1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

GESTION-Les investisseurs noircissent le tableau, selon M&G
Reuters07/10/2019 à 10:41

    PARIS, 7 octobre (Reuters) - Le moral des investisseurs n'a
cessé de se détériorer au cours des 18 derniers mois mais, selon
M&G, ils sont peut-être exagérément pessimistes.
    Le léger ralentissement de la croissance économique mondiale
sur la même période ne justifie pas un tel pessimisme, font
valoir Juan Nevado et Craig Moran, gérants de fonds dans
l'équipe gestion diversifiée de la société de gestion d'actifs,
dans une note publiée lundi.
    "Les marchés financiers non seulement anticipent des
scénarios extrêmes qui, selon nous, ne sont pas étayés par les
statistiques macroéconomiques observables, mais ils extrapolent
également ces très sombres perspectives sur plusieurs
décennies", écrivent-ils.
    Les deux principaux déterminants de l'évolution des marchés
sont, d'une part, la décision des grandes banques centrales de
demeurer accommodantes face aux nombreux risques pesant sur la
croissance et, de l'autre, le ralentissement de l'activité
manufacturière mondiale, selon les deux gérants.
    "Nous sommes d'avis que, si le différend commercial entre
les États-Unis et la Chine a sans aucun doute eu un impact sur
l'activité industrielle, une grande partie de ce ralentissement
peut toutefois être attribuée à un ralentissement cyclique de la
croissance", écrivent-ils.
    "Il est important de noter que, même si le secteur
manufacturier a marqué le pas, le secteur des services - qui
représente près de 80% du PIB mondial - demeure résistant dans
les pays développés."
    La peur d'une récession généralisée qui pèse sur les marchés
pourrait, elle aussi, être excessive, la vision des
investisseurs étant faussée par le caractère dramatique de la
dernière crise économique et financière mondiale majeure, selon
les gérants de M&G.
    "La grande dépression qui a suivi 2008 a sans doute déformé
la conception du marché de ce qu'implique une récession
"normale" et une récession cyclique pourrait ne pas conduire aux
scénarios extrêmes actuellement anticipés", écrivent-ils.
    Les leçons tirées de la crise financière par les banques
centrales et les gouvernements pourraient en outre conduire à
des réponses monétaires et budgétaires plus vigoureuses,
estiment-ils.
   

 (Patrick Vignal, édité par Sophie Louet)
 

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer