Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

France-Les procureurs s'alarment d'un manque de moyens

Reuters18/12/2015 à 13:44
    * Les procureurs de la République à bout 
    * Ils demandent à être reçus par Christiane Taubira 
 
    par Gérard Bon 
    PARIS, 18 décembre (Reuters) - Une large majorité des 
procureurs de la République appellent le gouvernement à se 
pencher sur la crise que traversent depuis des années les 
parquets de France et demandent à être reçus par la ministre de 
la Justice, Christiane Taubira. 
    Ils estiment que depuis leur précédent cri d'alarme en 2011, 
presque rien n'a été fait pour faire face à un manque de moyens 
humains, matériels et financiers, alors même que les missions de 
magistrats littéralement "au bout du rouleau" ne cessent de 
croître. 
    "Les parquets connaissent une véritable thrombose", a 
déclaré Thomas Pison, procureur de Nancy et président de la 
Conférence nationale des procureurs de la République (CNPR), qui 
a le soutien de 130 magistrats sur 167. 
    "Quatre ans après, il y a une aggravation de la crise", a 
ajouté lors d'une conférence de presse Marc Cinamonti, procureur 
de Lyon, pour qui les magistrats "ont le sentiment de ne pas 
être entendus".  
    Les procureurs, en première ligne dans la lutte contre le 
terrorisme, insistent sur le manque de moyens, soulignant que 
les renforts annoncés par François Hollande après les attentats 
du 13 novembre ne seront pas opérationnels avant deux ans. 
    Selon eux, 6,58% des postes de magistrats du parquet ne sont 
pas pourvus et la France compte 2,9 magistrats du parquet pour 
100.000 habitants, contre 12 en moyenne en Europe. 
    La CNPR déplore également le manque d'assistance des 
magistrats le soir et le week-end (secrétariat, greffe, etc.), 
ainsi qu'un matériel bureautique désuet et inadapté. Les 
portables attribués en 2014 fonctionneraient mal.  
     
    "SOUFFRANCE AU TRAVAIL" 
    Le coût de la justice est de 61 euros par an et par 
Français, contre 114 euros en Allemagne, ajoute-t-elle dans son 
dossier de presse. 
    Parallèlement, les procureurs dénoncent "l'inflation" des 
missions qui leur sont dévolues à la suite des réformes 
multiples de la procédure pénale et de celle de l'application 
des peines. 
    "Ils doivent animer de plus en plus d'instances 
partenariales avec les élus, les préfets et les représentants de 
différents ministères", souligne Thomas Pison. 
    Cette situation se traduirait par une tension extrême au 
sein des parquets, qui sont "la colonne vertébrale du système" 
judiciaire. "L'éponge ne peut plus absorber et crée une 
souffrance réelle au travail", ajoute le magistrat. 
    Pour Nathalie Beccache, procureur à Créteil (Val-de-Marne), 
c'est un "crève-coeur" pour les magistrats de devoir afficher 
ainsi publiquement leurs conditions de travail déplorables. 
    "Il y a une crise de l'institution judiciaire, mais au 
parquet elle est plus sensible, plus aiguë".  
    En conséquence, la CNPR réclame des mesures concrètes, à 
commencer par le recentrage des parquets sur leurs missions de 
base, l'action publique, la direction de la police judiciaire et 
la garantie des libertés. 
    Elle demande également une remise à niveau des budgets "au 
regard des standards européens", en particulier pour renforcer 
l'assistance des magistrats. 
    Enfin, les procureurs réclament une évolution du statut des 
magistrats du parquet afin de "renforcer son indépendance".    
 
 (Edité par Sophie Louet) 
 

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.