1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Gouvernance d'entreprise : des progrès encourageants en Europe
Vanguard11/07/2019 à 14:50

Adrienne Monley, Head of Investment Stewardship chez Vanguard Europe. (crédit : Vanguard)

Adrienne Monley, Head of Investment Stewardship chez Vanguard Europe, évoque les enjeux de gouvernance des entreprises, de durabilité et d'investissement à long terme en Europe. 

L'intérêt porté aux pratiques de gouvernance d'entreprise des sociétés cotées a fortement augmenté ces cinq dernières années. Cette tendance est particulièrement marquée en Europe, où les investisseurs particuliers et institutionnels ont la volonté de veiller à ce que leurs investissements dans des sociétés cotées soient bien gérés et conformes à leurs objectifs financiers à long terme. 

Les responsables politiques de l'Union européenne, du Royaume-Uni et du reste de l'Europe recherchent activement comment encourager des comportements sur les marchés financiers davantage axés sur le long terme, tant chez les entreprises que chez les investisseurs. L'approche en termes de finance durable de la Commission européenne en constitue un bon exemple. Ses propositions pour une finance durable visent à renforcer la prise en compte des critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) sur les marchés financiers. De même, le « Stewardship Code » du Royaume-Uni s'intéresse désormais aux aspects de durabilité à long terme. 

Nous avons constaté qu'il existait des similitudes et des différences importantes en matière d'engagement des investisseurs auprès des entreprises entre les États-Unis et l'Europe. Nous avons notamment été surpris de rencontrer un certain nombre d'entreprises européennes qui n'avaient jamais parlé auparavant à des gérants passifs tels que Vanguard, partant peut-être du principe que ces investisseurs ne s'intéressaient pas à la performance des entreprises, à leurs résultats financiers ou à leur gouvernance. 

Aux États-Unis, le dialogue avec les gérants indiciels est plus répandu, en raison probablement du succès plus ancien de ce type de stratégies d'investissement, qui font souvent partie du portefeuille des fonds de pension américains. 

En Europe, l'investissement indiciel est encore en phase de développement et le dialogue avec les gérants passifs est une pratique récente pour certaines sociétés. Par conséquent, lors de notre première rencontre avec des entreprises, nous avons souvent une discussion de fond sur notre approche de l'investment stewardship, c'est à dire la manière dont nous nous engageons en tant qu'investisseur, par le dialogue et le vote aux assemblées générales d'actionnaires, et pourquoi elle est susceptible de différer de celle des gérants actifs. 

On pourrait décrire les investisseurs indiciels comme des actionnaires structurellement permanents dans la mesure où ils investissent dans une entreprise aussi longtemps que celle-ci figure dans l'indice suivi. Chez Vanguard, nous partons du principe que nos fonds investissent dans une entreprise pour toujours. Cette vision extrêmement long terme guide notre approche de l'investment stewardship. Nous nous concentrons sur la manière dont les pratiques de gouvernance d'entreprise favorisent la création d'une valeur durable sur les décennies à venir et pas seulement pour quelques mois ou trimestres. 

En notre qualité d'investisseur axé sur le long terme, qui a le souci de veiller à la durabilité de ses investissements, nous analysons les aspects ESG sous l'angle de leur matérialité, en nous efforçant de déterminer dans quelle mesure et de quelle manière ils sont susceptibles d'avoir une incidence significative sur la performance financière des entreprises.

La matrice de matérialité du Sustainability Accounting Standards Board (SASB) fournit une aide précieuse pour analyser les enjeux de durabilité susceptibles d'avoir une incidence significative sur la performance financière ou opérationnelle des entreprises au niveau sectoriel. 

Les facteurs qui ont une incidence significative sur la durabilité des entreprises peuvent prendre différentes formes selon les secteurs ou les zones géographiques. Ils dépendent des forces concurrentielles, de la réglementation, de l'action des pouvoirs publics, de la demande et des préférences des consommateurs, et des aspects sociaux et environnementaux. Par exemple, dans le secteur du gaz et du pétrole, la gestion des risques matériels, réglementaires et de réputation liés aux émissions de gaz à effet de serre représente un souci important de durabilité, tandis que dans le secteur des biens de consommation, c'est plutôt la gestion des chaînes d'approvisionnement, la qualité ou la sécurité des produits qui sont importantes.

Dans toute l'Europe, nous voyons des entreprises prendre des mesures en vue d'une plus grande transparence sur les aspects de durabilité, ce que nous encourageons, notamment lorsque ces mesures concernent des pratiques qui ont une incidence sur la création de valeur à long terme. Cette volonté accrue de transparence n'est pas surprenante, car beaucoup de pays et d'entreprises du continent européen partagent les aspirations de l'Accord de Paris, soutiennent les Objectifs de développement durable des Nations unies ou poursuivent des objectifs similaires. Même dans les secteurs qui ne sont généralement pas associés au développement durable ou aux risques climatiques, on observe un intérêt accru des entreprises. 

Cependant, la durabilité à long terme repose avant tout sur de bonnes pratiques de gouvernance des entreprises et, surtout, sur la responsabilité des conseils d'administration. À l'heure actuelle, les investisseurs s'attendent à ce que le conseil d'administration des entreprises comprenne et surveille les principaux risques susceptibles d'affecter l'avenir de la société, qu'il s'agisse des risques informatiques, climatiques ou humains. 

Dans le monde entier, des initiatives sectorielles s'efforcent d'améliorer la gouvernance des entreprises et les pratiques d'investment stewardship dans le cadre d'ambitions similaires avec, par exemple, le Stewardship Code du Royaume-Uni, les principes de l'Investor Stewardship Group aux États-Unis ou les Principes pour l'investissement responsable au niveau international mais aussi avec des normes améliorées de reporting des entreprises dont notamment celles du SASB et du TCFD. Il est encourageant d'observer cet intérêt grandissant pour le long terme dans toute la chaîne de valeur de l'investissement.

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer