Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

GB-La croissance va rester faible, Hammond veut faire mieux

Reuters13/03/2018 à 18:07
 (Actualisé avec précisions et contexte)
    par William Schomberg et David Milliken
    LONDRES, 13 mars (Reuters) - L'économie britannique va
rester faible au cours des cinq prochaines années alors que le
Brexit doit entrer dans les faits d'ici à peine plus d'un an,
montre le cadrage macroéconomique de l'actualisation budgétaire
présentée mardi par le ministre des Finances devant le
Parlement.
    Philip Hammond s'est dit déterminé à poursuivre
l'assainissement des finances publiques mises à mal par la crise
financière de 2008 et a fustigé les projets de l'opposition
travailliste d'augmentation des dépenses et de la dette. 
    Malgré la reprise mondiale, l'Office for Budget
Responsibility (OBR), organisme indépendant qui détermine le
cadre macro-économique du budget, ne table que sur une
croissance de 1,5% cette année, à peine plus que le chiffre de
1,4% avancé en novembre.
    Pour 2019 comme pour 2020, la prévision de croissance est
demeurée inchangée à 1,3%, a ajouté Hammond. 
    Pour les deux années suivantes, 2021 et 2022, la croissance
de l'économie a été légèrement revue en baisse à 1,4% et 1,5%
respectivement.
    La croissance de l'économie britannique a nettement ralenti
depuis le vote du 23 juin 2016 en faveur de la sortie du
Royaume-Uni de l'Union européenne (Brexit). 
    Dans ses prévisions économiques intérimaires publiées mardi,
l'Organisation de coopération et de développement économiques
prévoit que la Grande-Bretagne enregistrera cette année la
croissance la plus faible de tous les pays du G20.
    Les prévisions de l'OBR sont inférieures à celles de
nombreux économistes et Hammond s'est dit convaincu de pouvoir
faire mieux. 
    Le ministre n'a annoncé ni nouveaux impôts ni nouvelles
dépenses au cours de son intervention. 
    Une partie des députés du parti conservateur au pouvoir ont
appelé Philip Hammond à tirer parti de cette embellie des
finances publiques pour augmenter les dépenses de santé,
militaires et dans d'autres services publics.
    Ils espèrent ainsi contrecarrer la popularité grandissante
du parti travailliste qui a promis de mettre un terme à
l'austérité budgétaire et d'augmenter les investissements dans
les infrastructures. 
    La prévision de déficit budgétaire de l'exercice fiscal
2017/2018 a été abaissée à 45,2 milliards de livres (51,02 
milliards d'euros), contre une prévision de 49,9 milliards de
livres annoncée en novembre, a indiqué Hammond. 
    Elle a aussi été révisée en baisse pour les années suivantes
mais les finances publiques afficheront encore un léger déficit
en 2022/2023, dernière année de l'horizon de prévision de l'OBR.
    Londres a fortement réduit son besoin de financement annuel,
qui est passé de 10% du Produit intérieur brut (PIB) en 2010,
après la crise financière de 2008, à un peu plus de 2%
actuellement, au plus bas depuis 2002. 
    Hammond a souligné que le gouvernement était en bonne voie
pour respecter son objectif d'une réduction année après année du
ratio d'endettement dont l'OBR s'attend à ce qu'il s'établisse à
78% du PIB en 2022/2023, contre 85,6% actuellement. 

 (Marc Joanny pour le service français, édité par Juliette
Rouillon)
 

Mes listes

valeur

dernier

var.

4.86 +2.14%
5637.51 +0.41%
0.355 -2.74%
1.176 +0.00%
26.7 +1.14%
25.26 +2.18%
2.47 0.00%
17.29 +1.41%
10.7 +3.38%
1.278 -0.00%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.