Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

GB-Accord de gouvernement pour May, de plus en plus isolée

Reuters11/06/2017 à 02:44
    * Accord de "confiance" avec les unionistes nord-irlandais 
    * Démission des deux directeurs de cabinet de May 
    * Début des négociations du Brexit le 19 juin 
 
    par Amanda Ferguson et Alistair Smout 
    LONDRES/BELFAST, 11 juin (Reuters) - Theresa May a conclu 
samedi un accord avec les unionistes nord-irlandais pour assurer 
à son gouvernement une majorité au Parlement, mais la Première 
ministre britannique semble de plus en plus isolée après l'échec 
de son pari de législatives anticipées.  
    Les conservateurs et le Parti unioniste démocrate (DUP, 
pro-Brexit) d'Irlande du Nord ont conclu un accord "sur des 
grandes lignes" assurant le soutien des unionistes sur des 
législations-clés. 
    Les Tories, tout en restant le premier parti représenté aux 
Communes, ont perdu jeudi leur majorité absolue, alors que la 
Première ministre britannique avait convoqué ces élections 
anticipées pour accroître la majorité dont elle disposait dans 
la chambre sortante, avant d'entamer les négociations sur la 
sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne, le 19 juin. 
    La presse britannique rapportait samedi que le ministre des 
Affaires étrangères, Boris Johnson, et d'autres chefs de file 
des conservateurs envisageaient de disputer à May la direction 
du parti. Boris Johnson a dit son soutien à la Première ministre 
et rejeté ces informations.   
    Les deux directeurs de cabinet de la Première ministre, 
Fiona Hill et Nick Timothy, stratèges d'une campagne pour les 
législatives très critiquée, ont annoncé samedi leur démission. 
    Gavin Barwell, un député conservateur ayant perdu son siège 
lors du scrutin de jeudi, doté d'une solide expérience dans la 
direction du parti au Parlement, a été désigné pour les 
remplacer. 
    Ce changement ne devrait cependant pas suffire à apaiser les 
tensions au sein des conservateurs. La plupart des membres du 
cabinet de May sont restés silencieux quant à son avenir à 
Downing street, alimentant les rumeurs d'un départ prochain. 
    Selon un sondage Yougov pour le Sunday Times publié samedi, 
48% de sondés jugent opportun le départ de May, quand 38% 
estiment que la Première ministre doit rester à son poste. 
     
    ACCORD DE "CONFIANCE" 
    Le DUP, dont les dix sièges au Parlement devraient permettre 
à May de réunir juste assez de soutiens (328 sièges) pour faire 
passer de nouvelles lois, a donné son accord de principe à un 
arrangement de "confiance", a annoncé Downing Street. 
    Les unionistes devraient donc soutenir le gouvernement 
minoritaire formé par les conservateurs lors de votes critiques 
au Parlement, sans toutefois s'engager par un accord de 
coalition formel. 
    Une source proche du DUP a confié que le parti a cherché à 
obtenir en échange des financements plus conséquents pour 
l'Irlande du Nord, ainsi que des concessions sur le statut des 
anciens combattants nord-irlandais.  
    L'arrangement risque cependant de perturber l'équilibre 
politique dans la province, où l'accord de gouvernement local 
entre unionistes et nationalistes irlandais est suspendu, faute 
de terrain d'entente entre les deux partis. 
    Selon le journal The Observer, les conservateurs se sont 
refusés à un accord de coalition formel avec le DUP en raison 
des inquiétudes soulevées par certains députés quant à l'agenda 
ultra-conservateur des unionistes, notamment sur le mariage 
homosexuel, l'avortement et le changement climatique. 
     
    "ELLE VA RESTER, POUR LE MOMENT" 
    La presse conservatrice s'en est prise violemment à Theresa 
May, samedi, se demandant si elle pouvait rester au pouvoir, 
deux mois seulement après avoir lancé officiellement le 
processus de divorce du Royaume-Uni avec le reste de l'Union 
européenne. 
    A en croire le Sun, certaines personnalités du Parti 
conservateur ont juré de se débarrasser de la Première ministre 
mais vont attendre au moins six mois, car ils craignent que des 
luttes à la tête des Tories ne favorisent une arrivée au pouvoir 
du leader travailliste Jeremy Corbyn, dont le Labour a fait très 
bonne figure jeudi, terminant deuxième derrière les 
conservateurs. 
    "Elle va rester, pour le moment", a-t-on dit de source 
conservatrice à Reuters. 
    May avait promis de sortir le pays du marché unique et de 
l'union douanière européenne, afin de garantir aux Britanniques 
le contrôle total de leurs frontières, mais son parti reste 
profondément divisé sur la teneur du Brexit, et les résultats de 
l'élection remettent en question la légitimité de ses choix. 
    L'Allemand Günther Öttinger, commissaire européen chargé du 
Budget, a estimé qu'il était désormais possible de discuter de 
liens plus étroits entre l'Europe et Londres, au vu de l'échec 
électoral de May. 
    "Par exemple, si Londres veut rester dans l'union douanière, 
alors nous n'aurions pas besoin de renégocier tous les accords 
commerciaux", a-t-il dit dans une interview publiée dans 
l'édition de dimanche du Frankfurter allgemeine zeitung. 
    Signe de l'incertitude créée par l'issue du scrutin sur le 
marché des changes, la livre a perdu vendredi 1,7% GBP= face au 
dollar, et 1,4% face à l'euro EURGBP=. 
    Après avoir confirmé vendredi que ses cinq ministres-clés, 
dont celui des Finances Philip Hammond, conserveraient leur 
portefeuille dans le nouveau gouvernement, Theresa May doit 
désigner le reste de son équipe. 
    Elle a assuré que les négociations sur le "Brexit" 
débuteraient bien le 19 juin comme prévu, le même jour que la 
session inaugurale du nouveau parlement, et l'a confirmé samedi 
à la chancelière allemande Angela Merkel au téléphone. 
    La Première ministre souhaite en outre conclure rapidement 
un accord réciproque sur les droits des citoyens britanniques et 
européens de part et d'autre de la Manche, a précisé son 
cabinet. 
     
 
 (Julie Carriat, Eric Faye et Jean-Philippe Lefief pour le 
service français) 
 

Mes listes

valeur

dernier

var.

18.32 +0.22%
11.06 -4.49%
74.12 -0.60%
36.27 -0.59%
76 +2.22%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.