Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

GDF Suez souffre en Europe mais croît à l'international

Reuters01/08/2013 à 13:41

FAIBLE 1ER SEMESTRE POUR GDF SUEZ, PLOMBÉ PAR L'EUROPE

par Benjamin Mallet

PARIS (Reuters) - GDF Suez a publié jeudi des résultats en baisse au premier semestre, plombés par un marché de la production d'électricité en Europe qui ne montre aucun signe de reprise, mais ses performances à l'international ont progressé.

Le groupe d'énergie a également confirmé qu'il tablait sur un résultat net récurrent part du groupe compris entre 3,1 et 3,5 milliards d'euros en 2013, après 3,8 milliards réalisés en 2012, avec l'espoir d'atteindre le haut de sa fourchette.

Cet objectif repose sur une estimation confirmée de résultat brut d'exploitation (Ebitda) de 13 à 14 milliards d'euros cette année, contre 17 milliards en 2012, sous l'effet notamment de la mise en équivalence de Suez Environnement.

"Le groupe évolue dans un contexte économique toujours incertain et difficile, en particulier dans la production d'électricité en Europe où les conditions de marché déprimées ne montrent à ce jour aucun signe d'amélioration", a souligné GDF Suez dans un communiqué.

La branche Energie Europe affiche un Ebitda de 2,1 milliards d'euros, en chute de 15,5% malgré une météo plus froide qu'au premier semestre 2012 et des décisions favorables dans le gaz en France.

Sa performance a souffert de la baisse des prix de marché de l'électricité, due à une combinaison de surcapacités et de faible demande, et de l'indisponibilité des centrales nucléaires belges Doel 3 et Tihange 2 jusqu'à début juin.

GDF Suez a déjà décidé de fermer, mettre sous cocon, convertir ou optimiser près de 12 gigawatts (GW) de capacités thermiques en Europe depuis 2009 et prévoit de mener une revue additionnelle sur 2 GW supplémentaires de centrales à gaz, concurrencées par les renouvelables et le charbon.

"Nous espérons annoncer des mouvements au cours des prochaines semaines pour réduire notre exposition à l'énergie thermique en Europe", a également dit lors d'une conférence téléphonique son PDG Gérard Mestrallet, sans préciser quel type d'opération était envisagé.

CESSIONS ET ÉCONOMIES CONFIRMÉES

L'Ebitda de la branche Energie International de GDF Suez a en crû de 0,6% au premier semestre, à près de 2,2 milliards, grâce à la mise en service de nouveaux actifs et à une bonne performance organique (+14,2%), en particulier en Thaïlande, au Brésil, au Pérou, dans le gaz naturel liquéfié aux Etats-Unis, et en Australie.

En Bourse à 10h30, l'action GDF Suez progresse de 5% à 16,56 euros, deuxième plus forte hausse de l'indice CAC 40 (+0,36%).

Julien Desmaretz, analyste chez Brian Garnier, évoque dans une note des résultats "solides" et globalement en ligne avec les attentes malgré un environnement difficile, et souligne la bonne performance de l'international.

En données pro forma, avec mise en équivalence de Suez Environnement à partir du 1er janvier 2012 alors qu'elle n'a eu lieu que le 23 juillet 2013, GDF Suez a enregistré au premier semestre un résultat net récurrent part du groupe de 2,4 milliards (-1,7%), un Ebitda de 7,6 milliards (-6,6%) et des ventes de 42,6 milliards (-1,5%, +1,9% en organique).

Son résultat net part du groupe chute de 25,5%, à 1,7 milliard d'euros, pénalisé notamment par des dépréciations comptables nettes à hauteur de 441 millions sur certains actifs et goodwill, essentiellement européens.

GDF Suez vise toujours 11 milliards d'euros de désinvestissements en 2013 et 2014, essentiellement sur les marchés matures, son programme ayant contribué à hauteur de plus de 3 milliards d'euros à la baisse de sa dette nette à fin juin, qui atteignait 32,2 milliards (-4,4 milliards par rapport à fin 2012).

Le plan d'économies du groupe, nommé Perform 2015, a eu un impact brut de 380 millions d'euros sur son Ebitda à fin juin.

Avec Geert De Clercq, édité par Dominique Rodriguez


Mes listes

valeur

dernier

var.

0.986 +0.20%
4.78 -0.83%
27.82 +0.02%
0.87 -0.38%
1.211 -0.48%
4.25 -0.23%
2.325 -1.27%
74.78 +0.97%
51.91 +1.49%
18.815 -0.13%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.