Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

France-Le débat sur une éco-contribution dans l'aérien resurgit
Reuters18/09/2020 à 16:55

PARIS, 18 septembre (Reuters) - La crise liée à l'épidémie de coronavirus remet en question l'instauration d'une éco-contribution dans le secteur aérien, une idée appuyée par la Convention citoyenne pour le climat qui fait débat au sein même du gouvernement.

Tandis que le ministère de l'Economie, tout comme celui des Transports, rejettent l'hypothèse d'une nouvelle taxe dans l'immédiat, la ministre de la Transition écologique insiste sur la nécessité de poursuivre la discussion sur un sujet qui s'inscrit dans le débat plus large de la difficulté de relever en même temps les défis économiques et écologiques.

"Quand un secteur est sous l'eau, vous ne lui plongez pas la tête encore plus profond", a déclaré vendredi sur Europe 1 le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, faisant remarquer que la proposition de la Convention a été faite en début d'année "à un moment qui n'était pas la crise d'aujourd'hui".

Après le bon score des candidats écologistes aux élections municipales du printemps, Emmanuel Macron a multiplié les signaux sur un possible "verdissement" de sa politique, à condition de ne pas entraver l'activité dans un contexte de crise.

Le ministre de d'Economie, Bruno Le Maire, a déclaré jeudi qu'il serait "complètement grotesque" d'instaurer de nouvelles taxes à un moment où l'État injecte 18 milliards d'euros pour empêcher le secteur aéronautique de s'effondrer.

Un responsable du ministère des Finances a déclaré vendredi qu'une telle idée n'était "plus une priorité".

L'entourage du ministre délégué aux Transports, Jean-Baptiste Djebbari, est aussi de cet avis, jugeant que taxer le secteur aérien "reviendrait à l'enterrer vivant".

Une position qui diffère toutefois de celle de sa ministre de tutelle, Barbara Pompili, pour qui la discussion doit se poursuivre dans la perspective du projet loi appelé à être débattu à l'Assemblée nationale début 2021.

"Il y a des concertations en cours sur toutes les mesures de la Convention qui ont vocation à être dans le projet de loi", a dit vendredi à Reuters l'entourage de l'ancienne militante écologiste, passée sous la bannière d'Emmanuel Macron avant l'élection présidentielle de 2017 et nommée ministre en juillet dernier.

"La ministre refuse de se prononcer tant que ces concertations ne sont pas terminées car on respecte l'avis des citoyens."

Matthieu Orphelin, député ex-LaRem aujourd'hui membre du groupe Ecologie Démocratie Solidarité (EDS), s'inquiète pour l'avenir des propositions citoyennes.

"Le président nous avait dit avant l'été que la plupart des propositions seraient mises en oeuvre et là le gouvernement multiplie les jokers", a-t-il dit à Reuters. "Je ne dis pas qu'il faut instaurer des milliards de taxes tout de suite mais on pourrait mettre en place des mesures progressives."

(Leigh Thomas et Elizabeth Pineau, édité par Jean-Michel Bélot)

Valeurs associées

Euronext Paris +1.01%

1 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • M1961G
    18 septembre17:13

    il faut après la crise du covid taxer les touristes qui sont responsables de la pollution et de la propagation des maladies .on a pas besoin d'1 tourisme de masse à paris et hidalgo devrait naturellement adhérer pour satisfaire la cop21.

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer