Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Gestion: Moins de recherche sell-side après MiFID II

Reuters20/11/2017 à 18:05

GESTION: MOINS DE RECHERCHE SELL-SIDE APRÈS MIFID II

par Helen Reid

LONDRES (Reuters) - Les sociétés de gestion d'actifs utiliseront sensiblement moins de recherche en provenance des banques et des courtiers après l'entrée en vigueur de la directive MiFID II, montre une enquête réalisé par le CFA Institute, qui regroupe des professionnels de la finance britannique, publiée lundi.

MiFID II, qui entrera en vigueur le 3 janvier, se traduira par de profonds changements pour les métiers de l'intermédiation financière et imposera notamment aux fournisseurs et aux utilisateurs de comptabiliser les coûts de la recherche financière séparément des commissions d'exécution d'ordre.

Dans les faits, les émetteurs de la recherche comme les banques et les courtiers devront désormais la facturer et donc lui fixer un prix, ce qui a donné lieu à des négociations sur la valeur que les sociétés de gestion, le buy-side, accordent aux diférents types de recherche qu'elles reçoivent.

Ce changement vise à éviter de potentiels conflits d'intérêt au détriment des clients des sociétés de gestion, ces dernières étant susceptibles de rétribuer les banques et courtiers, le sell-side, en leur confiant des ordres et en leur payant des commissions d'exécution en contrepartie de la recherche qui leur est adressée 'à titre gracieux'.

Sur les 330 sociétés de gestion réparties dans les 28 pays de l'Union européenne (UE) qui ont répondu à l'enquête du FCA Institute conduite à la fin septembre, 78% ont dit que MiFID II les conduirait à réduire le volume de la recherche sell-side qu'elles utilisent. Seulement 2% d'entre elles ont dit qu'elles pensaient en utiliser plus.

Dans le même temps, les sociétés de gestion prévoient de renforcer leur capacité de recherche interne, 44% d'entre elles déclarant qu'elles y auront plus largement recours.

Cela représente "un déplacement significatif du sell-side vers le buy-side en ce qui concerne l'origine de la recherche", a commenté Rhodri Preece, charé de la politique des marchés de capitaux pour la zone Europe-Moyen-Orient-Afrique du CFA Institute.

EFFETS DE TAILLE

"Cela peut laisser penser que les sociétés de gestion pensent qu'elles peuvent mieux contrôler leur base de coûts en produisant plus de recherche en interne qu'en l'achetant", a-t-il ajouté.

La détermination et la capacité à absorber les coûts de recherche plutôt qu'à les transmettre à leurs clients dépend toutefois en grande partie de la taille des sociétés de gestion.

Les acteurs les plus importants sont les plus enclins à absorber les coûts de la recherche, un peu plus des deux tiers (67%) des sociétés de gestion ayant plus de 250 milliards d'euros d'encours se déclarant prêtes à supporter les coûts de la recherche sans les refacturer à leurs clients.

Cette proportion tombe à 42% pour les sociétés ayant moins d'un milliard d'euros d'actifs en gestion. En revanche, 22% d'entre elles prévoient de faire payer la recherche à leurs clients, une proportion qui n'est que de 9% dans la catégorie des grandes sociétés de gestion.

Les petites sociétés de gestion sont aussi plus hésitantes que les grandes quant à la politique qu'elles mettront en oeuvre, un quart d'entre elles disant ne pas savoir si elles absorberont les coûts au détriment de leurs marges ou au contraire les répercuteront sur leurs clients.

ENCORE BEAUCOUP D'INCERTITUDES

A moins de six semaines de l'entrée en vigueur de MiFID II, le prix de la recherche demeure un sujet controversé et encore flou.

Les sociétés de gestion ont été interrogées sur leur estimation du coût annuel de la recherche sur les différentes classes d'actifs, exprimé soit en point de base (centième de point de pourcentage) des actifs sous gestion soit en montant absolu.

Pour les actions, la médiane des estimations ressort à 10 points de base, soit l'équivalent d'un million d'euros annuel pour une société ayant un milliard d'euros d'actifs en gestion.

La fourchette des estimations va toutefois de 5 à 20 points de base, illustrant l'incertitude sur la valorisation de la recherche mais aussi la variété des stratégies d'investissement auxquelles elle s'applique.

Pour la classe d'actifs taux-changes-matières premières, la médiane des estimations s'établit à 3,5 points de base, un niveau plus faible que pour les actions parce que la recherche dans cette classe d'actifs a pu apparaître d'autant plus gratuite que la rémunération des intermédiaires est incorporée dans l'écart des prix acheteurs-vendeurs, a expliqué Rhodri Preece.

Les évolutions de cours dans cette classe d'actifs sont aussi plus dépendantes de la macroéconomie que dans le cas des actions qui offrent plus de possibilités de développer des idées originales et des convictions fortes justifiant une tarification plus élevée.

Le type de recherche que les sociétés de gestion apprécient le plus dépend aussi de leur taille. Les grandes sociétés de gestion sont plus susceptible d'allouer une part plus importante de leur budget de recherche au contact direct avec les analystes tout en soulignant l'incertitude entourant la tarification d'une telle prestation, a dit Gary Baker, directeur général Europe-Moyen-Orient-Afrique du CFA Institute.

Pour 69% des gérants spécialisés sur l'obligataire, les coûts de la recherche dans ce domaine devraient augmenter alors que seuls 29% des gérants actions pensent qu'il en sera de même les concernant. Parmi ces derniers, près de 50% s'attendent même à une baisse des coûts.

Les gérants obligataires anticipent sans doute que les spreads acheteurs-vendeurs vont rester plus ou moins les mêmes et qu'ils devront payer la recherche en sus.

Interrogées sur l'évolution des coûts de recherche et d'exécution des ordres avec l'entrée en vigueur de MiFID II, 49% des petites sociétés de gestion ont dit s'attendre à une augmentation alors que la même proportion des grandes firmes de gestion a dit s'attendre à une baisse.

"Cela montre sans doute que plus une société de gestion est grande plus elle pense disposer d'un pouvoir de négociation", a dit Rhodri Preece. "Le sentiment est que les règles vont sans doute se traduire par un désavantage compétitif pour les petites sociétés de gestion."

Dans les commentaires joints aux réponses à l'enquête, les sociétés de gestion ne cachent pas leur désapprobation de ces nouvelles règles. "Hausse des coûts", "Piètre résultat pour les clients et les investisseurs" figurent parmi les jugements les plus fréquemment portés.

"Les conséquences exactes ne seront pas connues avant un moment", a dit Gary Baker. "La qualité de la recherche dans son ensemble va s'améliorer mais cela va être long et douloureux."

(Marc Joanny pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)


Cette analyse a été élaborée par Reuters et diffusée par BOURSORAMA le 20/11/2017 à 18:05:36.

Agissant exclusivement en qualité de canal de diffusion, BOURSORAMA n'a participé en aucune manière à son élaboration ni exercé aucun pouvoir discrétionnaire quant à sa sélection. Les informations contenues dans cette analyse ont été retranscrites « en l'état », sans déclaration ni garantie d'aucune sorte. Les opinions ou estimations qui y sont exprimées sont celles de ses auteurs et ne sauraient refléter le point de vue de BOURSORAMA. Sous réserves des lois applicables, ni l'information contenue, ni les analyses qui y sont exprimées ne sauraient engager la responsabilité BOURSORAMA. Le contenu de l'analyse mis à disposition par BOURSORAMA est fourni uniquement à titre d'information et n'a pas de valeur contractuelle. Il constitue ainsi une simple aide à la décision dont l'utilisateur conserve l'absolue maîtrise.

BOURSORAMA est un établissement de crédit de droit français agréé par l'Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (« ACPR ») et par l'Autorité des Marchés Financiers (« AMF ») en qualité de Prestataire de services d'investissement et sous la surveillance prudentielle de la Banque Centrale Européenne (« BCE »).

Conformément à la réglementation en vigueur, BOURSORAMA établit et maintient opérationnelle une politique de gestion des conflits d'intérêts et met en place des mesures administratives et organisationnelles afin de prévenir, identifier et gérer les situations de conflits d'intérêts eu égard aux recommandations d'investissement diffusées. Ces règles contiennent notamment des dispositions relatives aux opérations financières personnelles afin de s'assurer que les collaborateurs de BOURSORAMA ne sont pas dans une situation de conflits d'intérêts lorsque Boursorama diffuse des recommandations d'investissement.

Le lecteur est informé que BOURSORAMA n'a aucun conflit d'intérêt pouvant affecter l'objectivité des analyses diffusées. A ce titre, le lecteur est informé qu'il n'existe pas de lien direct entre les analyses diffusées et les rémunérations variables des collaborateurs de BOURSORAMA. De même, il n'existe pas de liens financiers ou capitalistiques entre BOURSORAMA et les émetteurs concernés, en dehors des engagements contractuels pouvant régir la fourniture du service de diffusion.

Il est rappelé que les entités du groupe Société Générale, auquel appartient BOURSORAMA, peuvent procéder à des transactions sur les instruments financiers mentionnés dans cette analyse, détenir des participations dans les sociétés émettrices de ces instruments financiers, agir en tant que teneur de marché, conseiller, courtier, ou banquier de ces instruments, ou être représentées au conseil d'administration de ces sociétés. Ces circonstances ne peuvent en aucune manière affecter l'objectivité des analyses diffusées par BOURSORAMA.

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.