1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

GB-L'objectif de déficit budgétaire menacé
Reuters24/09/2019 à 17:35

    LONDRES, 24 septembre (Reuters) - Le gouvernement
britannique risque d'avoir du mal à maintenir le déficit
budgétaire sous 2% du produit intérieur brut (PIB) après une
révision en forte hausse des besoins de financement de l'Etat
par l'institut national de la statistique, qui souligne mardi
l'augmentation marquée de la dépense publique. 
    L'Office for National Statistics (ONS) a révisé à la hausse
son estimation des besoins d'emprunt pour l'exercice budgétaire
2018-2019, à 1,9% du PIB contre 1,1%, principalement pour
prendre en compte le fait que plusieurs milliards de livres de
prêts étudiants ne seront sans doute jamais remboursés.
    Si le changement de traitement comptable des prêts étudiants
était attendu, son impact sur le budget est plus important
qu'estimé initialement. L'ONS a en outre revu à la baisse son
estimation des recettes de l'impôt sur les sociétés.
    Au début du mois, le ministre des Finances, Sajid Javid,
avait déclaré aux parlementaires qu'il visait toujours un
déficit inférieur à 2% du PIB pour le prochain exercice
budgétaire tout en promettant la plus importante augmentation de
la dépense publique depuis 15 ans. 
    "La croissance plus forte qu'attendu des dépenses se traduit
par un accroissement du déficit plus rapide que prévu en mars",
a déclaré mardi l'Office for Budget Responsibility (OBR),
organisme chargé d'établir des prévisions budgétaires pour le
gouvernement. 
    Il estime que les changements statistiques décidés par l'ONS
se traduiront par une augmentation d'au moins 15 milliards de
livres (17 milliards d'euros) par an des dépenses publiques. 

 (David Milliken, Marc Angrand pour le service français, édité
par Sophie Louet)
 

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer