Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

France-Le syndicalisme est "mortel", prévient Laurent Berger

Reuters03/11/2017 à 11:53
    PARIS, 3 novembre (Reuters) - "Le syndicalisme est mortel", 
prévient le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger, dans 
une mise garde lancée aux organisations syndicales contre le 
risque d'éclatement qu'ont vécu les partis politiques 
traditionnels en France.  
    "Je suis persuadé que le syndicalisme est mortel. Ce qu'il 
s'est passé pour les partis politiques traditionnels peut 
arriver aux syndicats", dit-il dans une interview publiée 
vendredi par Libération. 
    "Ce sera à nous de montrer que l'on est incontournables. Si 
on veut continuer à tenir notre place, il faudra être capable 
d'être fins et d'aller sur les bons sujets", a-t-il ajouté.  
    Les syndicats, qui ont tous affiché leur déception face à la 
réforme désormais adoptée du Code du travail, ne parviennent pas 
à s'entendre sur une ligne de conduite commune pour faire face 
au gouvernement.   
    La CGT et Force ouvrière, favorables à la mobilisation dans 
la rue, ont décidé de tenir une nouvelle journée de 
manifestations le 16 novembre prochain contre la politique 
sociale d'Emmanuel Macron qu'elles jugent trop libérale.  
    La CFDT, l'UNSA et la CFTC refusent encore de se joindre au 
mouvement de contestation, préférant envoyer une mise en garde 
au gouvernement sur les réformes à venir de l'apprentissage, la 
formation professionnelle et de l'assurance chômage.  
    Laurent Berger estime que descendre dans la rue à ce stade 
envoie un mauvais signe. 
    "Le vrai aveu de faiblesse, c'est d'aller dans la rue sans 
salariés, juste avec des militants et sans pouvoir peser sur le 
contenu", a-t-il dit au quotidien. "Je l'assume, je ne voulais 
pas une démonstration de faiblesse sur les ordonnances. Je ne 
voulais pas faire ce cadeau au gouvernement." 
    Les trois journées de manifestations organisées par la CGT 
et Solidaires, les 12 septembre, 23 septembre et 19 octobre ont 
affiché une mobilisation déclinante. Le mouvement de 
contestation est passé de 223.000 personnes le 12 septembre à 
seulement 37.700 le 19 octobre, selon la police.  
    "Je ne critique pas les autres options syndicales, mais on a 
intérêt à garder notre capacité de mobilisation pour d'autres 
moments", a dit Laurent Berger. "Ce qui fait la force d'une 
organisation syndicale, c'est sa présence sur le terrain auprès 
des salariés et sa capacité à construire des propositions et des 
contre-propositions". 
    "Toute autre force qui serait seulement de témoignage, sans 
pouvoir imposer un certain nombre de choses se retrouvera 
reléguée", a-t-il précisé.  
    Le syndicaliste a par ailleurs indiqué qu'il comptait bien 
se représenter lors du congrès de la CFDT en juin prochain.  
    "La durée moyenne à la tête de la CFDT, c'est une dizaine 
d'années. J'en serai à cinq, donc oui, je me représente", a-t-il 
dit au Parisien. "Je crois pouvoir encore apporter à nos 
combats".  
 
 (Caroline Pailliez, édité par Yves Clarisse) 
 

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.