1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

France-Laurent Wauquiez fustige les diviseurs à droite
Reuters19/12/2017 à 13:32

    * Devant les députés LR, il vise Valérie Pécresse 
    * Il répète "tendre la main" à tous 
    * L'UDI exclut toute alliance avec LR 
    * Aucun élan dans l'opinion pour Wauquiez, selon Odoxa 
 
    PARIS, 19 décembre (Reuters) - Laurent Wauquiez, dont la 
ligne est vivement remise en cause à droite, a réaffirmé mardi 
tendre la main "à tout le monde" et, visant Valérie Pécresse, a 
dénoncé le choix de l'opposition interne comme "une profonde 
erreur". 
    Le président des Républicains, élu le 10 décembre avec près 
de 75% des voix à la tête d'un parti à reconstruire après la 
débâcle de la présidentielle et des législatives, s'est exprimé 
devant le groupe des députés LR. 
    "J'ai proposé à Valérie Pécresse la présidence du Conseil 
national. Elle m'a indiqué ne pas vouloir intégrer un collectif. 
La main reste tendue à tout le monde, mais je constate que 
certains préfèrent développer une opposition interne plutôt que 
de s'opposer ensemble à (Emmanuel) Macron", a-t-il dit aux élus, 
selon des propos rapportés par son entourage. 
    "C'est une profonde erreur car la droite ne supporte plus 
les divisions", a-t-il ajouté. 
    Valérie Pécresse, présidente du conseil régional 
d'Ile-de-France, a expliqué au Journal du Dimanche avoir choisi 
de rester à LR pour "peser et convaincre", contrairement à 
Xavier Bertrand, autre figure de la droite modérée, qui a 
annoncé son départ du parti au lendemain de l'élection de 
Laurent Wauquiez.   
    Pour Laurent Wauquiez, les vives critiques d'Emmanuel Macron 
à son encontre dimanche soir sur France 2 prouvent que la seule 
opposition qui compte est celle des Républicains. 
    Le chef de l'Etat a répliqué au président 
d'Auvergne-Rhône-Alpes - qui l'accuse d'avoir "la haine de la 
province" - en soulignant que "les gens qui s'opposent pour ou 
insulter ou décréter n'ont aucun intérêt". 
    "L'émission de Macron était intéressante sur un point : ceux 
sur qui ils tapent, c'est la droite, il a parfaitement compris 
que l'opposition c'était nous", s'est félicité Laurent Wauquiez 
devant les députés. 
     
    "DERIVE DROITIÈRE" 
    Ajoutant à l'isolement du dirigeant de LR, le président de 
l'UDI a confirmé mardi sur RTL exclure toute alliance avec 
Laurent Wauquiez, qui selon lui "radicalise" la vie politique 
française. 
    "Ceux à qui il tend la main, c'est d'abord ceux qui ont une 
obsession identitaire", a estimé Jean-Christophe Lagarde. Ces 
derniers mois, "les crèches de Noël dans les lieux publics, 
c'est l'essentiel de ce qu'on a entendu des Républicains", 
a-t-il estimé. 
    "Sa dérive droitière est de sa responsabilité. (...) Quand 
Xavier Bertrand claque la porte, quand Valérie Pécresse dit 'je 
ne suis pas d'accord avec Laurent Wauquiez', quand vous avez des 
élus locaux qui, les uns après les autres, disent 'je ne porte 
plus cela', vous n'allez pas demander à nous centristes d'être 
plus attachés à cette dérive". 
    "Il n'y a plus d'alliance possible au niveau national avec 
les Républicains", a-t-il souligné, tout en se disant prêt à 
"travailler avec des gens de droite qui sont compatibles avec 
nos valeurs, qui sont respectueux ou fidèles à la tradition qui 
a été celle de Jacques Chirac". Une invite à Valérie Pécresse et 
Xavier Bertrand. 
    Selon un sondage Odoxa pour la presse régionale, France 
Inter et l'Express diffusé mardi, Laurent Wauquiez peine à 
convaincre dans son camp et au-delà. 
    Pour les personnes interrogées, son élection n'est une bonne 
nouvelle ni pour Les Républicains (54% contre 44%), ni pour la 
droite (55% contre 43%), ni pour la France (59% contre 39%). 
    Il est devancé par Jean-Luc Mélenchon, chef de file de La 
France insoumise, dans le rôle de l'opposant numéro un à 
Emmanuel Macron : 38% contre 24%, à égalité avec Marine Le Pen. 
    Les Français lui préféreraient Xavier Bertrand (55% contre 
39%) comme candidat de la droite à l'élection présidentielle 
2022, tandis que Nicolas Sarkozy réintègre le palmarès des 
personnalités politiques préférées des Français à la deuxième 
place derrière Nicolas Hulot avec 31% d'opinions favorables 
alors que Laurent Wauquiez occupe la 14e place avec 19%. 
 
 (Sophie Louet, édité par Yves Clarisse) 
 

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer