Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

François Chevallier, stratégiste de la Banque Leonardo, prévoit une correction boursière en Europe et aux Etats-Unis

Le Revenu12/12/2013 à 17:59

DR

(lerevenu.com) - Parce que la zone euro et les Etats-Unis surprennent, négativement pour la première et positivement pour les seconds, il existe un risque élevé de correction sur les marchés actions des deux côtés de l'Atlantique.

Toutefois, des indices de la peur (Vix pour Wall Street, iTraxxcrossover pour la zone euro) au plus bas depuis 2007 devraient limiter l'ampleur de la baisse et l'empêcher de dériver en krach : nous resterons dans un cycle haussier. La correction a démarré en Europe juste après la publication des indices de directeurs d'achat, montrant un élargissement plutôt qu'une réduction de l'écart avec les Etats-Unis comme l'anticipait les actions européennes. Par ailleurs, la perspective d'un compromis budgétaire aux Etats-Unis prive la Réserve Fédérale de sa principale excuse au report du calendrier de sortie du Quantitative Easing (QE). 

A cause de la France, l'Europe décroche économiquement et maintenant financièrement.

Estimée à 0,8% par le PMI composite (51,4), la reprise européenne déçoit notamment par rapport aux Etats-Unis, où la croissance tourne autour de 3%, forte d'un ISM composite de 55,6. Comme le montre le sentiment économique d'Eurostat (moyenne du moral des ménages et de la confiance des industriels), la responsabilité en incombe à la France et à l'Italie, absentes de cette reprise. La Belgique repart dans le sillage de l'Allemagne, tandis que la péninsule ibérique touche les dividendes de ses réformes, l'Espagne doublant la France en novembre (96 contre 95,2 pour Eurostat, 50,8 contre 48 pour Markit). Là où IFO témoigne d'une accélération allemande à 2,7 %, l'indice de l'Insee révèle un cardiogramme français plat à 0,4 % depuis deux ans. La baisse de 200 points à 4 100 du CAC 40 (-4,7 %) traduit la déception des marchés, qui avaient été jusqu'à anticiper une inversion conjoncturelle entre l'Europe et les Etats-Unis. Revenu de 87 % à 81 %, le PER relatif CAC 40/S&P 500 peut encore tomber à 78 %, son niveau moyen historique, entraînant le CAC 40 à 3 900 points. Nous serions donc à mi-chemin de la correction en Europe.

La remontée du crédit aux ménages américains devrait convaincre la Réserve Fédérale de normaliser sa politique.

En situant le début du resserrement monétaire américain en mars prochain, nouvelle limite pour un accord entre Républicains et Démocrates, le consensus des économistes privilégiait l'incertitude budgétaire, qui théoriquement vient d'être levée. L'autre excuse mise en avant par la Fed, la faiblesse persistante de l'emploi, est elle aussi fragilisée par la chute du taux de chômage à 7% et le rebond des créations d'emplois à 200 000 mensuels depuis août. Surtout, la dernière livraison des «Flow of Funds» datée du 9 décembre révèle la remontée du crédit aux ménages pour la 1ère fois depuis le 4ème trimestre 2008. C'est à la fois un gage de normalisation et d'accélération de la croissance (effet de levier) et la preuve ultime d'efficacité de la politique monétaire, accusée jusqu'ici de se limiter à la sphère financière. La Fed pourrait donc modifier sa politique dès le 18 décembre ou le 29 janvier au détriment des taux longs, qui peuvent encore remonter de 40 à 60 points de base (à taux courts nuls et constants), et des actions, trop chèrement payées au regard du cycle des profits. A l'instar de 1994 aux Etats-Unis, 2014 pourrait se révéler une année «flat» en Bourse.

Mes listes

valeur

dernier

var.

25.78 -2.20%
115 +0.88%
0.2 +33.33%
0.62 +26.53%
21 +2.44%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.