1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

GESTION-M&G reste acheteur des actions non-américaines

Reuters18/09/2017 à 11:47
    PARIS, 18 septembre (Reuters) - Les actions non-américaines 
restent l'une des catégories d'actifs les plus intéressantes sur 
les marchés mondiaux et l'évolution à venir des politiques 
monétaires ne devrait pas remettre en cause ce statut, estime 
M&G Investments. 
    "Les actifs bon marché, ce sont les actions 
non-américaines", a déclaré lundi Juan Nevado, gérant du fonds 
M&G Dynamic Allocation Fund du gestionnaire britannique, lors 
d'une présentation à Paris. 
    Il a mis en avant un contexte économique global 
particulièrement favorable aux actions en Asie, dans les pays 
émergents et surtout en Europe, avec un différentiel de 
rendement particulièrement favorable par rapport aux emprunts 
d'Etat.  
     "Les actions allemandes offrent un rendement réel de 8% 
contre -1% pour les obligations allemandes", a-t-il ainsi 
précisé.  
    Et pour lui, le resserrement à venir des politiques 
monétaires des deux côtés de l'Atlantique n'est pas de nature à 
remettre en cause ce positionnement. 
    "La Fed va relever les taux d'intérêt à court terme, la 
Banque centrale européenne (BCE) parle de réduire le QE: c'est 
bon pour les actions, pas pour les obligations", estime-t-il.    
    Pour le gérant, "le principal risque pour les 18 mois à 
venir n'est pas la récession, c'est la hausse des taux 
d'intérêt: s'ils remontent trop vite, la plupart des marchés 
vont baisser".  
    Mais ce risque est faible, a-t-il ajouté: "L'inflation n'est 
pas un problème, donc les banques centrales n'ont pas besoin de 
resserrer trop rapidement leur politique. Elles vont être 
relativement clémentes." 
     
 
 (Marc Angrand, édité par Blandine Hénault) 
 

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer