Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

France-Vers une croissance légèrement ralentie en début d'année

Reuters20/03/2018 à 18:18
    * Coup de frein sur l'investissement des ménages
    * Celui des entreprises reste dynamique 
    * Consommation des ménages modérée
    * Rebond du pouvoir d'achat attendu au printemps

 (Actualisé sur la longueur, lien vers la note de l'Insee)
    PARIS, 20 mars (Reuters) - L'économie française, qui a fini
2017 sur un rythme de croissance sans précédent depuis 2011,
devrait perdre un peu d'élan au premier semestre tout en
conservant une cadence soutenue, prévoit l'Insee.     
    Dans une note de conjoncture publiée mardi, l'institut
précise que l'activité économique en France devrait continuer
d'être tirée par un investissement des entreprises dynamique,
tout en étant un peu freinée par une consommation des ménages en
demi-teinte.   
    Par rapport à ses précédentes prévisions, publiées
mi-décembre, l'Insee a revu en légère baisse sa prévision de
croissance du produit intérieur brut (PIB) pour le premier
trimestre, à 0,4% (contre 0,5% précédemment). 
    Avec une progression identique au deuxième trimestre,
l'acquis de croissance pour l'ensemble de l'année - à savoir la
progression du PIB si la croissance des deux derniers trimestres
était nulle - devrait selon l'Insee s'établir à 1,6% au 30 juin
prochain (contre 1,7% dans la précédente prévision), soit un peu
moins que le niveau de 1,7% que le gouvernement attend pour la
totalité de 2018.
    L'économie française, qui a évolué depuis l'automne 2016
selon une cadence d'au moins 0,5% par trimestre, devrait donc
conserver "une cadence soutenue mais un peu moins rapide" sur la
première moitié de l'année 2018, a résumé lors d'une conférence
de presse Julien Poujet, chef du département conjoncture de
l'Insee.
    Une évolution esquissée par celle du climat des affaires
depuis le début de l'année: en léger repli par rapport à son pic
de dix ans atteint en décembre, il se maintient malgré tout à un
niveau élevé, a souligné Frédéric Tallet, chef de la division
synthèse conjoncturelle à l'Insee. 
    Malgré ce tassement de la confiance, l'investissement des
entreprises, qui a déjà progressé de 4,4% en 2017, devrait
rester dynamique du fait des tensions persistantes sur
l'appareil productif, alors que les goulots de production sont
au plus haut depuis 1990. 
    Dans un contexte international qui reste porteur pour la
demande et avec des conditions de financement toujours
favorables, l'investissement des entreprises devrait progresser
de 1,1% au premier trimestre et de 1,2% au deuxième, avec un
acquis de 4,1% à mi-année.
    
    BAISSE "PONCTUELLE" DU POUVOIR D'ACHAT 
    A l'inverse, l'Insee table sur une progression modérée de la
consommation des ménages (+0,3% au premier trimestre puis +0,4%
au deuxième), notamment en lien avec un recul "temporaire" du
pouvoir d'achat au premier trimestre du fait d'un calendrier
fiscal défavorable, avec les hausses de la CSG, ainsi que de la
fiscalité sur le tabac et les carburants. 
    Alors que le sujet a fait l'objet d'une passe d'armes entre
l'Insee et le gouvernement en fin d'année dernière  ,
l'institut statistique insiste dans sa note sur le caractère
"temporaire" de ce ralentissement du pouvoir d'achat.
    Au-delà d'un rebond au deuxième trimestre le second semestre
sera "plus favorable", souligne l'Insee. La fin d'année sera
notamment marquée par l'impact de la suppression de la taxe
d'habitation et la deuxième tranche d'allègement des cotisations
sociales pour les salariés du privé. 
    Pour l'Insee, ce calendrier a été intégré par les ménages,
qui devraient puiser dans leur épargne en "anticipant ainsi
l'amélioration attendue (de leur pouvoir d'achat) en fin d'année
du fait du calendrier fiscal."
    A l'inverse de l'investissement des entreprises, celui des
ménages - qui a progressé l'an dernier à un rythme sans
précédent depuis 1999 - devrait franchement ralentir au premier
semestre (+0,5% au premier trimestre et +0,2% au deuxième), du
fait de la stabilisation des ventes de logements neufs.
    L'Insee s'attend par ailleurs à ce que l'investissement
public renoue avec la croissance cette année après cinq années
de repli, notamment sous l'effet des chantiers du Grand Paris
Express. 
    Dans ce contexte, l'économie française devrait encore créer
129.000 emplois marchands au premier semestre 2018, soit à peu
près autant que sur le deuxième semestre 2017 (124.000).
    Mais avec la baisse des emplois aidés, la progression de
l'emploi total serait moins rapide (113.000 postes au premier
semestre après +114.000 durant la deuxième moitié de 2017).
    Quant au taux de chômage, qui s'est établi à 8,9% à fin
décembre 2017, du fait d'une baisse d'une ampleur inattendue au
quatrième trimestre, il devrait rester inchangé à la mi-2018.  
    Au rang des bonnes nouvelles, l'Insee note par ailleurs que
le commerce extérieur devrait cesser de peser sur la croissance
à l'horizon mi-2018, avec une contribution positive de +0,2
point à l'acquis de croissance à fin juin. 
    
    La note de conjoncture de l'Insee :
    http://bit.ly/2G8FudH    
    

 (Myriam Rivet, édité par Yves Clarisse)
 

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.