1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

France-Mis en cause par Mediapart, Rugy n'a "rien à se reprocher"
Reuters10/07/2019 à 11:44

    PARIS, 10 juillet (Reuters) - François de Rugy s'est défendu
mercredi d'avoir organisé des dîners purement privés, en 2017 et
2018, avec les moyens de l'Assemblée nationale qu'il présidait
alors, une mise en cause à ses yeux "grotesque" relayée par
Mediapart.
    Le site d'investigation décrit, dans un article publié
mercredi, "la vie de château sur fonds publics" qu'aurait menée
l'actuel ministre de la Transition écologique et son épouse en
conviant des amis lors de "somptueuses agapes" dans les salons
de l'hôtel de Lassay, résidence du président de l'Assemblée.
    Mediapart recense une dizaine de dîners de ce genre, entre
octobre 2017 et juin 2018, durant lesquels le personnel de
l'Assemblée aurait été mis à contribution et des bouteilles de
vins onéreuses, sorties des caves du Parlement, servies aux
convives, "essentiellement des amis" du couple.
    Un "article pamphlétaire", a rétorqué François de Rugy sur
France Inter. "C'est grotesque."
    Selon lui, ces réceptions lui permettaient de rencontrer,
pour les besoins de ses fonctions, des représentants de la vie
civile - "certains, nous les connaissions, d'autres, nous ne les
connaissions pas", dit-il.
    "J'assume totalement qu'un président de l'Assemblée
nationale comme un ministre rencontre dans un cadre informel le
soir dans des dîners (...) des responsables d'entreprise, des
responsables de la culture, des responsables de l'université",
s'est défendu l'ex-député et militant écologiste. 
    
    "QUE L'ASSEMBLÉE NATIONALE SOIT OUVERTE"
    "J'assume que ma femme ait pu participer à l'organisation de
ces dîners et je me défendrai et je défendrai ma femme parce que
je n'accepte pas qu'on nous attaque, nous n'avons rien à nous
reprocher, ni elle, ni moi", a-t-il poursuivi.
    Le successeur de Nicolas Hulot à la Transition écologique
dit avoir "toujours souhaité que l'Assemblée nationale soit
ouverte" alors même qu'on "reproche souvent aux hommes et aux
femmes politiques d'être coupés, de n'être que dans leur monde
politique, d'être dans une forme de bulle politique".
    François de Rugy a également invoqué sa gestion, selon lui
rigoureuse, du budget de l'Assemblée.
    "C'est moi qui ai réduit la retraite des députés, 37% de
moins, c'est moi qui ai supprimé les avantages des anciens
présidents de l'Assemblée nationale", a-t-il déclaré. "Les frais
de déplacement du président de l'Assemblée nationale quand je
l'étais : -34%, les frais de réception : -13%."    
    Les frais de représentation et de réception de son ministère
se sont par ailleurs élevés à 27.000 euros au premier semestre
2019, soit trois fois moins que l'enveloppe allouée à cet effet,
précise son entourage dans une note transmise à Reuters.
    Le train de vie de François de Rugy à l'Assemblée avait déjà
fait l'objet, en juillet 2018, de révélations du Parisien, qui
avait notamment raconté le déjeuner de mariage du couple
organisé à l'hôtel de Lassay fin 2017 - un repas payé "d'emblée"
par le futur ministre, selon son entourage.

 (Simon Carraud, édité par Yves Clarisse)
 

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer