1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

GB-Les députés votent la prise de l'initiative sur le Brexit
Reuters26/03/2019 à 02:12

 (Actualisé avec précisions)
    par Elizabeth Piper, Kylie MacLellan et Andrew MacAskill
    LONDRES, 26 mars (Reuters) - Les députés britanniques ont
adopté lundi soir un amendement destiné à leur donner les moyens
de chercher à dégager une majorité sur le Brexit après les deux
échecs cuisants subis par la Première ministre Theresa May pour
faire ratifier l'Accord de retrait qu'elle a conclu avec l'Union
européenne.
    Cet amendement modifie l'agenda parlementaire pour donner
aux élus de Westminster le temps d'organiser des votes
indicatifs sur les différentes options offertes par le Brexit.
    Les députés de la Chambre des communes vont désormais voter
mercredi sur une série d'options sur le divorce entre Londres et
Bruxelles, pour dire s'ils sont d'accord sur des liens plus
étroits avec les Européens et ensuite tenter d'inciter le
gouvernement à aller dans cette voie.
    Près de trois ans après le référendum britannique sur l'UE,
et quatre jours avant la date initialement prévue pour le
Brexit, les modalités de la sortie du Royaume-Uni apparaissent
toujours incertaines.
    Le vote de lundi soir témoigne à quel point Theresa May a
perdu de son autorité politique, bien qu'elle ait affirmé que
son gouvernement ne se sentirait pas lié par les résultats des
votes indicatifs qui auront lieu mercredi.
    "Aucun gouvernement ne peut signer un chèque en blanc en
s'engageant sur une solution sans savoir ce qu'elle est",
avait-elle dit avant le vote. "Aussi je ne peux engager le
gouvernement à mettre en oeuvre le résultat d'un quelconque vote
de cette chambre", avait ajouté la Première ministre.
    Cependant, si les députés parviennent à trouver un
consensus, la pression sur Theresa May sera accrue, d'autant que
la Première ministre avait accusé le Parlement d'être
responsable de l'impasse et de n'avoir aucune autre solution
viable que l'accord de sortie qu'elle a négocié avec l'UE.
    "Le gouvernement va continuer à prôner le réalisme - toutes
les options envisagées doivent être administrables dans les
négociations avec l'UE", a dit un porte-parole du ministère du
Brexit.
    
    DÉMISSION DE TROIS SECRÉTAIRES D'ÉTAT
    Le ministre du Brexit, Stephen Barclay, avait déclaré
dimanche que si le Parlement venait à prendre le contrôle du
processus, des élections anticipées pourraient avoir lieu en
conséquence - un scénario qui serait probablement soutenu par
l'opposition du Labour.
    Theresa May a annoncé lundi qu'elle renonçait pour l'instant
à organiser un troisième vote à la Chambre des communes sur son
accord de Brexit, faute d'un nombre de voix suffisant en faveur
du texte. Elle pourrait toutefois organiser ce vote plus tard
dans la semaine, probablement jeudi.
    D'après le journal The Sun, Theresa May a indiqué dimanche à
certains parlementaires favorables au Brexit qu'elle
envisagerait de démissionner en échange d'un vote de la Chambre
des communes en faveur de l'accord de retrait négocié avec
Bruxelles.
    Plusieurs parlementaires au sein même du Parti conservateur
ont appelé publiquement à la démission de la Première ministre. 
    L'amendement déposé par l'élu conservateur Oliver Letwin a
reçu lundi soir plus de soutien qu'anticipé, étant adopté par
329 voix contre 302, du fait notamment de la démission de trois
secrétaires d'Etat pour protester contre la position du
gouvernement.
    Le chef de file de l'opposition travailliste, Jeremy Corbyn,
a soulevé lundi soir la possibilité de soumettre au vote
populaire toute proposition sur laquelle s'accorderaient les
députés.
    Incapable de faire adopter l'accord approuvé en novembre par
les négociateurs britanniques et européens, Theresa May avait
demandé la semaine passé à ses partenaires un report du Brexit
jusqu'au 30 juin.
    Ces derniers, lassés par les atermoiement de Londres, lui
ont donné un sursis de 15 jours jusqu'au 12 avril et un délai
jusqu'au 22 mai, avant les scrutins des élections européennes,
si elle parvient à faire approuver l'Accord de retrait dans les
prochains jours.
    "Je continue de croire que la meilleure option pour le
Royaume-Uni est de quitter l'UE le plus tôt possible avec un
accord, soit le 22 mai", a déclaré la Première ministre
britannique devant les parlementaires.

 (Jean-Stéphane Brosse et Jean Terzian pour le service français)
 

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

14.598 +4.48%
71.92 +2.25%
CGG
1.07 +7.56%
1.757 +13.35%
EDF
7.696 +4.00%

Les Risques en Bourse

Fermer