1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

France-Le sort des salariés de GM&S scellé lundi
Reuters31/07/2017 à 05:00

    PARIS, 31 juillet (Reuters) - Le tribunal de commerce de 
Poitiers devrait se prononcer lundi sur la reprise de 
l'équipementier GM&S Industry, mettant fin à une série de 
rebondissements et d'interrogations sur le sort des 277 salariés 
de l'usine. 
    Le tribunal a reporté sa décision à trois reprises dans les 
dernières semaines pour laisser le temps aux acteurs du dossier 
de s'entendre sur une offre ferme, le candidat à la reprise, le 
groupe GMD, ayant accompagné sa proposition de clauses 
suspensives qui n'avaient pas été remplies lors des précédentes 
échéances.    
    Les clauses ont toutes été levées dans les derniers jours. 
    Le dirigeant du groupe GMD, Alain Martineau, qui réclamait 
la conclusion d'un bail sur les bâtiments de GM&S et l'adhésion 
des salariés au projet, a finalement annoncé qu'il achèterait 
lui-même les murs de l'usine. Il est aussi revenu sur sa demande 
d'adhésion du personnel.     
    Il a par ailleurs obtenu la garantie du gouvernement qu'il 
obtiendrait un fonds de 15 millions d'euros pour moderniser le 
site, troisième condition pour maintenir son offre, qui prévoit 
la reprise de 120 salariés sur 277.   
    Les salariés se sont montrés très réticents face à la 
proposition du groupe GMD, n'hésitant pas à bloquer les sites 
des constructeurs automobiles, PSA  PEUP.PA  et Renault 
 RENA.PA , les deux principaux donneurs d'ordres, pour faire 
pression sur les négociations.  
    "Les gens ne lui ont pas déroulé le tapis rouge", a dit à 
Reuters le délégué syndical CGT Yann Augras en référence à une 
rencontre tendue qui s'est déroulée jeudi entre Alain Martineau 
et les salariés de l'entreprise.  
    "Il veut arriver comme le sauveur des 120, mais les 157 
autres, ils vont faire quoi? Il n'y a aucune offre pour des 
indemnités supralégales. Il n'y a pas de garantie non plus que 
tout va bien se passer dans les années qui viendront", ajoute le 
salarié qui en est à son troisième redressement judiciaire.  
    Les salariés n'excluent pas de bloquer à nouveau l'usine à 
la rentrée.  
 
 (Caroline Pailliez, édité par Myriam Rivet) 
 

Valeurs associées

Euronext Paris +4.45%
Euronext Paris +1.54%

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer