1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

France-Macron interpellé sur les violences policières
Reuters20/07/2019 à 12:14

    PARIS, 20 juillet (Reuters) - Emmanuel Macron a été
interpellé sur les violences policières lors d'un déplacement
samedi dans les Hautes-Pyrénées et il  s'est dit "très
préoccupé" par la disparition d'un homme à Nantes après
l'intervention des forces de l'ordre le soir de la Fête de la
musique.
    "Je suis très préoccupé par ce qui s'est passé à Nantes et
il faut que la clarté soit faite", a-t-il dit en réponse à des
citoyens venus à sa rencontre lors d'un bain de foule à
Bagnères-de-Bigorre. "Je suis très préoccupé par cette
situation, il faut que l'enquête soit conduite jusqu'à son terme
et que la transparence soit faite."
     Une enquête a été confiée à l'Inspection générale de la
police nationale (IGPN) concernant une opération controversée
des forces de l'ordre à Nantes, où 14 personnes ont été
repêchées dans la Loire alors que les policiers avaient fait
usage de gaz lacrymogènes pour faire cesser une fête au bord du
fleuve. 
    Un jeune de 24 ans, Steve Maïa Caniço, est toujours porté
disparu depuis. Sa famille s'est constituée partie civile dans
le cadre de l'enquête confiée à un juge d'instruction.
    Interpellé sur les violences policières d'une manière
générale, alors que le pays sort de plus de six mois de crise
dite des "Gilets jaunes", Emmanuel Macron a répondu : "Ma
préoccupation c'est aussi que la justice soit faite pour tous
les citoyens."
    "Il faut garder à l'esprit que si nos policiers ont été mis
dans cette situation c'est qu'il y a aussi nos concitoyens qui
ont été très violents, et ça n'est pas acceptable", a dit le
chef de l'Etat. "Il faut que tout le monde se calme et il faut
qu'on travaille tous ensemble pour améliorer les choses."

 (Elizabeth Pineau)
 

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer