Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Actualités

DANONE

64.97 EUR
-0.35% 
indice de référence CAC 40

FR0000120644 BN

Euronext Paris données temps réel
Politique d'exécution
  • ouverture

    65.00

  • clôture veille

    65.20

  • + haut

    65.23

  • + bas

    64.52

  • volume

    626 854

  • valorisation

    44 508 MEUR

  • capital échangé

    0.09%

  • dernier échange

    17.07.18 / 16:48:55

  • limite à la baisse

    Qu'est-ce qu'une limite à la hausse/baisse ?

    Fermer

    63.03

  • limite à la hausse

    Qu'est-ce qu'une limite à la hausse/baisse ?

    Fermer

    66.91

  • Éligibilité

    SRD

    Qu'est-ce que le SRD ?

    Fermer
    PEA

    Qu'est-ce que le PEA ?

    Fermer

Autres places de cotation

Fermer
  • + Alerte

    Créer une alerte sur le cours de la valeur DANONE

    Fermer
  • + Portefeuille

    Ajouter DANONE à un portefeuille virtuel

    Fermer
  • + Liste

    Ajouter DANONE à mes listes

    Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

France-Le gouvernement confirme la nouvelle fiscalité des entreprises

Reuters30/08/2017 à 21:04
    * Le taux d'IS commencera à baisser en 2019 
    * Seuls les gros contrats d'assurance vie assujettis au PFU 
    * Le CICE transformé en baisse de charges directe en 2019 
 
    JOUY-EN-JOSAS, Yvelines, 30 août (Reuters) - Le taux d'impôt 
sur les sociétés (IS) sera bien ramené à 25%, contre 33% à 
présent, d'ici 2022 en France, avec une première étape à 31% en 
2019, a annoncé mercredi le ministre de l'Economie et des 
Finances Bruno Le Maire. 
    En attendant, le taux de 28% pour les bénéfices inférieurs à 
500.000 euros sera bien mis en oeuvre dès l'an prochain et celui 
de 15% pour les petites et moyennes entreprises qui en 
bénéficient (moins de 7,6 millions d'euros de chiffre 
d'affaires) sera maintenu mais ne sera pas élargi à d'autres 
entreprises. 
    Le ministre a choisi l'université d'été du Medef à 
Jouy-en-Josas pour préciser les contours des réformes fiscales 
prévues par le gouvernement et inspirées du programme 
présidentiel d'Emmanuel Macron, avec un objectif central, 
"favoriser le risque et récompenser le travail". 
    S'agissant de l'IS, sa véritable baisse ne sera pas 
enclenchée avant 2019, le gouvernement devant déjà compenser 
l'an prochain l'impact des baisses de charges des entreprises et 
de la fiscalité sur les produits financiers tout en ramenant le 
déficit public à 2,7% du produit intérieur brut, soit 0,3 point 
de moins qu'à fin 2017. 
    De 31% en 2019, son taux passerait ensuite à 28% en 2020, 
puis 26,5% en 2021 et 25% en 2022, cette trajectoire, qui 
représente in fine un coût de 11 milliards d'euros pour l'Etat, 
devant être inscrite dans le projet de loi de finances pour 2018 
qui sera présenté fin septembre, a indiqué Bruno Le Maire. 
    S'agissant de la fiscalité du capital, le ministre a 
confirmé que l'immobilier considéré comme un outil de travail ne 
serait pas assujetti au nouvel impôt sur la fortune immobilière 
appelé à succéder à l'impôt de solidarité sur la fortune dès 
2018. 
    Quant au prélèvement forfaitaire unique (PFU) sur les 
revenus du capital, il sera aussi mis en oeuvre comme prévu l'an 
prochain, pour un taux de l'ordre de 30%, ce qui profitera à 
l'essentiel des produits financiers à l'exception notable de 
l'assurance vie, le placement préféré des Français, qui est 
moins taxée. 
     
    LA BASCULE DU CICE AURA BIEN LIEU 
    Le gouvernement, qui entend ainsi privilégier les placements 
plus risqués et favorables au financement des entreprises, ne 
modifiera toutefois la donne pour l'assurance vie que sur les 
contrats de plus de 150.000 euros et les seuls nouveaux 
versements, a précisé Bruno Le Maire. 
    Suivra bien en 2019 la transformation du Crédit d'impôt 
compétitivité emploi (CICE) en baisse de charges directe, un 
engagement d'Emmanuel Macron que le gouvernement a décalé d'un 
an pour des raisons budgétaires au vu du coût estimé de cette 
opération (20 milliards d'euros)  . 
    A l'heure où le patronat, surtout celui des PME, est plus 
tiède envers une mesure qu'il réclamait de longue date, Bruno Le 
Maire a souligné que cette bascule "garantit la pérennité de la 
baisse des charges" et donnerait plus de lisibilité sur le long 
terme. 
    "La sécurité fiscale est une garantie de la compétitivité de 
notre économie", a-t-il dit. 
    Le ministre a toutefois indiqué qu'il serait à l'écoute des 
petites et moyennes entreprises, qui s'inquiètent de l'impact de 
la transformation du CICE sur leur compte de résultat car elles 
ont à leur disposition moins d'outils d'optimisation fiscale que 
les grands groupes présents à l'international. 
    Il a par ailleurs confirmé que l'Etat commencerait "dans les 
prochaines semaines" à vendre des participations dans des 
entreprises du secteur concurrentiel pour alimenter un fonds de 
dix milliards d'euros dédié au financement de l'innovation. 
    Au niveau de la zone euro, il a indiqué que la France 
déposerait bien une proposition de taxation des Gafa, les grands 
groupes de l'économie numérique (Google, Amazon, Facebook, 
Apple) lors du prochain conseil des ministres des finances 
européens de Tallinn, comme annoncé au début de l'été, avec le 
soutien de plusieurs pays. 
    Elle fera également une proposition sur le contrôle des 
investissements stratégiques en Europe, un sujet sur lequel 
Paris pousse de concert avec l'Italie et l'Allemagne 
 . 
    "L'Europe doit être en mesure de défendre ses intérêts", 
a-t-il dit, "nous ne laisserons pas (...), qu'il s'agisse de 
Danone ou de n'importe quel autre groupe français stratégique, 
nous ne laisserons pas des prédateurs s'attaquer aux entreprises 
qui font le patrimoine économique de notre pays", a dit le 
ministre en présence du directeur général du groupe 
agroalimentaire, Emmanuel Faber.  
 
 (Yann Le Guernigou et Myriam Rivet, avec Leigh Thomas, édité 
par Elizabeth Pineau) 
 

Valeurs associées

-0.18%

Mes listes

valeur

dernier

var.

17.79 -2.84%
7.24 -0.82%
36.325 -0.11%
52.75 -0.08%
5.198 +1.29%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.