Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Actualités

HENKEL PFD

105.25EUR
+0.48% 

DE0006048432 HEN3

Stuttgart données temps différé
Politique d'exécution
  • ouverture

    104.90

  • clôture veille

    104.75

  • + haut

    105.30

  • + bas

    104.70

  • volume

    3 423

  • valorisation

    44 411 MEUR

  • capital échangé

    0.00%

  • dernier échange

    19.04.18 / 15:40:43

  • limite à la baisse

    Qu'est-ce qu'une limite à la hausse/baisse ?

    Fermer

    0.00

  • limite à la hausse

    Qu'est-ce qu'une limite à la hausse/baisse ?

    Fermer

    0.00

  • Éligibilité

    Non éligible Boursorama

Autres places de cotation

Fermer
  • + Alerte

  • + Portefeuille

    Ajouter HENKEL PFD à un portefeuille virtuel

    Fermer
  • + Liste

    Ajouter HENKEL PFD à mes listes

    Fermer

France-Stabilisation des émissions corporate malgré la BCE-Moody's

Reuters17/10/2016 à 01:05
    * Volumes d'émissions attendus entre 60 et 65 mds en 2016 
et 2017 
    * Graphique sur les volumes d'émissions : http://bit.ly/2e2kiWP 
    * Les émetteurs prudents, les investisseurs plus sélectifs 
    * Les prêts bancaires très compétitifs 
 
    PARIS, 17 octobre (Reuters) - Les émissions obligataires des 
entreprises non financières françaises devraient se stabiliser 
autour de 60 à 65 milliards d'euros en 2016 et en 2017 dans un 
contexte de dynamisme du financement bancaire, de perspectives 
de croissance toujours faibles et de trésoreries abondantes, 
prévoit Moody's.  
    Sur les neuf premiers mois de l'année, les émissions 
obligataires des entreprises non financières ont porté sur un 
montant de 51 milliards d'euros, contre 52 milliards pour la 
période correspondante de 2015, selon les données d'une étude 
publiée lundi par l'agence de notation.  
    "Il y a eu un rattrapage massif fin août-début septembre   
après un début d'année marqué par des conditions de marché 
difficiles" a dit Guillaume Leglise, analyste chez Moody's, 
rappelant qu'à fin juin, le volume d'émissions était en baisse 
de 24,5% par rapport au six premiers mois de 2015. 
    Les craintes liées à la baisse des matières premières, au 
ralentissement de l'économie chinoise, aux perspectives de 
normalisation de la politique monétaire américaine puis au vote 
britannique sur la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne 
ont pesé sur le marché en début d'année.  
    Dans ce contexte, les volumes d'émissions ont 
essentiellement été portés par de grands émetteurs en catégorie 
d'investissement et par les besoins de financement de quelques 
opérations de fusions-acquisitions, comme le rachat d'Airgas par 
Air Liquide  AIRP.PA  ou de Darty par la Fnac  FNAC.PA , relève 
Moody's. Une ou plusieurs opérations de Danone  DANO.PA  sont 
d'ailleurs toujours attendues après l'annonce de l'acquisition 
de l'américain WhiteWave pour 12,5 milliards de dollars, a 
rappelé Guillaume Leglise. 
    Il relève que certains grands émetteurs, notamment dans le 
secteur des services aux collectivités, comme Engie  ENGIE.PA  
ou EDF  EDF.PA , ont été moins présents cette année qu'en 2015 
du fait de programmes de cessions d'actifs qui ont réduit leurs 
besoins de financement.  
     
    DES INVESTISSEURS PLUS SÉLECTIFS 
    Les émetteurs en catégorie spéculative ont été moins actifs, 
les investisseurs se montrant beaucoup plus sélectifs et 
exigeants sur la liquidité des titres émis.  
    Sur janvier-septembre, les volumes émis par des entreprises 
en catégorie spéculative n'ont été que de 10 milliards d'euros, 
dont 5,2 milliards levés par Altice  ATCA.AS  en avril, contre 
12 milliards sur la période correspondante de 2015, au cours de 
laquelle le groupe de télécommunications et de médias n'avait 
sollicité le marché que pour deux milliards d'euros.  
    "Les primo-émetteurs ont été inexistants sur la première 
partie de l'année et ce compartiment a été essentiellement animé 
par des émetteurs existants notés dans le haut de la fourchette 
de la catégorie", expliquent les analystes de Moody's.  
    Ils relèvent toutefois que la notation moyenne des 
entreprises française ne s'est pas détériorée sur la période, 
restant inchangée à Ba1.  
    S'ils soulignent que la baisse des rendements s'est accrue 
après la mise en oeuvre par la Banque centrale européenne (BCE) 
de son programme de rachat d'obligations d'entreprise, ils 
constatent qu'elle a essentiellement profité aux investisseurs 
en catégorie d'investissement, dont certains, comme Sanofi 
 SASY.PA  ou Henkel  HNKG_p.DE , ont pu émettre à taux négatifs. 
     
    DYNAMISME DES PRÊTS BANCAIRES 
    En dépit de la poursuite de la baisse des rendements liée au 
programme d'assouplissement quantitatif de la BCE, les émetteurs 
n'ont pas accéléré leurs appels au marché.  
    Pour les analystes de Moody's, cette prudence s'explique par 
la faiblesse des perspectives de croissance en France, qui 
freine les décisions d'investissement, et par des réserves de 
liquidités dans les entreprises en légère baisse mais encore 
très significatives, notamment après les très importantes 
opérations de refinancement effectuées en 2014. 
    Ils notent aussi que les prêts bancaires ont été très 
compétitifs en 2016 du fait de l'environnement de taux bas et de 
la bonne santé générale des banques française.  
    Le dynamisme des prêts bancaires, en hausse de 5,3% sur un 
an à fin août contre une progression de 3,2% un an auparavant, 
s'est traduit par un arrêt du mouvement de désintermédiation 
bancaire et un ralentissement des placements privés.  
    Selon des données de Dealogic citées dans l'étude, les 
émissions sur le marché des placements privés "Euro PP" ont 
totalisé 1,5 milliard d'euros en France depuis le début de 
l'année contre 2,6 milliards sur la même période en 2015.  
    Hors opérations éventuelles de fusions-acquisitions, les 
analystes de Moody's s'attendent en 2017 à un volume d'émissions 
comparables à celui de 2016 compte tenu de tombées de dettes 
d'un montant pratiquement équivalent (44 milliards d'euros 
contre 42 milliards cette année) et de la poursuite du rebond 
des émissions en catégorie spéculative.  
    Ils n'excluent pas toutefois que la perspective de 
l'élection présidentielle puisse inciter certaines entreprises à 
se refinancer en amont de la période électorale.  
     
 
 (Marc Joanny, édité par Marc Angrand) 
 

Valeurs associées

+0.48%
+0.05%
+0.48%
+0.05%
+0.10%
+0.48%
+0.19%
-1.55%
EDF
+0.21%
-0.55%
-0.05%
0.00%
+0.14%
Afficher toutes les valeurs associées Réduire

Cette analyse a été élaborée par Reuters et diffusée par BOURSORAMA le 17/10/2016 à 01:05:11.

Agissant exclusivement en qualité de canal de diffusion, BOURSORAMA n'a participé en aucune manière à son élaboration ni exercé aucun pouvoir discrétionnaire quant à sa sélection. Les informations contenues dans cette analyse ont été retranscrites « en l'état », sans déclaration ni garantie d'aucune sorte. Les opinions ou estimations qui y sont exprimées sont celles de ses auteurs et ne sauraient refléter le point de vue de BOURSORAMA. Sous réserves des lois applicables, ni l'information contenue, ni les analyses qui y sont exprimées ne sauraient engager la responsabilité BOURSORAMA. Le contenu de l'analyse mis à disposition par BOURSORAMA est fourni uniquement à titre d'information et n'a pas de valeur contractuelle. Il constitue ainsi une simple aide à la décision dont l'utilisateur conserve l'absolue maîtrise.

BOURSORAMA est un établissement de crédit de droit français agréé par l'Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (« ACPR ») et par l'Autorité des Marchés Financiers (« AMF ») en qualité de Prestataire de services d'investissement et sous la surveillance prudentielle de la Banque Centrale Européenne (« BCE »).

Conformément à la réglementation en vigueur, BOURSORAMA établit et maintient opérationnelle une politique de gestion des conflits d'intérêts et met en place des mesures administratives et organisationnelles afin de prévenir, identifier et gérer les situations de conflits d'intérêts eu égard aux recommandations d'investissement diffusées. Ces règles contiennent notamment des dispositions relatives aux opérations financières personnelles afin de s'assurer que les collaborateurs de BOURSORAMA ne sont pas dans une situation de conflits d'intérêts lorsque Boursorama diffuse des recommandations d'investissement.

Le lecteur est informé que BOURSORAMA n'a aucun conflit d'intérêt pouvant affecter l'objectivité des analyses diffusées. A ce titre, le lecteur est informé qu'il n'existe pas de lien direct entre les analyses diffusées et les rémunérations variables des collaborateurs de BOURSORAMA. De même, il n'existe pas de liens financiers ou capitalistiques entre BOURSORAMA et les émetteurs concernés, en dehors des engagements contractuels pouvant régir la fourniture du service de diffusion.

Il est rappelé que les entités du groupe Société Générale, auquel appartient BOURSORAMA, peuvent procéder à des transactions sur les instruments financiers mentionnés dans cette analyse, détenir des participations dans les sociétés émettrices de ces instruments financiers, agir en tant que teneur de marché, conseiller, courtier, ou banquier de ces instruments, ou être représentées au conseil d'administration de ces sociétés. Ces circonstances ne peuvent en aucune manière affecter l'objectivité des analyses diffusées par BOURSORAMA.

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.