1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

France-Le taux du PFU sera bien de 30%-Le Maire
Reuters12/09/2017 à 10:15

    PARIS, 12 septembre (Reuters) - Le taux du futur prélèvement 
forfaitaire unique sur les revenus du capital sera bien de 30%, 
a déclaré mardi le ministre de l'Economie et des Finances Bruno 
Le Maire, écartant l'idée qu'il soit un peu plus élevé. 
    "Je veux le redire avec beaucoup de clarté. Il ne sera pas à 
31%, il ne sera pas à 32%, il sera à 30%", a-t-il dit sur Radio 
Classique. 
    Les documents publiés lundi par les services du Premier 
ministre à l'occasion d'un déplacement d'Edouard Philippe dans 
les Deux-Sèvres pour expliquer le plan d'action du gouvernement 
en faveur des entreprises mentionnaient encore un taux de PFU 
"de l'ordre de 30%".   
    Dans ce contexte, un taux légèrement supérieur à 30% était 
évoqué par certains au vu des difficultés à boucler un projet de 
budget 2018 de l'Etat permettant de tenir l'objectif d'un 
déficit public sous 3% du PIB, comme la France s'y est engagée 
envers ses pairs européens, tout en intégrant les promesses de 
baisses d'impôt d'Emmanuel Macron. 
    L'objectif de déficit sera tenu "quoi qu'il arrive", a 
déclaré Bruno Le Maire, "nous souhaitons respecter nos 
engagements européens pour préserver la qualité de la parole 
française" en Europe. 
    "C'est un vrai combat, c'est difficile", a poursuivi le 
ministre, en soulignant que cela avait déjà conduit le 
gouvernement à faire en deux temps la suppression des charges 
salariales sur l'assurance chômage et l'assurance maladie 
annoncée initialement en totalité pour le 1er janvier 2018. 
  
    Dans une interview publiée mardi par Les Echos, Bruno Le 
Maire souligne que les prélèvements sur les entreprises et les 
ménages auront baissé "d'environ 10 milliards" d'euros fin 2018, 
alors qu'Edouard Philippe évoquait encore un montant de 11 
milliards en juillet.   
    Dans la trajectoire des finances publiques présentée en 
juillet, le gouvernement a prévu de ramener le déficit public de 
la France à 2,7% en 2018, contre 3% en 2017. Il remonterait à 
2,9% en 2019, année où les entreprises bénéficieront encore du 
crédit d'impôt compétitivité emploi mais aussi en parallèle de 
la transformation de celui-ci en baisse de charges. 
    Pour atténuer l'impact de cette opération, chiffré à 
l'origine à 20 milliards d'euros pour les finances publiques, 
Edouard Philippe a confirmé lundi que le taux du CICE serait 
abaissé à 6% de la masse salariale des entreprises en 2018 
contre 7% cette année. 
 
 (Yann Le Guernigou, édité par Yves Clarisse) 
 

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer