Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

France-Macron dément toute "arrogance"

Reuters14/10/2017 à 01:44
    * Interview fleuve à l'hebdomadaire allemand Der Spiegel 
    * Le chef de l'Etat répond aux critiques sur son style 
    * Défend la suppression controversée de l'ISF 
 
    PARIS, 14 octobre (Reuters) - Emmanuel Macron dément être 
"arrogant" dans une interview au Spiegel publiée ce samedi, en 
réponse aux critiques émises contre le style de son début de 
quinquennat, marqué par une prise de distance avec la presse et 
des propos qui ont alimentés un procès en mépris de classe.  
    "Je ne suis pas arrogant", dit le chef de l'Etat, qui fait 
avec cette phrase la une de l'hebdomadaire allemand. "Je mets 
fin au copinage entre les politiques et les médias." 
    "Pour un président, être constamment en train de parler avec 
des journalistes, être constamment entouré de journalistes, n'a 
rien à voir avec le fait d'être proche du peuple", ajoute-t-il. 
"Un président doit garder les médias à distance". 
    Depuis son élection le 7 mai dernier, Emmanuel Macron a opté 
pour une communication verrouillée : parole raréfiée par rapport 
aux ères Nicolas Sarkozy et François Hollande, déclarations la 
plupart du temps sans questions, distance avec les journalistes 
et priorité à l'image. 
    Le chef de l'Etat, qui a vécu de l'intérieur sous le 
quinquennat précédent l'effet ravageur des prises de parole 
intempestives, a toutefois accordé une série d'interviews, à la 
presse internationale comme à la presse française. Il sera 
l'invité d'une émission spéciale sur TF1 dimanche soir.  
    Après un été mouvementé, Emmanuel Macron a entamé cette 
semaine son deuxième chantier social, la réforme de la formation 
professionnelle et de l'assurance chômage, après avoir signé les 
ordonnances Code du travail fin septembre. Il a été sous le feu 
des critiques de l'opposition ces derniers jours pour une 
nouvelle déclaration "choc".  
    Après avoir épinglé les "fainéants" lors d'un discours à 
Athènes en septembre, il a fustigé la semaine dernière lors d'un 
aparté en Corrèze "ceux qui foutent le bordel".   
    "Certains voudraient juste me coller une étiquette comme des 
entomologistes le feraient avec un papillon séché et puis dire : 
'regardez, c'est le banquier qui n'aime pas les gens'", 
note-t-il dans les colonnes du Spiegel.  
    "Si c'était le cas, je ne serais pas là. Je ne suis pas 
arrogant à l'égard des Français, je suis déterminé", 
poursuit-il. "Pendant la campagne présidentielle, j'ai voyagé 
dans tout le pays. J'aime mon pays et les Français. J'adore leur 
parler et les convaincre (...) mais je ne dois pas succomber à 
la démagogie et aux mensonges." 
     
    "JE NE FAIS PAS CELA POUR AIDER LES RICHES" 
    Dans le sillage de la présentation du projet de budget pour 
2018, le couple exécutif a également dû endiguer les critiques 
grandissantes sur une présumée "présidence des riches". 
    Baisse de l'aide publique au logement (APL), réduction des 
emplois aidés, suppression de l'impôt sur la fortune (ISF): 
beaucoup de Français, notamment des sympathisants de gauche qui 
estiment avoir fait élire le jeune président de 39 ans, 
déplorent ces choix.   
    "Distribuer de l'argent public, c'est ce que certains 
attendent, notamment l'extrême gauche", estime Emmanuel Macron. 
    "Ils pensent que vous aidez les gens en leur donnant de 
l'argent", poursuit-il. "Mais c'est une erreur parce que ce 
n'est pas moi qui distribue l'argent, mais les futures 
générations. Donc, c'est mon devoir de dire : quelque chose doit 
changer." 
    Concernant la suppression de l'ISF, "contrairement à ce que 
certains prétendent, je ne fais pas cela pour aider les riches", 
indique Emmanuel Macron. "Mon prédécesseur a taxé les riches à 
un taux jamais égalé. Et qu'est ce qu'il s'est passé? Ils sont 
partis. Est-ce que le chômage a baissé? Non".     
 
 (Marine Pennetier, édité par Julie Carriat) 
 

9 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • M6406142
    14 octobre09:31

    GOEBBELS etait un amoureux de la communication aussi .

    Signaler un abus

  • M6406142
    14 octobre09:25

    Le cousin de l ile d yeu se prend pour dieu mais il n est pas dieu .

    Signaler un abus

  • M6406142
    14 octobre09:23

    D apres CONFUCIUS :Chercher a plaire aux hommes par des discours etudies et un exterieur compose est rarement signe de plenitude humaine .

    Signaler un abus

  • M6406142
    14 octobre09:19

    Le gamin parle mais personne ne l ecoute.

    Signaler un abus

  • M6406142
    14 octobre09:18

    D apres GABIN: Toute ma vie j ai dit je sais et arrive au crepuscule de ma vie je sais qu on ne sait jamais CA JE LE SAIS .

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

valeur

dernier

var.

DMS
1.095 0.00%
122.7 +0.53%
302.6 +2.23%
TF1
9.545 +2.30%
61192.34 -0.03%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.