Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Actualités

AIRBUS

97.84EUR
-0.14% 
Ouverture théorique 97.84
indice de référence CAC 40

NL0000235190 AIR

Euronext Paris données temps réel
Politique d'exécution
  • ouverture

    98.40

  • clôture veille

    97.98

  • + haut

    98.42

  • + bas

    97.37

  • volume

    2 456 175

  • valorisation

    75 772 MEUR

  • capital échangé

    0.32%

  • dernier échange

    18.05.18 / 17:35:22

  • Indice de référence

    CAC 40

  • limite à la baisse

    Qu'est-ce qu'une limite à la hausse/baisse ?

    Fermer

    91.97

  • limite à la hausse

    Qu'est-ce qu'une limite à la hausse/baisse ?

    Fermer

    103.70

  • Éligibilité

    SRD

    Qu'est-ce que le SRD ?

    Fermer
    PEA

    Qu'est-ce que le PEA ?

    Fermer

Autres places de cotation

Fermer
  • + Alerte

  • + Portefeuille

    Ajouter AIRBUS à un portefeuille virtuel

    Fermer
  • + Liste

    Ajouter AIRBUS à mes listes

    Fermer

France-Les retards de paiement touchent une entreprise sur trois

Reuters07/03/2016 à 17:55
    * Un tiers des entreprises concernées par un retard de 
paiement 
    * Perte de trésorerie de 16 mds pour les PME, 4 mds pour 
les ETI 
    * Bilan en demi-teinte pour le secteur public local et 
hospitalier 
 
    PARIS, 7 mars (Reuters) - Un tiers des entreprises 
françaises sont concernées par des retards de paiement, ces 
pratiques représentant une perte de trésorerie de 12 milliards 
d'euros, selon le rapport annuel de l'Observatoire des délais de 
paiement remis lundi au ministre de l'Economie Emmanuel Macron. 
    Cet organisme présidé par Jeanne-Marie Prost réunit des 
représentants des différentes organisations professionnelles, du 
secteur financier, ainsi que de la Banque de France, de la 
direction générale du Trésor et de la direction générale de la 
Concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes 
(DGCCRF). 
    L'observatoire dresse un état des lieux "contrasté" de la 
situation sur les deux dernières années.  
    La tendance de fond d'une baisse régulière des délais de 
paiement - qui s'est accentuée depuis l'entrée en vigueur de la 
loi de modernisation de l'économie (LME) en 2009 - s'est 
poursuivie sur cette période. 
    En moyenne, les délais de paiement clients et fournisseurs 
ont diminué d'un jour en 2014 pour s'établir respectivement à 44 
jours de chiffre d'affaires et 50 jours d'achats.  
    Mais une "forte dégradation" a été constatée entre mi-2014 
et mi-2015, "avec une multiplication des petits retards", avant 
une "relative stabilisation" au cours du second semestre 2015.   
    Malgré les progrès enregistrés depuis l'entrée en vigueur de 
la LME, "la proportion de retards s'est stabilisée à un niveau 
qui reste très élevé".    
     
    L'ÉTAT EN PROGRÈS 
    En 2014, 32% des entreprises ont enregistré un délai clients 
moyen supérieur au seuil légal maximal de 60 jours et 29% ont 
payé leurs fournisseurs au-delà de cette période. 
    Principales responsables de la situation: les grandes 
entreprises. Plus de la moitié d'entre elles règlent leurs 
fournisseurs avec retard, contre un tiers des PME. 
    "De même, les 'grands retards', supérieurs à deux mois, sont 
proportionnellement deux fois plus nombreux chez les grandes 
entreprises que chez les PME", relève l'observatoire. 
    L'impact financier des retards de paiement est loin d'être 
négligeable et une normalisation des pratiques permettrait de 
libérer 12 milliards d'euros de trésorerie. 
    "La persistance de nombreux comportements retardataires fait 
peser sur l'ensemble de l'économie un risque de multiplication 
des retards et des défaillances", mettent en garde les auteurs 
du rapport en évoquant un risque de contagion par effet domino. 
    De son côté, l'Etat continue de progresser en ce domaine, 
ayant fait passer son délai global de paiement moyen de 41,5 
jours en 2006 à 20 jours en 2009 puis 19,0 jours fin 2015. 
    Le constat est moins favorable pour les collectivités 
locales. Même si dans l'ensemble le délai moyen reste en-deçà du 
seuil légal, les régions et les villes de plus de 10.000 
habitants dépassent le plafond réglementaire de 30 jours.  
    Le ministre de l'Economie Emmanuel Macron a rappelé dans un 
communiqué accompagnant le rapport que la réduction des délais 
de paiement constituait une priorité du gouvernement. 
    La DGCCRF a pour la première fois publié cette année le nom 
de sociétés lourdement sanctionnées pour non respect des règles 
légales en la matière, comme les opérateurs télécoms SFR et 
Numericable  AIR.PA  Airbus Helicopters.    
    Cette action sera renforcée l'an prochain, avec un 
relèvement du plafond des amendes à deux millions d'euros 
(contre 375.000 euros à l'heure actuelle) et une généralisation 
de la publication des sanctions.  
    "Ces mesures seront intégrées au projet de loi sur la 
transparence de la vie économique", rappelle le ministre de 
l'Economie dans ce communiqué. Surnommé projet de loi "Sapin 2", 
ce texte sera présenté en conseil des ministre à la fin du mois. 
     
 
 (Myriam Rivet, édité par Yves Clarisse) 
 

Valeurs associées

-0.14%

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.