1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

France Télécom : repli après le placement du P.-D.G en garde à vue
Le Revenu10/06/2013 à 11:18

DR

(lerevenu.com) - Stéphane Richard a été placé en garde à vue, dans le cadre de l'enquête sur l'arbitrage rendu en faveur de Bernard Tapie, selon le procureur de Paris. Christine Lagarde, directrice générale du Fonds monétaire international (FMI) et ministre de l'Economie alors que le P.-D.G. de France Télécom était son directeur de cabinet, a, elle, bénéficié du statut de témoin assisté. Cette garde à vue intervient dans le cadre de l'enquête des juges d'instruction du pôle financier de Paris sur l'arbitrage grâce auquel Bernard Tapie a obtenu une indemnisation de 403 millions d'euros, en juillet 2008. La police souhaite entendre Stéphane Richard sur son rôle et sa responsabilité dans la décision de recourir, en 2007, à un arbitrage pour mettre fin à une procédure entre l'homme d'affaires et le Crédit Lyonnais qu'il accusait de l'avoir spolié dans la vente d'Adidas.

Le dirigeant de l'opérateur télécom paraît avoir donné à la presse plusieurs versions de son rôle auprès de Christine Lagarde. A l'AFP, Stéphane Richard a expliqué n'avoir reçu « ni ordre, ni instruction particulière » de l'Elysée pour trancher de différend entre Bernard Tapie et le Crédit Lyonnais, à l'aide d'un tribunal privé. Dans sa dernière édition, « Le Canard Enchaîné », a expliqué que le P.-D.G. lui avait assuré qu'une « instruction » lui avait été transmise par Claude Guéant, alors secrétaire général de l'Elysée, pour choisir la voie de l'arbitrage. L'audition de Stéphane Richard intervient alors que l'un des juges du tribunal arbitral, Pierre Estoup, a été mis en examen pour « escroquerie en bande organisée ».

Le marché commence à s'inquiéter d'une éventuelle mise en examen du dirigeant de France Télécom, à la suite des propos - par la suite démentis ? du ministre du Redressement productif et de l'Industrie. Arnaud Montebourg aurait, en effet, déclaré qu'une telle décision de justice n'était pas compatible avec le maintien de Stéphane Richard à la tête de l'opérateur. D'après certaines sources, Stéphane Richard aurait obtenu du président de la République que son éventuelle mise en examen dans cette affaire ne signifierait pas pour autant sa mise à l'écart de la présidence de France Télécom.

Conserver.

Cette analyse a été élaborée par Le Revenu et diffusée par BOURSORAMA le 10/06/2013 à 11:18:08.

Agissant exclusivement en qualité de canal de diffusion, BOURSORAMA n'a participé en aucune manière à son élaboration ni exercé aucun pouvoir discrétionnaire quant à sa sélection. Les informations contenues dans cette analyse ont été retranscrites « en l'état », sans déclaration ni garantie d'aucune sorte. Les opinions ou estimations qui y sont exprimées sont celles de ses auteurs et ne sauraient refléter le point de vue de BOURSORAMA. Sous réserves des lois applicables, ni l'information contenue, ni les analyses qui y sont exprimées ne sauraient engager la responsabilité BOURSORAMA. Le contenu de l'analyse mis à disposition par BOURSORAMA est fourni uniquement à titre d'information et n'a pas de valeur contractuelle. Il constitue ainsi une simple aide à la décision dont l'utilisateur conserve l'absolue maîtrise.

BOURSORAMA est un établissement de crédit de droit français agréé par l'Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (« ACPR ») et par l'Autorité des Marchés Financiers (« AMF ») en qualité de Prestataire de services d'investissement et sous la surveillance prudentielle de la Banque Centrale Européenne (« BCE »).

Conformément à la réglementation en vigueur, BOURSORAMA établit et maintient opérationnelle une politique de gestion des conflits d'intérêts et met en place des mesures administratives et organisationnelles afin de prévenir, identifier et gérer les situations de conflits d'intérêts eu égard aux recommandations d'investissement diffusées. Ces règles contiennent notamment des dispositions relatives aux opérations financières personnelles afin de s'assurer que les collaborateurs de BOURSORAMA ne sont pas dans une situation de conflits d'intérêts lorsque Boursorama diffuse des recommandations d'investissement.

Le lecteur est informé que BOURSORAMA n'a aucun conflit d'intérêt pouvant affecter l'objectivité des analyses diffusées. A ce titre, le lecteur est informé qu'il n'existe pas de lien direct entre les analyses diffusées et les rémunérations variables des collaborateurs de BOURSORAMA. De même, il n'existe pas de liens financiers ou capitalistiques entre BOURSORAMA et les émetteurs concernés, en dehors des engagements contractuels pouvant régir la fourniture du service de diffusion.

Il est rappelé que les entités du groupe Société Générale, auquel appartient BOURSORAMA, peuvent procéder à des transactions sur les instruments financiers mentionnés dans cette analyse, détenir des participations dans les sociétés émettrices de ces instruments financiers, agir en tant que teneur de marché, conseiller, courtier, ou banquier de ces instruments, ou être représentées au conseil d'administration de ces sociétés. Ces circonstances ne peuvent en aucune manière affecter l'objectivité des analyses diffusées par BOURSORAMA.

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer