Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

GB-L'investissement automobile en chute libre avec le Brexit
Reuters31/07/2019 à 11:29

    par Costas Pitas
    LONDRES, 31 juillet (Reuters) - L'investissement dans le
secteur automobile britannique a chuté de plus de 70% au premier
semestre dans la crainte d'un Brexit désordonné, a annoncé
mercredi la fédération nationale des constructeurs, en
avertissant qu'une sortie de l'Union européenne sans accord
serait la "pire issue".
    L'industrie automobile, principal exportateur de biens au
Royaume-Uni où elle emploie plus de 800.000 personnes, est en
pointe depuis le début pour avertir sur les dangers d'un "no
deal".
    L'investissement dans le secteur est tombé à 90 millions de
livres (98 millions d'euros) sur les six premiers mois de 2019,
contre 347,3 millions au premier semestre 2018 et 647,4 millions
en janvier-juin 2017, a précisé la SMMT (Society of Motor
Manufacturers and Traders).
    "Les investisseurs s'abstiennent dans la crainte d'un
no-deal", a déclaré son directeur général Mike Hawes. "La pire
issue serait un no-deal. C'est ce qu'ils redoutent, et c'est
pourquoi ils n'investissent pas."
    Les entreprises du secteur ont par ailleurs dépensé au moins
300 millions d'euros en préparatifs pour le Brexit tels que
l'achat d'espaces de stockage et de pièces automobiles pour
atténuer l'impact de possibles retards d'acheminement dans les
ports, selon la SMMT.
    Si Jaguar Land Rover  TAMO.NS  a promis d'investir environ
un milliard de livres pour assembler des véhicules électriques
dans son usine anglaise de Castle Bromwich, le français PSA
 PEUP.PA , propriétaire d'Opel et de son pendant britannique
Vauxhall, a déclaré fin juin que l'attribution de la fabrication
de l'Astra de nouvelle génération à Ellesmere Port, le site
historique de Vauxhall, serait "conditionnée par les termes
définitifs de la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne."
  
    Le nouveau Premier ministre Boris Johnson espère obtenir une
renégociation de l'Accord de retrait que sa devancière Theresa
May n'a pu faire adopter au Parlement mais il se dit prêt à
sortir de l'UE sans accord le 31 octobre.
    Les partisans du Brexit veulent croire que l'Allemagne, qui
exporte massivement des voitures au Royaume-Uni, fera tout pour
éviter une sortie sans accord mais le nouveau gouvernement prend
des dispositions pour aider le secteur dans cette éventualité.
    L'investissement dans l'industrie automobile britannique
baisse depuis 2014, bien avant le référendum de juin 2016 sur
l'adhésion à l'UE. De 5,83 milliards de livres en 2013, il est
tombé à 1,1 milliard en 2017 et 589 millions en 2018.
    L'investissement promis par Jaguar Land Rover devrait
permettre à ce chiffre de remonter en 2019.
    Avec le ralentissement de la demande dans de nombreux
marchés, les tensions commerciales internationales et la chute
des ventes de voitures diesel en Europe, la production
automobile britannique a baissé de 20% sur les six premiers mois
de l'année.
    "Nous avons besoin d'un environnement international
compétitif pour encourager l'investissement, l'innovation et la
croissance", a déclaré Mike Hawes. "Cela commence avec un accord
de retrait ambitieux qui maintienne des échanges sans frictions
et nous attendons de la nouvelle administration qu'elle y
parvienne rapidement afin que les constructeurs puissent
retourner à leur activité première, la production de voitures."

 (Véronique Tison pour le service français, édité par Marc
Joanny)
 

Valeurs associées

Euronext Paris -4.35%

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

4978.18 -1.22%
1.1848 +0.07%
43.08 -0.42%
23360.3 0.00%
12.63 -3.05%

Les Risques en Bourse

Fermer