1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

France-Les milliards d'euros de coût du mouvement des "Gilets jaunes"
Reuters17/07/2019 à 14:05

    * Un rapport parlementaire tire un premier bilan
    * Un impact macroéconomique apparemment limité
    * Mais des situations dramatiques pour les commerçants
    * 46 millions de coûts pour les policiers et gendarmes

    PARIS, 17 juillet (Reuters) - Les violences commises en
marge du mouvement des "Gilets jaunes" ont eu des répercussions
désastreuses pour des pans entiers de l'économie française, qui
se chiffrent en milliards d'euros, selon un rapport
parlementaire publié mercredi.
    Globalement, le coût de la mobilisation ne dépasse pas les
0,1% du PIB au quatrième trimestre 2018 mais, selon les trois
auteurs principaux de ce "rapport d'étape", les données
macroéconomiques cachent des situations parfois dramatiques, en
particulier pour les petits commerçants de centre-ville.
    D'autant, insistent-ils, que ce "tremblement de terre" -
selon le mot du député et co-rapporteur Roland Lescure (La
République en marche) - aura des répliques dont on ne pourra
prendre la mesure que dans les mois à venir.
    "Qui a souffert ? Ce ne sont pas de grandes enseignes
internationales, qui ont eu deux samedis qui se sont mal
passés", a déclaré le co-rapporteur Jean-René Cazeneuve (LaRem)
lors d'une conférence de presse à l'Assemblée.
    "Ce sont vraiment les centres-villes et les plus faibles,
les plus fragiles qui ont été le plus impactés", a-t-il ajouté,
relevant là une conséquence paradoxale de ce mouvement présenté
comme l'incarnation de la France périphérique.
    Le document, rédigé à l'issue de deux mois de travaux de la
mission d'information ad hoc de l'Assemblée nationale, recense
les coûts directs, liés aux dégâts causés par les cortèges de
"Gilets jaunes" samedi après samedi, et les coûts indirects, dus
à un manque à gagner qui lui-même s'explique par la baisse de
fréquentation dans les commerces.
    
    175 MILLIONS D'EUROS DE DÉGÂTS POUR LES COMMERCES PARISIENS
    Les chiffres qu'il contient sont éloquents : 2 milliards
d'euros de perte de chiffre d'affaire évalués par les centres
commerciaux, 20 à 30 millions pour les seuls magasins Monoprix,
850 millions d'euros pour les cafés, hôtels et restaurants, 700
millions d'euros pour les entreprises de la réunion.
    Les dégradations commises sur les commerces parisiens ont
coûté 175 millions d'euros, celles sur l'Arc de Triomphe un
million d'euros, celles sur les agences bancaires dans toute la
France 15 millions d'euros et celles sur les radars automatiques
71 millions d'euros, là encore selon les auteurs du rapport.
    La mobilisation des policiers et gendarmes n'a pas non plus
été neutre pour les finances publiques : les heures
supplémentaires, les dégâts sur le matériel et le surcroît de
dépenses en essence représentent 46 millions d'euros.
    Les députés, qui déplorent l'image "entachée" de la France à
l'étranger, relèvent également la baisse de 2,5% de la
fréquentation touristique au premier trimestre 2019, après deux
années de croissance trimestrielle continue.
    En conséquence, la mission d'information formule six
propositions, comme la prolongation des mesures exceptionnelles
du gouvernement au bénéfice des entreprises les plus affectées
et la poursuite de "l'effort de revitalisation" des
centres-villes les plus touchés.
    Les "Gilets jaunes" ont rassemblé près de 300.000 personnes
le 17 novembre, premier jour du mouvement, puis la mobilisation
hebdomadaire s'est progressivement essoufflée, malgré quelques
accès de fièvre, jusqu'à devenir résiduelle aujourd'hui.

 (Simon Carraud)
 

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer