Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Actualités

COFACE

9.99EUR
+0.91% 
Ouverture théorique 9.99

FR0010667147 COFA

Euronext Paris données temps réel
Politique d'exécution
  • ouverture

    9.90

  • clôture veille

    9.90

  • + haut

    10.02

  • + bas

    9.85

  • volume

    192 994

  • valorisation

    1 571 MEUR

  • capital échangé

    0.12%

  • dernier échange

    20.04.18 / 17:35:13

  • limite à la baisse

    Qu'est-ce qu'une limite à la hausse/baisse ?

    Fermer

    9.00

  • limite à la hausse

    Qu'est-ce qu'une limite à la hausse/baisse ?

    Fermer

    10.98

  • Éligibilité

    SRD

    Qu'est-ce que le SRD ?

    Fermer
    PEA

    Qu'est-ce que le PEA ?

    Fermer

Autres places de cotation

Fermer
  • + Alerte

  • + Portefeuille

    Ajouter COFACE à un portefeuille virtuel

    Fermer
  • + Liste

    Ajouter COFACE à mes listes

    Fermer

France-Le repli des défaillances d'entreprises se confirme

Reuters25/05/2016 à 12:51
    PARIS, 25 mai (Reuters) - Le cycle de normalisation des 
défaillances d'entreprises en France entamé en 2014 se poursuit 
et leur recul devrait atteindre 3,2% cette année, selon les 
données publiées mercredi par l'assureur-crédit Coface 
 COFA.PA . 
    A fin avril, le nombre cumulé sur douze mois des 
défaillances d'entreprises - redressements et liquidations 
judiciaires - s'élevait à 58.846, soit un recul de 4,3% sur un 
an. 
    Pour le seul premier trimestre 2016, le repli s'est avéré 
plus net, à 6%, le premier trimestre 2015 ayant été marqué par 
des défaillances plus nombreuses du fait des retards 
d'enregistrement liés au mouvement de grève dans les tribunaux 
de commerce en décembre 2014.  
    Malgré les réserves sur cet effet de base, les économistes 
de Coface soulignent une bonne dynamique, dans un contexte de 
reprise de l'économie. Ils anticipent pour cette année une 
poursuite de l'évolution positive de la croissance de l'économie 
française (+1,6%) et du redressement des marges des entreprises 
(qu'ils voient à 32,3% fin 2016).  
    La tendance positive se manifeste par la baisse du nombre de 
salariés concernés par les défaillances d'entreprises (-2,4% sur 
un an à fin avril, à 183.928 personnes) mais aussi le recul du 
coût total des défaillances, qui correspond à l'encours des 
dettes fournisseurs (-8,6% sur douze mois à fin avril, à 3,35 
milliards d'euros).  
    Sur le plan géographique, deux régions métropolitaines ont 
vu leur situation se dégrader au cours des douze derniers mois à 
fin avril 2016, l'Île-de-France (+3,0%) et le Centre-Val de 
Loire (+2,9%).  
    Si Euler Hermes a évoqué la semaine dernière un "probable 
effet attentats" qui aurait entraîné 290 défaillances 
d'entreprises franciliennes, les économistes de Coface 
relativisent une telle éventualité.  
    Au vu de l'évolution des secteurs concernés par les 
défaillances d'entreprises en Île-de-France entre octobre 2015 
et avril 2016, "ce ne sont probablement pas les attentats qui 
expliquent le chiffre de +3%", a déclaré Paul Chollet, 
économiste de l'assureur-crédit.  
    Au niveau national, la situation en termes de défaillances 
d'entreprises s'améliore pour l'ensemble des secteurs, à 
l'exception du textile (+3,4% en mars 2016), pénalisé par les 
difficultés de l'habillement, confronté à une concurrence 
exacerbée et à la croissance des ventes sur internet. 
    Cette amélioration se traduit par un reclassement du risque 
pour six secteurs, sur les douze suivis par Coface.  
    La distribution, soutenue par le dynamisme de la 
consommation des ménages, est devenue le premier secteur à 
intégrer la catégorie "risque faible" et la reprise dans le 
secteur de la construction (-6,8% à fin mars) a entraîné son 
transfert de la catégorie "risque très élevé" à celle du "risque 
élevé". 
    L'évaluation des secteurs de l'automobile, de la pharmacie, 
de la chimie et des transports a été améliorée, à "risque 
moyen".   
     
    L'étude de Coface: http://bit.ly/1OVW7Zw   
 
 (Myriam Rivet, édité par Yves Clarisse) 
 

Valeurs associées

+0.91%

Mes listes

valeur

dernier

var.

94.17 -0.07%
0.642 +0.31%
16.465 +0.34%
0.92 -4.91%
104 -0.86%
5.9 0.00%
1.278 0.00%
18.53 0.00%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.