1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

François Hommeril (CFE-CGC), sens de la formule et discours anti-libéral
AFP09/10/2019 à 19:38

Le président de la CFE-CGC Francois Hommeril le 6 septembre 2019 à Paris ( AFP / Thomas SAMSON )

François Hommeril, réélu mercredi président de la CFE-CGC pour trois ans, a marqué son premier mandat à la tête du syndicat des cadres par un discours anti-libéral, à coups de phrases chocs et critiques virulentes des réformes sociales d'Emmanuel Macron, sans parvenir à mettre en place avec ses pairs un "syndicalisme rassemblé".

Candidat malheureux à la présidence en 2013 au profit de Carole Couvert, cet ingénieur chimiste, géologue de formation originaire de Rouen, prend la tête du syndicat des cadres trois ans plus tard. Il a été réélu à son poste, à 58 ans, au premier jour du congrès de Deauville, avec un score écrasant de 91,79% des suffrages exprimés.

Dès son accession à la tête de l'organisation, en juin 2016, il prévient: "Je n'ai pas vocation à être un toutou qui salue toutes les réformes".

Cette promesse sera tenue, au point qu'en interne certains s'amusent à rebaptiser leur syndicat "CFE-CGT".

Lorsqu'il est élu, la France traverse une de ses pires crises sociales avec la loi travail. Le syndicaliste rejoindra les détracteurs par un discours nettement moins policé que celui de l'ex-présidente Carole Couvert, déclarant par exemple que cette réforme "sent le moisi".

Un an plus tard, le président du quatrième syndicat français s'oppose de manière aussi musclée aux ordonnances réformant le Code du travail, "une énième réforme libérale".

Convié avec ses pairs à l'Elysée en automne 2018, au tout début de la crise des "gilets jaunes", il refuse de s'y rendre. "J'ai mieux à faire, on va encore avoir droit à un discours interminable où il va donner des leçons à tout le monde", dit-il à propos du président de la République.

Après le grand débat, début 2019, il traîne des pieds pour participer à un "sommet social" proposé par l'exécutif, toujours pour faire face à la crise des "gilets jaunes", y voyant un "grand gloubi-boulga de la société civile".

Et sur le même ton, il dénonce cette année la réforme de l'assurance chômage, notamment la dégressivité des allocations chômage pour les cadres ("on prend les cadres pour des glandeurs"), et celle, "inutile", des retraites.

Pour autant, le dirigeant préfère passer son tour quand il faut battre le pavé - à quelques exceptions près, comme pour dénoncer la réforme dans la fonction publique -, considérant que la mobilisation n'a de sens que lorsque tous les syndicats sont réunis.

- "Un monde à la dérive" -

Ses positions changent quelquefois du tout au tout. Réclamant en 2016 le retrait pur et simple de la loi travail, il "évolue" en demandant finalement son renvoi à la négociation entre les organisations syndicales et patronales. En vain. Autre revirement: il ne s'associera finalement pas aux recours internationaux déposés par FO et la CGT contre la loi travail.

C'est au début des années 1990 qu'il tombe dans le "monde fabuleux" du syndicalisme, avouant avoir une "exaltation" à représenter ses collègues dans le cadre de son activité syndicale.

Passionné de géologie dès son plus jeune âge, inspiré par ses parents qui l'enseignent à l'université à Rouen, il décroche un doctorat dans cette matière en 1989, avant d'intégrer le groupe Pechiney. Il exerce en province, d'abord au centre de recherches sur l'aluminium de Gardanne (Bouches-du-Rhône), puis à La Bathie, en Savoie.

Adhérent à la CFE-CGC dès son arrivée au sein du géant industriel, il y gravit les échelons syndicaux: délégué du site de Gardanne en 1994, délégué central en 1998, représentant au comité de groupe Pechiney en 1999, président de l'union départementale CFE-CGC en 2003...

Lors du rachat de Pechiney par le canadien Alcan en 2003, puis d'Alcan par l'américain Rio Tinto en 2007, il est chargé des négociations côté salariés.

"Le militantisme ne m'a apporté que des emmerdes", assure-t-il, mais "si c'était à refaire, je le referais" car la "société industrielle est devenue d'une cruauté et d'une injustice inégalées, la subir sans rien dire m'est insupportable et le syndicalisme m'a rendu à la condition d'acteur dans un monde à la dérive sur le plan social".

Marié à une psychiatre, ce père de cinq grands enfants est domicilié à Chambéry.

bow/bfa/cam

Valeurs associées

Euronext Paris 0.00%
LSE 0.00%

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer