolée de 
l'inflation en Grande-Bretagne, au plus haut depuis près de 
quatre ans le mois dernier et elle-même nourrie par la 
dépréciation de la monnaie. 
    Theresa May a présenté lundi ses excuses aux parlementaires 
conservateurs aux Communes pour le désastre électoral qu'elle a 
elle même provoqué en convoquant des élections législatives 
anticipées et elle a assuré qu'elle était disposée à prendre en 
considération les différentes positions au sein du parti sur le 
Brexit.  
    De nombreux observateurs ont vu dans ces déclarations un 
premier pas vers un assouplissement de la position de celle qui 
jusqu'à présent prônait un "Brexit dur" et souhaitait disposer 
d'une majorité renforcée pour mieux le négocier.  
    Le remplacement, au ministère du Brexit, de David Jones, 
partisan de la sortie de la Grande-Bretagne de l'UE, par Joyce 
Anelay, qui avait voté en faveur d'un maintien du pays au sein 
de l'UE avant le référendum, a aussi été interprété dans ce 
sens.  
    Ces développements devraient être favorables au sterling, 
estime Thu Lan Nguyen, analyste changes de Commerzbank, qui 
souligne qu'un "Brexit souple" permettant de maintenir au moins 
en partie l'accès de la Grande-Bretagne au marché unique 
européen ne pourrait être que bénéfique à l'économie 
britannique.  
    Pourtant, la livre n'est pas parvenue à regagner le terrain 
perdu après l'annonce le 18 avril par Theresa May de son 
intention d'organiser des élections législatives anticipées. La 
devise britannique a même accentué ses pertes, aussi bien contre 
l'euro que contre le dollar.  
     
     
    Certes, il est loin d'être certain que Theresa May restera 
en fonction suffisamment longtemps pour conduire les 
négociations du Brexit à leur terme, d'autant que son 
gouvernement minoritaire a besoin du soutien du Parti unioniste 
démocrate (DUP) d'Irlande du Nord, peu enclin au compromis. 
    Pour Thu Lan Nguyen, la livre est en outre durablement 
pénalisée par la hausse de l'inflation, que son affaiblissement 
contribue à alimenter.  
    La hausse des prix à la consommation s'est encore accélérée 
au mois de mai pour atteindre un plus haut de près de quatre ans 
à 2,9% en rythme annuel, mettant un peu plus à mal le pouvoir 
d'achat des consommateurs britanniques.   
    Le taux de change effectif de la livre sterling est 
inversement corrélé depuis le début des années 2000 à 
l'évolution des prix à la consommation.  
     
     
     
    L'évolution des prix à la consommation est quant à elle 
étroitement corrélée aux prix à l'importation dans une économie 
britannique très ouverte.  
     
     
    La hausse de l'inflation est d'autant plus pénalisante pour 
le sterling que la Banque d'Angleterre est à la peine pour 
relever les taux d'intérêt face à la multiplication des signes 
de ralentissement de l'économie britannique, qui avait plutôt 
bien résisté au Brexit dans les premiers mois suivant le 
référendum de juin 2016.  
         
    Sur le même thème :  
    * ENQUÊTE : Le risque d'un Brexit "dur" diminue après les 
élections   
     
    Sources :  
    * Sterling in trouble. Daily currency briefing. Commerzbank. 
13 juin 2017 
    * UK 2017 General Election; 'Hung' Brexit. Barclays. 9 juin 
2017  
 
    <^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^ 
L'évolution de la livre sterling face à l'euro et au dollar    http://reut.rs/2snhE7w 
Taux de change effectif du sterling et inflation au Royaume-Uni  
  http://reut.rs/2rqiYS2 
Inflation et inflation importée au Royaume-Uni    http://reut.rs/2rVierO 
    ^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^> 
 (Marc Joanny, édité par Marc Angrand) 
 

1 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • heimdal
    13 juin14:05

    A 1,135 ,elle est quasi au plus bas .C'est quoi cet article. ?

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer