Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

François Hollande à Pékin : 37 heures pour convaincre les Chinois

Le Parisien 25/04/2013 à 11:27

François Hollande à Pékin : 37 heures pour convaincre les Chinois

Entouré d'une soixantaine de chefs d'entreprises, huit ministres et plusieurs personnalités politiques, François Hollande est arrivé à Pékin, ce jeudi, pour une première visite officielle de 37 heures dans l'Empire du Milieu. Il est le premier dirigeant étranger reçu dans la capitale chinoise par Xi Jinping, le nouveau président de la République populaire arrivé au pouvoir il y a cinq semaines. Le chef de l'Etat français a pour objectif de relancer les exportations françaises, afin de réduire un déficit commercial de près de 26 milliards d'euros.

Le programme est aussi politique. Pas moins de trois rencontres au sommet sont prévues, dont un dîner d'État ce jeudi et un déjeuner «restreint» qui réunira les deux couples présidentiels vendredi. Quant à l'agrément, les deux présidents visiteront la Cité Interdite en compagnie de Valérie Trierweiler et de Peng Liyuan, l'épouse de XI Jinping, chanteuse populaire élevée au grade de général à l'arrivée de son mari au pouvoir. Ensuite, François Hollande et sa délégation s'envoleront pour Shanghai, la capitale économique de la Chine.

Réduire le déficit commercial. Si les exportations françaises en Chine ont progressé de 11,9% l'an dernier, à 15 milliards d'euros, le déficit commercial de la France a atteint 26 milliards. Elles reposent pour un tiers sur l'aéronautique, la filière nucléaire en constituant l'autre pilier. La Chine représente à elle seule 40% du déficit commercial français. Comme à chaque visite officielle, plusieurs contrats sont attendus :

Areva et le chinois CNNC pourraient conclure un accord pour une usine de retraitement et de recyclage de combustible. Une première «lettre d'intention» sera vraisemblablement signée pour un centre de retraitement des déchets similaire à celui de La Hague et une seconde pourrait l'être en vue d'une nouvelle tranche de deux réacteurs EPR à Taishanvec.

Airbus attend de nouvelles commandes d'Airbus A320 et de long-courriers par des compagnies chinoises. D'autres dossiers dans l'agroalimentaire, le développement durable seront aussi au programme.

Enfin, François Hollande pourrait donner un coup de pouce à Renault pour permettre à la marque au losange de construire à Wuhan une usine dont la capacité serait de 150 000 véhicules par an. Selon nos informations, l'arrivée de la nouvelle administration chinoise a retardé une signature prévue initialement à la fin du premier trimestre. Les Chinois n'ayant pas tout a fait la même notion du temps que les occidentaux, cette signature devrait en principe intervenir avant la fin de l'année ou lors des cérémonies à Paris à l'occasion du cinquantième anniversaire des relations entre les deux pays initiée par le général Gaulle, le 27 janvier 1964.

En marge de cette visite, François Hollande va aussi se rendre, pour l'exemple, dans une entreprise française Bernard Controls, qui a construit, il y a quatre ans, une usine de servomoteurs destinés à l'industrie nucléaire et pétrolière.

Bernard Controls: une réussite à la française

En marge de sa visite officielle, François Hollande va visiter, ce jeudi, l'entreprise française Bernard Controls. Sécialisée dans la production de servomoteurs qui ouvrent et ferment les vannes industrielles, elle est devenue un leader mondial dans le secteur du nucléaire. Cette petite société familiale, fondée en 1936 en banlieue nord de Paris, est devenue entreprise de taille intermédiaire (ETI) en réussissant à s'internationaliser. Elle dispose aujourd'hui de trois sites de production (deux en Ile-de-France, un en Chine), de neuf filiales dont trois en Asie.

Emmenée par EDF et Framatome en 1987 pour participer à la construction des premières centrales nucléaires chinoises, Bernard Controls a su s'imposer sur ce marché en quelques années. Sa localisation en Chine lui permet aussi d'être une nouvelle plate-forme pour l'export, lorsque Pékin vend des centrales électriques, hydrauliques ou les cimenteries aux pays émergents d'Amérique du Sud, d'Asie ou d'Afrique. «On va pouvoir monter vers 200 millions d'euros de chiffre d'affaires», assure Etienne Bernard, PDG de l'usine de Pékin. Reste que l'Empire du Milieu n'est pas forcément une partie de tout repos : Bernard Controls doit lutter contre la contrefaçon à coup d'offensives judiciaires contre une trentaine de sociétés locales.

La présentation en vidéo de l'entreprise (en anglais):

Faire des échanges en Yuan. La 13 éme proposition du candidat Hollande était de prôner un «nouvel ordre monétaire international». Paris espère entamer des discussions «de fond et de long terme» sur la monnaie chinoise qui est à la fois sous-évaluée et partiellement convertible. Autant d'éléments qui ne favorisent pas les échanges.

La Corée et la Syrie au centre du volet diplomatique. Le volet politique de la visite débutera par l'accueil officiel du président français par Xi Jinping avec tout le faste d'une visite d'Etat. Ensuite, les deux hommes devraient aborder le dossier de la Corée du Nord et des agitations militaires de Pyongyang. L'autre dossier épineux sera celui de la Syrie, où la Chine à mis son véto à une résolution de l'Onu. Toutefois, Pékin devrait envoyer du personnel diplomatique dans ce pays pour «favoriser un réglement politique». La question du nucléaire iranien et du mali sont aussi au programme.

Les droits de l'homme en demi-sommeil. Même si l'Elysée affirme que ce sujet sera abordé, les chinois sont plutôt susceptible sur cette question. Comme la priorité est économique et d'établir les meilleures relations possible, François Hollande ne va certainement pas aborder frontalement les sujets qui fâchent.

AXA veut se renforcer sur le marché chinois

L'assureur vient d'annoncer l'acquisition de 50% du capital de la société chinoise d'assurances dommages Tian Ping. Cette dernière totalisait 447 millions d'euros de primes en 2011 et disposait de 62 points de vente répartis dans 18 provinces chinoises à la fin juin 2012. L'opération, d'un montant de 485 millions d'euros se fera via l'acquisition de 33% du capital de la société chinoise auprès d'actionnaires actuels et d'une augmentation de capital réservée pour un montant de 248 millions d'euros (elle doit encore obtenir le feu vert des autorités chinoises compétentes). «Les activités existantes d'assurance dommages d'Axa en Chine devraient être intégrées dans la nouvelle coentreprise», souligne l'assureur.

«Cette acquisition dote Axa de capacités de distribution directe uniques sur le marché en forte croissance qu'est l'assurance dommages en Chine», s'est félicité Henri de Castries, le P-dg d'Axa. En 2011, le marché de l'assurance dommages en Chine représentait un chiffre d'affaires de 62 milliards d'euros.

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Mes listes

valeur

dernier

var.

30.74 +0.07%
1.13905 0.00%
173.8 -0.52%
35.9 -0.28%
101.22 -0.49%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.