Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

France-Le climat des affaires au beau fixe

Reuters25/07/2017 à 13:08
    * L'optimisme des chefs d'entreprise au plus haut depuis six 
ans 
    * Du mieux perceptible dans tous le secteurs 
    * Un climat de bon augure pour la croissance du 3e trimestre 
 
 (Avec détails supplémentaires, commentaire d'économiste) 
    PARIS, 25 juillet (Reuters) - Le climat des affaires 
continue de progresser en France, évoluant à ses niveaux les 
plus élevés depuis six ans, voire d'avant crise dans certains 
secteurs, ce qui conforte l'accélération de la croissance 
attendue cette année. 
    Les données publiées mardi par l'Insee traduisent une 
poursuite en juillet de l'embellie amorcée fin 2016, et qui 
touche maintenant aussi bien les services que l'industrie, le 
bâtiment que le commerce de détail ou de gros. 
    L'indicateur global du climat des affaires, calculé à partir 
des réponses des chefs d'entreprise interrogés tous les mois par 
l'institut, progresse ainsi d'un point pour juillet à 108, un 
plus haut depuis juin 2011. Il se situe huit points au-dessus de 
sa moyenne de long terme, qui s'établit à 100. 
    Les indicateurs sectoriels sont également à leurs meilleurs 
niveaux depuis plusieurs années, que ce soit celui des services 
(juin 2011), du bâtiment (septembre 2008), du commerce de détail 
(décembre 2007) ou du commerce de détail (septembre 2007)). 
     Seul l'indicateur de l'industrie manufacturière fait du 
surplace ce mois-ci, mais sa marque de juin a été rehaussée d'un 
point et il évolue depuis trois mois à ses plus hauts depuis la 
fin du printemps 2011. 
     
     
    "Ce sont de bons chiffres, qui augurent bien de la 
croissance de l'économie française pour le troisième trimestre", 
estime Hélène Baudchon, économiste de BNP Paribas.  
    Selon elle, un indice du climat des affaires à 108 est 
cohérent avec un rythme de hausse trimestrielle du PIB de 
l'ordre de 0,5% à 0,6%, comme le prévoit d'ailleurs l'Insee. 
     
    GOULOTS DE PRODUCTION EN HAUSSE 
    Dans sa dernière note de conjoncture publiée fin juin 
 , l'institut tablait sur un PIB en hausse de 0,5% au 
troisième trimestre, soit le même rythme que celui attendu pour 
le deuxième trimestre, dont le chiffre sera connu vendredi, et 
que celui déjà enregistré au dernier trimestre 2016 et au 
premier trimestre 2017. 
    Sur cette base, avec juste un léger ralentissement attendu 
en fin d'année (+0,4% prévu au 4e trimestre), l'Insee anticipe 
que la croissance française atteindra 1,6% en 2017, soit 0,5 
point de plus qu'en 2016. 
    Dans le détail, les enquêtes de conjoncture de juillet de 
l'Insee traduisent un optimisme croissant des chefs d'entreprise 
français sur les perspectives générales d'évolution de 
l'économie, le niveau du solde correspondant atteignant même un 
plus haut depuis 2000 dans l'industrie manufacturière. 
    En plus d'une conjoncture internationale plus favorable, 
Hélène Baudchon estime que l'arrivée au pouvoir en France d'un 
nouveau gouvernement jugé favorable aux entreprises participe 
sans doute à ce regain d'optimisme du monde des affaires. 
    "Mais il faudra attendre quelques mois pour juger de 
l'ampleur d'un effet" Emmanuel Macron, dit-elle. "Les mesures 
difficiles ne sont pas encore prises, même si elles concerneront 
plus les ménages que les entreprises" à ce stade. 
    En attendant, pour les trois prochains mois, les chefs 
d'entreprise de l'industrie manufacturière restent optimistes 
sur la demande globale, qu'elle soit intérieure ou en provenance 
de l'étranger, qui leur sera adressée. 
    Ils ont signalé à l'Insee un taux d'utilisation de leurs 
capacités de production de 84,3%, en hausse de 0,4 point au 
cours des trois derniers mois et qui excède aujourd'hui sa 
moyenne de la période 1995-2007. 
    En conséquence, l'indicateur des goulots de production 
augmente et retrouve des niveaux du printemps 2008. 
    Par secteur, ce sont les matériels de transport, et plus 
particulièrement l'automobile, qui progressent le plus dans 
l'enquête mensuelle de juin sur l'industrie, alors que la 
métallurgie connaît une dégradation. 
    Dans les services, l'embellie est générale mais est plus 
marquée dans les transports et les activités immobilières.  
    Dans le bâtiment, l'opinion des entrepreneurs sur l'activité 
prévue n'a jamais été aussi élevée depuis début 2008. 
          
     
    Communiqués de l'Insee 
    Climat des affaires 
https://www.insee.fr/fr/statistiques/2907092 
    Industrie manufacturière  
https://www.insee.fr/fr/statistiques/2907108 
    Industrie manufacturière (enquête trimestrielle) 
https://www.insee.fr/fr/statistiques/2907114 
    Services https://www.insee.fr/fr/statistiques/2907084 
    Bâtiment https://www.insee.fr/fr/statistiques/2907014 
    Commerce de détail 
https://www.insee.fr/fr/statistiques/2907086 
    Commerce de gros  
https://www.insee.fr/fr/statistiques/2907098 
         
 Les indicateurs français en temps réel          ECONFR  
 Les indicateurs de la zone euro en temps réel   ECONEZ  
 Le point sur la conjoncture française           ECO/FR  
  
    <^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^ 
CLIMAT AFFAIRES IMG    http://reut.rs/1s6FxMh 
    ^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^> 
 (Yann Le Guernigou, édité par Yves Clarisse) 
  (Bien lire commerce de gros au §4) 
    * L'optimisme des chefs d'entreprise au plus haut depuis six 
ans 
    * Du mieux perceptible dans tous le secteurs 
    * Un climat de bon augure pour la croissance du 3e trimestre 
 
    PARIS, 25 juillet (Reuters) - Le climat des affaires 
continue de progresser en France, évoluant à ses niveaux les 
plus élevés depuis six ans, voire d'avant crise dans certains 
secteurs, ce qui conforte l'accélération de la croissance 
attendue cette année. 
    Les données publiées mardi par l'Insee traduisent une 
poursuite en juillet de l'embellie amorcée fin 2016, et qui 
touche maintenant aussi bien les services que l'industrie, le 
bâtiment que le commerce de détail ou de gros. 
    L'indicateur global du climat des affaires, calculé à partir 
des réponses des chefs d'entreprise interrogés tous les mois par 
l'institut, progresse ainsi d'un point pour juillet à 108, un 
plus haut depuis juin 2011. Il se situe huit points au-dessus de 
sa moyenne de long terme, qui s'établit à 100. 
    Les indicateurs sectoriels sont également à leurs meilleurs 
niveaux depuis plusieurs années, que ce soit celui des services 
(juin 2011), du bâtiment (septembre 2008), du commerce de détail 
(décembre 2007) ou du commerce de gros (septembre 2007). 
     Seul l'indicateur de l'industrie manufacturière fait du 
surplace ce mois-ci, mais sa marque de juin a été rehaussée d'un 
point et il évolue depuis trois mois à ses plus hauts depuis la 
fin du printemps 2011. 
     
     
    "Ce sont de bons chiffres, qui augurent bien de la 
croissance de l'économie française pour le troisième trimestre", 
estime Hélène Baudchon, économiste de BNP Paribas.  
    Selon elle, un indice du climat des affaires à 108 est 
cohérent avec un rythme de hausse trimestrielle du PIB de 
l'ordre de 0,5% à 0,6%, comme le prévoit d'ailleurs l'Insee. 
     
    GOULOTS DE PRODUCTION EN HAUSSE 
    Dans sa dernière note de conjoncture publiée fin juin 
 , l'institut tablait sur un PIB en hausse de 0,5% au 
troisième trimestre, soit le même rythme que celui attendu pour 
le deuxième trimestre, dont le chiffre sera connu vendredi, et 
que celui déjà enregistré au dernier trimestre 2016 et au 
premier trimestre 2017. 
    Sur cette base, avec juste un léger ralentissement attendu 
en fin d'année (+0,4% prévu au 4e trimestre), l'Insee anticipe 
que la croissance française atteindra 1,6% en 2017, soit 0,5 
point de plus qu'en 2016. 
    Dans le détail, les enquêtes de conjoncture de juillet de 
l'Insee traduisent un optimisme croissant des chefs d'entreprise 
français sur les perspectives générales d'évolution de 
l'économie, le niveau du solde correspondant atteignant même un 
plus haut depuis 2000 dans l'industrie manufacturière. 
    En plus d'une conjoncture internationale plus favorable, 
Hélène Baudchon estime que l'arrivée au pouvoir en France d'un 
nouveau gouvernement jugé favorable aux entreprises participe 
sans doute à ce regain d'optimisme du monde des affaires. 
    "Mais il faudra attendre quelques mois pour juger de 
l'ampleur d'un effet" Emmanuel Macron, dit-elle. "Les mesures 
difficiles ne sont pas encore prises, même si elles concerneront 
plus les ménages que les entreprises" à ce stade. 
    En attendant, pour les trois prochains mois, les chefs 
d'entreprise de l'industrie manufacturière restent optimistes 
sur la demande globale, qu'elle soit intérieure ou en provenance 
de l'étranger, qui leur sera adressée. 
    Ils ont signalé à l'Insee un taux d'utilisation de leurs 
capacités de production de 84,3%, en hausse de 0,4 point au 
cours des trois derniers mois et qui excède aujourd'hui sa 
moyenne de la période 1995-2007. 
    En conséquence, l'indicateur des goulots de production 
augmente et retrouve des niveaux du printemps 2008. 
    Par secteur, ce sont les matériels de transport, et plus 
particulièrement l'automobile, qui progressent le plus dans 
l'enquête mensuelle de juin sur l'industrie, alors que la 
métallurgie connaît une dégradation. 
    Dans les services, l'embellie est générale mais est plus 
marquée dans les transports et les activités immobilières.  
    Dans le bâtiment, l'opinion des entrepreneurs sur l'activité 
prévue n'a jamais été aussi élevée depuis début 2008. 
          
     
    Communiqués de l'Insee 
    Climat des affaires 
https://www.insee.fr/fr/statistiques/2907092 
    Industrie manufacturière  
https://www.insee.fr/fr/statistiques/2907108 
    Industrie manufacturière (enquête trimestrielle) 
https://www.insee.fr/fr/statistiques/2907114 
    Services https://www.insee.fr/fr/statistiques/2907084 
    Bâtiment https://www.insee.fr/fr/statistiques/2907014 
    Commerce de détail 
https://www.insee.fr/fr/statistiques/2907086 
    Commerce de gros  
https://www.insee.fr/fr/statistiques/2907098 
         
 Les indicateurs français en temps réel          ECONFR  
 Les indicateurs de la zone euro en temps réel   ECONEZ  
 Le point sur la conjoncture française           ECO/FR  
  
    <^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^ 
CLIMAT AFFAIRES IMG    http://reut.rs/1s6FxMh 
    ^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^> 
 (Yann Le Guernigou, édité par Yves Clarisse) 
 

Mes listes

valeur

dernier

var.

44.63 -0.62%
EDF
12.335 +0.82%
58.78 +0.27%
61.6 -0.87%
0.358 -2.59%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.