1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

France-Polémique autour de la date du début des soldes d'hiver
Reuters10/01/2018 à 12:17

    * La période des soldes raccourcie dès 2019 
    * Les grandes enseignes veulent une date d'ouverture plus 
tardive 
    * Mais le gouvernement la maintient début janvier 
 
    ORLEANS, Loiret, 10 janvier (Reuters) - Le gouvernement 
français, qui a proposé de réduire la période des soldes d'hiver 
et d'été de six à quatre semaines à compter de 2019, a réaffirmé 
mercredi son souhait de conserver une date de début des soldes 
d'hiver début janvier, malgré la protestation des grandes 
enseignes situées en zone touristique. 
    "Il y a sur ce point des positions qui n'étaient pas 
réconciliables", a assuré la secrétaire d'État auprès du 
Ministre de l'Économie et des Finances, Delphine Geny-Stephann, 
en marge d'une déambulation dans les rues d'Orléans à l'occasion 
du premier jour des soldes d'hiver.  
    Plus tôt dans la journée, Pierre Peralley, le directeur 
général du Printemps Haussmann, interrogé par BFMTV, avait de 
nouveau plaidé pour cette option d'ouverture avancée. 
    "Je crois qu'il y avait besoin d'une clarification de ces 
dates de soldes. Donc (le raccourcissement de la période des 
soldes de six à quatre semaines-NDLR) est une bonne mesure. On 
aurait préféré que ça se fasse un peu plus tôt dans l'année et 
que ça se fasse le 26", a-t-il plaidé. "Pourquoi? Parce qu'on a 
une clientèle internationale et que Londres, par exemple, 
démarre le 26. C'est un élément de compétitivité pour nous." 
    Interrogée par Reuters, la secrétaire d'État a pris acte. 
    "Un certain nombre d'acteurs, en particulier dans les zones 
touristiques, auraient souhaité que les soldes commencent plus 
tôt. En revanche, les commerçants indépendants sont très 
majoritairement en faveur d'une date plus éloignée pour pouvoir 
écouler leurs stocks", a-t-elle indiqué. "C'est pour ça qu'on a 
choisi de rester dans l'équilibre parce qu'on ne voulait pas 
favoriser une vision sur l'autre." 
     
    BLACK FRIDAY PARTOUT ? 
    Le raccourcissement de la période de soldes sera proposé au 
premier semestre 2018 dans le projet de loi PACTE (Plan d'action 
pour la croissance et la transformation des entreprises) sur les 
entreprises et c'est le législateur qui décidera de ce qu'il y 
aura dans la loi au final, a dit Delphine Geny-Stephann. 
    En dehors de cette période, "les commerçants pourront 
réfléchir par eux-mêmes à un événement de type Black Friday", a 
encore dit la secrétaire d'État.  
    "Cette courte période de promotions, sur deux ou trois 
jours, au niveau national serait destinée à stimuler le 
commerce, notamment de proximité", a précisé le Ministère de 
l'Économie et des Finances dans un communiqué.  
    La période des soldes avait été portée de cinq à six 
semaines en 2015, tandis que les deux semaines de soldes dits 
"flottants" - laissées au choix des commerçants - avaient été 
supprimées afin de redynamiser les soldes réglementaires. 
    La généralisation des promotions et des offres privées tout 
au long de l'année, ainsi que la percée des sites de ventes 
événementielles et la multiplication des magasins de déstockage 
("outlets") ont largement vidé de leur substance ces périodes de 
rabais pendant lesquelles les commerçants sont autorisés à 
vendre à perte pour écouler leurs stocks d'invendus. 
    Le poids des soldes dans le chiffre d'affaires du secteur a 
reculé de 7% depuis 2014 pour totaliser 20% des ventes 
d'habillement, selon les données de l'Institut français de la 
mode (IFM). Dans le même temps, celui des promotions a progressé 
de 5% pour atteindre 27% des ventes.   
    "De moins en moins de clients achètent aujourd'hui des 
produits à plein tarif et les comportements d'achat des 
millenials ont radicalement changé", souligne Julia Amsellem, 
associée au sein du cabinet Ernst & Young. 
    Les jeunes générations, très averties grâce aux réseaux 
sociaux, savent où trouver les bonnes affaires, les ventes 
privées, les sites d'occasion ou les outlets. 
    "Si le rôle des soldes diminue, ils restent toutefois 
indispensables pour écouler les stocks. Ils compensent les aléas 
d'hivers trop doux ou d'étés trop frais", ajoute Julia Amsellem. 
 
 (Mourad Guichard, avec Pascale Denis et Caroline Pailliez, 
édité par Yves Clarisse) 
 

Valeurs associées

Tradegate -1.24%
Euronext Paris +1.41%
XETRA +0.11%
LSE Intl -0.05%
Sibe +1.29%

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer