Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Goldman Sachs lanterne rouge du Dow Jones : les profits trimestriels déçoivent
information fournie par AOF18/01/2022 à 17:19

(AOF) - Goldman Sachs subit le sort de JPMorgan et de Citigroup vendredi. L’action de la célèbre banque d'affaires américaine chute de 8,04% à 350,31 dollars, fermant ainsi la marche de l’indice Dow Jones. A l’instar de ses concurrentes, Goldman Sachs a présenté des profits plus faibles que prévu en raison d’une progression élevée des coûts.

Au quatrième trimestre, Goldman Sachs a enregistré un bénéfice net part du groupe en repli de 13% à 3,8 milliards de dollars, soit 10,81 dollars par action. Comme il est de tradition pour Goldman Sachs, le consensus est très éloigné de la réalité, mais il est cette fois-ci bien plus optimiste, à 11,77 dollars. Sur l'année, le bénéfice net, part du groupe, a bondi de 137% pour atteindre le niveau record de 21,15 milliards de dollars.

Sur les trois derniers mois de 2021, les revenus ont pourtant progressé de 8% à 12,64 milliards de dollars, dépassant les prévisions de Wall Street : 12 milliards de dollars. Leur hausse est cependant bien inférieure à celle des coûts, qui ont augmenté de 23% à 7,27 milliards de dollars en raison principalement de la progression des rémunérations.

S'agissant des métiers, la banque d'investissement s'est distinguée avec une hausse de 45% de ses revenus à 3,80 milliards de dollars grâce aux nombreuses opérations de fusions & acquisitions. Il dépassé le consensus Bloomberg s'élevant à 3,07 milliards de dollars. Citigroup a fait part d'une augmentation de 43% et JPMorgan de 28%.

Cette activité a également été l'un des points forts de ses concurrentes ce trimestre. Le chiffre d'affaires du conseil a ainsi bondi de 49% à 1,63 milliard de dollars. Mais Goldman Sachs s'est surtout distinguée au niveau du marché primaire de la dette avec des revenus bondissant de 80% à 948 millions de dollars. Le bénéfice net de la division a flambé de 70% à 1,83 milliard de dollars.

Les métiers de marchés (courtage obligataire et sur actions) en revanche reculé de 7% de leurs revenus à 3,99 milliards d'euros pour un bénéfice net en repli de 43% à 1 milliard de dollars. Les revenus du courtage sur actions ont reculé de 11% à 2,12 milliards de dollars contre -2% pour JPMorgan et -3% pour Citigroup. Les analystes interrogés par Bloombert étaient plus pessimistes.

Ceux du courtage obligataire sont restés pratiquement inchangés à 1,86 milliard de dollars alors qu'ils ont reculé pour ses concurrentes : -16% pour JPMorgan et -20% pour Citigroup. Hors financement, les revenus du courtage obligataire ont reculé de 13% à 1,3 milliard de dollars.

AOF - EN SAVOIR PLUS

Valeurs associées

NYSE -3.39%

Cette analyse a été élaborée par AOF et diffusée par BOURSORAMA le 18/01/2022 à 17:19:00.

Agissant exclusivement en qualité de canal de diffusion, BOURSORAMA n'a participé en aucune manière à son élaboration ni exercé aucun pouvoir discrétionnaire quant à sa sélection. Les informations contenues dans cette analyse ont été retranscrites « en l'état », sans déclaration ni garantie d'aucune sorte. Les opinions ou estimations qui y sont exprimées sont celles de ses auteurs et ne sauraient refléter le point de vue de BOURSORAMA. Sous réserves des lois applicables, ni l'information contenue, ni les analyses qui y sont exprimées ne sauraient engager la responsabilité BOURSORAMA. Le contenu de l'analyse mis à disposition par BOURSORAMA est fourni uniquement à titre d'information et n'a pas de valeur contractuelle. Il constitue ainsi une simple aide à la décision dont l'utilisateur conserve l'absolue maîtrise.

BOURSORAMA est un établissement de crédit de droit français agréé par l'Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (« ACPR ») et par l'Autorité des Marchés Financiers (« AMF ») en qualité de Prestataire de services d'investissement et sous la surveillance prudentielle de la Banque Centrale Européenne (« BCE »).

Conformément à la réglementation en vigueur, BOURSORAMA établit et maintient opérationnelle une politique de gestion des conflits d'intérêts et met en place des mesures administratives et organisationnelles afin de prévenir, identifier et gérer les situations de conflits d'intérêts eu égard aux recommandations d'investissement diffusées. Ces règles contiennent notamment des dispositions relatives aux opérations financières personnelles afin de s'assurer que les collaborateurs de BOURSORAMA ne sont pas dans une situation de conflits d'intérêts lorsque Boursorama diffuse des recommandations d'investissement.

Le lecteur est informé que BOURSORAMA n'a aucun conflit d'intérêt pouvant affecter l'objectivité des analyses diffusées. A ce titre, le lecteur est informé qu'il n'existe pas de lien direct entre les analyses diffusées et les rémunérations variables des collaborateurs de BOURSORAMA. De même, il n'existe pas de liens financiers ou capitalistiques entre BOURSORAMA et les émetteurs concernés, en dehors des engagements contractuels pouvant régir la fourniture du service de diffusion.

Il est rappelé que les entités du groupe Société Générale, auquel appartient BOURSORAMA, peuvent procéder à des transactions sur les instruments financiers mentionnés dans cette analyse, détenir des participations dans les sociétés émettrices de ces instruments financiers, agir en tant que teneur de marché, conseiller, courtier, ou banquier de ces instruments, ou être représentées au conseil d'administration de ces sociétés. Ces circonstances ne peuvent en aucune manière affecter l'objectivité des analyses diffusées par BOURSORAMA.

0 commentaire

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.