1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

France-Moscovici veut un déficit structurel moins élevé en 2019
Reuters13/12/2017 à 08:53

    PARIS, 13 décembre (Reuters) - La France devra faire en 2019 
un effort structurel "sensiblement supérieur" à celui prévu dans 
le projet de budget 2018 pour réduire son déficit public, a 
déclaré mercredi Pierre Moscovici. 
    "La France a opté pour une stratégie dans laquelle elle fait 
le plus strict minimum en 2018 - c'est même l'effort structurel 
le plus bas depuis cinq ans", a souligné le commissaire européen 
aux Affaires économiques et financières lors d'une audition à 
l'Assemblée nationale. 
    "Cela n'a pas d'implications procédurales à court terme pour 
le pays, mais signifie que dans le prochain budget l'effort 
structurel devra être sensiblement supérieur", a-t-il ajouté. 
    Dans l'immédiat, Pierre Moscovici a confirmé que, avec un 
déficit public prévu par la Commission à 2,9% du produit 
intérieur brut cette année et l'an prochain - là où le 
gouvernement table sur 2,9% en 2017 puis 2,6% en 2018 -,  la 
France devrait être en mesure de sortir dès le printemps 
prochain de la procédure européenne de déficit excessif.   
    Mais il a souligné aussitôt qu'il y avait "très peu de 
marges pour des dérapages ou des mauvaises surprises", ajoutant 
: "Ça passe à 2,9% (...) mais par définition ça passe tout juste 
puisque le seuil est à 3%". 
    Il a au passage évoqué la nécessité d'attendre le verdict 
d'Eurostat, l'agence des statistiques européenne, sur la 
comptabilisation du coût de l'annulation de la taxe sur les 
dividendes pour voir s'il peut être imputé, comme l'a décidé 
Paris, sur les deux années 2017 et 2018. 
    S'agissant de l'effort structurel (hors effet de la 
conjoncture) de réduction des déficits, le gouvernement français 
a prévu qu'il serait limité à 0,1 point de PIB en 2018, alors 
que la Commission européenne estime qu'il sera négatif de 0,4 
point. 
    "J'ai bon espoir que nos estimations convergeront en cours 
d'année prochaine - l'expérience des années passées va plutôt 
dans ce sens", a dit Pierre Moscovici, avant de lancer son 
avertissement pour 2019. 
    Ce sont alors les règles du bras préventif du pacte de 
stabilité et de croissance européen qui s'appliqueront "et elles 
ne sont pas nécessairement plus 'faciles' que celles du bras 
correctif", a-t-il encore indiqué.    
 
 (Yann Le Guernigou, édité par Myriam Rivet) 
 

2 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • rmiossec
    13 décembre09:08

    mais les deux derniers quinquennats n'ont pas brillé non plus en la matière et celui de Mec Rond en taxant une bonne partie avec la CSG va faire mal, je pense + tous autres mesures (sauf ISF)

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

53.75 +2.97%
13.756 -0.94%
36.78 +4.49%
14.75 +9.10%
CGG
0.9032 +8.04%

Les Risques en Bourse

Fermer