Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

France-Objectif de déficit 2015 révisé après une baisse en 2014

Reuters26/03/2015 à 09:58

* Un déficit ramené à 4% contre 4,4% prévu * L'objectif pour 2015 ramené à 3,8% * Une baisse de nature à faciliter les négociations avec la CE (Actualisé avec éléments supplémentaires) PARIS, 26 mars (Reuters) - Le déficit public de la France représentait 4,0% du produit intérieur brut fin 2014, un niveau nettement inférieur aux attentes grâce notamment à une forte baisse des besoins de financements des collectivités locales, à l'origine du dérapage des comptes en 2013. La publication de ce chiffre, jeudi par l'Insee, intervient en pleines négociations de Paris avec l'Union européenne sur la trajectoire nécessaire pour le ramener sous 3% à l'horizon 2017, selon le nouveau calendrier récemment convenu. Dans un communiqué, le ministre des Finances Michel Sapin et le secrétaire d'Etat au Budget Christian Eckert ont souligné que cette performance pour 2014, alors que le gouvernement tablait sur 4,4%, "a ouvert la perspective d'une révision à la baisse du déficit public en 2015, aux alentours de 3,8% du PIB." La dernière version de la trajectoire des finances publiques françaises anticipait un déficit public, qui agrège les soldes des comptes de l'Etat, des collectivités locales et des administrations de sécurité sociale, à 4,1% fin 2015, soit au même niveau qu'en 2013. Mais la dette publique de la France a encore progressé de 84,4 milliards d'euros l'an passé pour atteindre 2.037,8 milliards d'euros, un nouveau record, soit l'équivalent de 95% du PIB contre 92,3% un an plus tôt. Le gouvernement tablait à l'origine sur un déficit public de 3,6% du PIB en 2014, une prévision relevée à 3,8% au printemps puis 4,4% à l'automne quand il a révisé sérieusement à la baisse, de 0,9% à 0,4%, ses anticipations pour la croissance économique de l'année. Invoquant les effets négatifs de la faiblesse de l'inflation et de la croissance, il a dans le même temps renoncé à ramener ce déficit public sous 3% du PIB à l'horizon 2015. STABILITÉ DU TAUX DE PRÉLÈVEMENTS OBLIGATOIRES Cette décision a été entérinée par l'Union européenne, qui a accordé un nouveau délai à la France pour y parvenir, cette fois en 2017, avec une première étape à 4,1% en 2015. ID:nL5N0WC2MM Le délai, le troisième en l'espace de six ans, a été octroyé malgré les fortes réticences d'une partie des partenaires européens de la France et en échange d'exigences d'efforts supplémentaires pour cette année, Bruxelles estimant alors que, dans le contexte actuel, l'objectif fixé pour la fin 2015 ne serait pas atteint. Dans son communiqué, Michel Sapin indique que "le gouvernement est pleinement confiant dans sa capacité à ramener le déficit public sous 3% d'ici 2017, tout en confortant la reprise de l'activité et en finançant ses priorités". En 2014, les dépenses totales des administrations publiques ont progressé de 1,6%, à 1.226,5 milliards d'euros, soit l'équivalent de 57,2% du PIB contre 57,0 en 2013, et leurs recettes de 1,9% à 1.141,6 milliards. La hausse des seules dépenses de fonctionnement a été limitée à 1,3%. L'an dernier, le taux de prélèvements obligatoires est resté stable à 44,7% du PIB alors que les impôts ont augmenté de 1,5% et les cotisations sociales de 2,6%. Le déficit du seul budget de l'Etat a progressé l'an passé à 74,7 milliards d'euros et celui des organismes de Sécurité sociale est revenu à 8,6 milliards d'euros, des niveaux proches des chiffres déjà publiés et là aussi inférieurs aux prévisions. L'Insee fait aussi état d'une baisse sensible du besoin de financement des collectivités locales, à 4,5 milliards contre 8,5 milliards, après sa forte hausse de 2013. Le communiqué complet de l'Insee : http://www.insee.fr/fr/themes/info-rapide.asp?id=37&date=20150326 Les indicateurs français en temps réel ECONFR Les indicateurs de la zone euro en temps réel ECONEZ Le point sur la conjoncture française ECO/FR (Yann Le Guernigou, édité par Jean-Baptiste Vey)

Mes listes

valeur

dernier

var.

5614.51 -0.13%
0 -100.00%
0.2 0.00%
1.175 -0.21%
0.001 0.00%
28.47 +1.21%
5.17 -0.96%
22930.36 +0.40%
99.83 0.00%
19.932 -0.11%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.