Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

François Hollande en échec sur le chômage en 2013

Reuters28/01/2014 à 11:31

LE CHÔMAGE EN FRANCE

par Yann Le Guernigou

PARIS (Reuters) - Le nombre de demandeurs d'emploi a augmenté de 0,3% en décembre en France, signant l'échec de François Hollande, qui avait fixé pour objectif d'inverser la courbe du chômage à la fin 2013.

Selon les chiffres publiés lundi par le ministère du Travail, les demandeurs de catégorie A, sans la moindre activité, recensés le mois dernier ont atteint ainsi 3.303.200, un nouveau record, soit 10.200 de plus qu'en novembre.

En ajoutant les catégories B et C, les personnes qui ont exercé une activité réduite, le nombre d'inscrits à Pôle emploi a progressé de 0,5% pour s'élever à 4.898.100 en France métropolitaine et 5.194.100 en incluant les départements d'Outre-mer.

La publication de ces chiffres est intervenue le jour où le Premier ministre Jean-Marc Ayrault recevait patronat et syndicats pour lancer le "pacte de responsabilité" annoncé mi-janvier par le chef de l'Etat, qui repose sur des baisses de charge pour les entreprises en échange d'engagements sur l'emploi.

Sur l'ensemble de 2013, le nombre de demandeurs d'emploi de catégorie A s'est accru de 177.800, ou 5,7%, alors que la croissance moyenne de l'économie française sur l'année ne devrait pas avoir dépassé 0,1% à 0,2%.

Par comparaison, il avait augmenté de 283.800 en 2012, une année de croissance économique nulle.

Dans un communiqué, le ministère du Travail reconnaît que l'inversion de la courbe du chômage, un objectif porté par François Hollande quelques mois après son arrivée à l'Elysée, n'est pas encore là mais parle néanmoins d'une "quasi stabilisation" fin 2013.

OBJECTIFS D'EMPLOIS

Il fait valoir que le rythme de progression des demandeurs d'emploi a ralenti tout au long de l'année pour passer de 33.000 l'hiver dernier à 2.500 au quatrième trimestre.

A Ankara, où il est en visite officielle, le président français a déclaré que la croissance était nécessaire pour faire baisser durablement le chômage.

"Stabiliser, c'est ce que nous avons réussi, ne suffit pas", a-t-il dit. "La seule conclusion qu'il convient de tirer c'est que plus que jamais le pacte de responsabilité est maintenant un devoir qui engage tout le gouvernement", a-t-il ajouté.

Le ministère du Travail ajoute que le chômage des jeunes a baissé en décembre pour le huitième mois consécutif (-0,4%), et ce grâce aux emplois aidés et aux dispositifs comme les "emplois d'avenir".

Il indique que l'inversion de la courbe du chômage s'amorce aussi chez les 25-50 ans, catégorie dont les demandeurs d'emploi ont diminué de 1.200 au quatrième trimestre.

Le point noir reste le chômage des 50 ans et plus, qui a augmenté de 1,3% en décembre. Près de la moitié de la hausse globale de 2013 provient de cette tranche d'âge, ce qui explique que le chef de l'Etat réclame aux entreprises des objectifs d'emplois pour les jeunes comme pour les seniors en échange des baisses de charges qu'il leur promet.

CROISSANCE TROP FAIBLE EN 2014

Pour 2014, les économistes anticipent pour l'instant au mieux une stabilisation du taux de chômage. Ils estiment que la croissance de l'activité attendue - 0,9% pour le gouvernement, 0,6% pour le consensus des économistes - sera trop faible pour absorber la hausse de la population active, de l'ordre de 150.000 personnes.

D'où l'insistance de Jean-Marc Ayrault, dans une déclaration faite après la publication des chiffres de décembre, pour que le pacte de responsabilité soit mis en oeuvre de façon urgente.

En attendant, le gouvernement a budgétisé pour 2014 50.000 nouveaux emplois d'avenir pour les jeunes sans qualification, qui s'ajouteront aux 100.000 mis en route l'an passé, et quelque 380.000 contrats aidés, avec la possibilité de les augmenter de 100.000 au deuxième semestre si la situation ne s'améliore pas.

Il réfléchit également à un assouplissement des "contrats de génération", qui combinent l'embauche d'un jeune et le maintien en emploi d'un senior, en supprimant l'obligation de les négocier avec les représentants du personnel dans les PME de plus de 50 salariés et les ETI (entreprises de taille intermédiaire).

Avec Elizabeth Pineau à Ankara, édité par Yves Clarisse


Mes listes

valeur

dernier

var.

105 +0.29%
1.048 +0.77%
5438.55 +0.48%
0.942 +2.39%
4.43 +1.61%
76 +1.33%
1.22 -0.88%
1.14 -2.56%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.