Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

France-Rassemblements pour l'école et la liberté après la mort de Samuel Paty
Reuters18/10/2020 à 10:47

PARIS, 18 octobre (Reuters) - Des rassemblements sont prévus ce dimanche en France, notamment place de la République à Paris, pour rendre hommage à Samuel Paty, professeur d'histoire-géographie décapité vendredi près de son collège à Conflans-Sainte-Honorine, dans les Yvelines, quelques jours après avoir présenté en classe des caricatures de Mahomet dans le cadre d'un cours sur la liberté d'expression.

Qualifié par Emmanuel Macron d'"attentat terroriste islamiste caractérisé" , ce meurtre a suscité une vive émotion à travers le pays et réveillé le souvenir de l'attentat contre Charlie Hebdo en 2015, dont le procès se déroule en ce moment à Paris.

Un hommage national sera rendu mercredi au professeur.

Son meurtrier présumé, un réfugié russe d'origine tchétchène âgé de 18 ans, a été abattu peu de temps après son attaque par des policiers.

Samuel Paty a été tué après une campagne menée sur les réseaux sociaux par le père d'une élève l'accusant d'avoir "insulté" l'islam et son prophète. Abdelhakim Sefrioui, membre du conseil des imams de France, a alors apporté son soutien au père de l'élève sur Twitter.

Dès samedi, des centaines de personnes, notamment des élèves accompagnés de leurs parents, des enseignants ou de simples habitants, sont venus exprimer leur émotion et leur solidarité devant le collège du Bois de l'Aulne où enseignait Samuel Paty.

Certains arboraient des pancartes avec les inscriptions "Je suis Samuel" ou "Je suis enseignant", à l'image du slogan "Je suis Charlie" qui s'était répandu en France et dans le monde après l'attaque de janvier 2015 contre la rédaction de l'hebdomadaire à la suite de la publication de caricatures de Mahomet.

Jean-Michel Blanquer, le ministre de l'Education nationale, a annoncé qu'un travail serait fait à partir de la rentrée des vacances de la Toussaint auprès des élèves de l'ensemble du pays pour leur rappeler "la chance d'être un enfant de France, la chance d'être à l'école de la République, la chance aussi de pouvoir vivre en démocratie et en République".

Dans une interview au Journal du Dimanche, le Premier ministre, Jean Castex, dit ne pas exclure que le projet de loi sur le séparatisme, qui doit être présenté en décembre au Conseil des ministres, soit complété. Sur le plan de la sécurité, il affirme travailler sur une "stratégie de riposte" et des "actes concrets" pour protéger un enseignant lorsqu'il subit des menaces.

Le chef de l'Etat Emmanuel Macron présidera un conseil restreint de défense ce dimanche à l'Elysée.

Au niveau de l'enquête, les policiers cherchent à déterminer si le meurtrier a bénéficié d'éventuelles complicités et une 11e personne a été mise en garde à vue, a-t-on appris dimanche de source judiciaire.

Parmi ces personnes interpellées depuis vendredi soir figurent des membres de sa famille ou de son entourage mais aussi le père de l'élève auteur des messages hostiles contre Samuel Paty, a précisé samedi le procureur antiterroriste Jean-François Ricard.

(Rédaction de Paris, édité par Bertrand Boucey)

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer