1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

France-Les mesures post-grand débat "s'étaleront dans le temps"
Reuters11/04/2019 à 10:43

    PARIS, 11 avril (Reuters) - Les mesures post-"grand débat"
national, qui seront annoncées dans les prochains jours par
Emmanuel Macron, seront faites de "compromis" et "s'étaleront
dans le temps", a indiqué jeudi la porte-parole du gouvernement,
Sibeth Ndiaye.
    "Dès lors que la sortie de ce grand débat ne peut pas se
résumer à quelques mesures symboliques, et qu'il s'agit vraiment
de changer le cadre de notre projet national, de toute évidence
ces réponses s'étaleront dans le temps", a déclaré l'ancienne
conseillère du chef de l'Etat à l'Elysée, sur CNews. 
    "Le président de la République aura à fixer un cap, aura à
fixer une stratégie, sans doute à faire peut-être des annonces
plus précises (...) et ensuite les ministres auront à décliner
les choses dans le temps", a-t-elle ajouté. 
    Emmanuel Macron, "lorsqu'il propose des solutions, c'est des
solutions qui résultent de compromis (....) les réponses à ce
grand débat ce ne seront pas des réponses à 66 millions de
demandes", a-t-elle souligné. "Ce qui fait nation, ce qui fait à
un moment donné que nous nous tenons debout ensemble c'est notre
capacité à réaliser des compromis."
    Le chef de l'Etat, a-t-elle poursuivi, "tiendra compte à la
fois des aspirations des Français mais aussi des difficultés qui
sont celles de notre pays".
    Cinq mois après le début des manifestations des "Gilets
jaunes" qui se sont mobilisés chaque samedi depuis le 17
novembre, l'exécutif, qui a misé sur le "grand débat" pour
déminer la crise, est attendu au tournant. 
    A l'issue de cette concertation à laquelle 1,5 million de
personnes ont participé selon les organisateurs, le Premier
ministre Edouard Philippe a promis cette semaine des mesures
"puissantes et concrètes". 
    Sans en dévoiler la teneur, le chef du gouvernement a
notamment cité quatre exigences : la baisse de la fiscalité,
renouer les liens avec les territoires, renforcer le lien
démocratique avec les citoyens et mieux répondre à l'urgence
climatique.
   La restitution du "grand débat" lundi et la prise de parole
du Premier ministre à l'Assemblée nationale mardi ont été
accueillies avec scepticisme et critiques par l'opposition qui a
dénoncé un "débat tronqué" (PCF) avec des questions "binaires et
bidonnées" (La France insoumise) ou encore des propos "vides de
sens" (Rassemblement national). 
    Le "grand débat" suscite également le scepticisme dans
l'opinion - selon un sondage Elabe, 79% des Français pensent que
la consultation citoyenne ne permettra pas à la France de sortir
de la crise politique qu'elle traverse depuis l'automne. 

 (Marine Pennetier et Julie Carriat, édité par Yves Clarisse)
 

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer