Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Généralisation du tiers payant : pourquoi les syndicats de médecins sont contre

Le Parisien18/06/2014 à 14:32

Généralisation du tiers payant : pourquoi les syndicats de médecins sont contre

Qu'il s'agisse de la bouillonnante FMF (Fédération des médecins de France), de la consensuelle CSMF (Confédération syndicale des médecins de France) ou du modéré MG France, les syndicats sont hostiles au projet de généralisation du tiers payant que la ministre de la Santé, Marisol Touraine, présentera jeudi 19 juin. Explications avec Jean-Paul Ortiz, président de la CSMF.

Que pensez-vous de ce projet ?

JEAN-PAUL ORTIZ. Nous sommes opposés à la généralisation du tiers payant depuis le début. Les médecins n'en veulent pas. Si la ministre nous en impose la généralisation, nous entrerons en conflit ouvert.

Que lui reprochez-vous précisément ?

Nous avons déjà le tiers payant social pour les bénéficiaires de la CMU (couverture maladie universelle), de la CMU-C (complémentaire), de l'AME (aide médicale de l'Etat)... et c'est une bonne chose. Mais nous sommes opposés à la généralisation. Transformer la carte Vitale en carte de paiement, c'est déresponsabiliser le patient et c'est banaliser l'acte médical, qui deviendra un service et un dû avec le risque de surconsommation. La gratuité induit des comportements différents. Les bénéficiaires de la CMU sont par exemple ceux qui oublient le plus d'annuler un rendez-vous. Et je n'ai pas envie que mon acte n'ait aucune valeur. C'est une question de respect du médecin.

Les pharmaciens montrent pourtant que c'est faisable...

Côté technique il y a encore beaucoup d'incertitudes. Par exemple : qui va collecter demain le forfait de 1 ? qui reste à la charge du patient ? Aujourd'hui, l'Assurance maladie le prélève sur les remboursements, mais s'il n'y a plus de remboursement au patient, que se passera-t-il ? Et comment allons-nous nous faire payer la part des complémentaires santé, qui sont plus de 400 en France ? On n'a pas de temps pour cela, et le prix de nos consultations ne nous permet pas d'absorber le coût de traitement d'une feuille de soins, évalué par les ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

12 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • scrat
    18 juin18:41

    @mickae82en mesurant mes mots je dirai juste que tu es un âne et que tu sors contre-vérité sur contre-vérité.Tu ne connais visiblement rien au boulot de généraliste, ni dans la pratique ni dans les tenants économiques, ni sur les côtisations retraite. Alors épargne-nous tes stupidités.Quant à tous ceux qui comme toi considèrent les généralistes comme des nantis. Tu connais une seule autre profession qui a vu son pouvoir d'achat diminuer année après année depuis 20 ans ?

    Signaler un abus

  • nebraska
    18 juin14:16

    Le tiers payant permettrait de supprimer la pléthore de fonctionnaires chargés de rembourser les patients. Il est bien plus rapide d'effectuer des virements mensuels aux médecins que de rembourser au coup par coup les patients.

    Signaler un abus

  • nebraska
    18 juin14:13

    "Les bénéficiaires de la CMU sont par exemple ceux qui oublient le plus d'annuler un rendez-vous" Donc des gens qui ne bossent pas et qui ne respectent même pas ceux qui triment pour leur payer cette bon dieu de CMU. Des gens bien sous tout rapport.

    Signaler un abus

  • c.monti1
    18 juin14:01

    ils feront tout pour faire croire aux francais qu'ils sont moins pauvres .

    Signaler un abus

  • cool1238
    18 juin13:55

    houlala médecin, comptable ou medecin/comtable? faudrait choiir.mais ou est la passion du docteur dans tout celà?

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

valeur

dernier

var.

24.399 -0.10%
11.25 +25.00%
62.88 +0.87%
32.15 +1.74%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.