1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

France-La position du PS critiquée par des députés socialistes
Reuters25/06/2017 à 17:38

    PARIS, 25 juin (Reuters) - Plusieurs députés socialistes ont 
critiqué dimanche la position officielle du Parti socialiste, 
choisie samedi soir en conseil national, de voter contre la 
confiance au gouvernement d'Edouard Philippe. 
    "Il va y avoir une cohabitation des lignes au sein du PS", a 
déclaré l'ancien porte-parole du gouvernement Stéphane Le Foll 
sur BFM TV. 
    Samedi, le conseil national du Parti socialiste a adopté une 
résolution plaçant "clairement" le parti dans l'opposition. 
  
    "Nous nous situons (...) clairement dans l'opposition au 
gouvernement d'Edouard Philippe. Nous ne voterons pas la 
confiance à ce gouvernement", indique cette résolution, votée 
par 85% des membres et qui n'interdit pas l'abstention. 
     Stéphane Le Foll, élu sans opposant de La République en 
marche face à lui, souhaite "faire évoluer" cette position afin 
que son parti "aille dans un certain sens, qui n'est pas une 
opposition radicale" au gouvernement. 
    Parmi les 31 députés socialistes élus dimanche dernier, 
certains vont plus loin et ont fait savoir qu'ils iraient contre 
l'avis du PS.  
    "Je souhaite voter la confiance au gouvernement", a annoncé 
dimanche le député Guillaume Garot sur franceinfo, qui se défend 
de donner un "chèque en blanc" à Emmanuel Macron. 
    "Pour peser, pour être exigeant il faut d'abord afficher un 
soutien clair mais un soutien toujours exigeant", s'est-il 
justifié. 
    Mardi dernier à la sortie d'un bureau politique, plusieurs 
membres appelaient à exclure les socialistes qui voteraient la 
confiance à Edouard Philippe, à l'image du sort réservé à 
l'ancien Premier ministre Manuel Valls.   
    "Si on commence à exclure au moment où l'on veut 
reconstruire, je pense qu'on ira pas très loin", a réagi 
dimanche Guillaume Garot. 
    Manuel Valls, élu sans l'étiquette socialiste ni celle de La 
République en marche malgré son appel à voter dès le premier 
tour de la présidentielle pour Emmanuel Macron, est pour 
l'instant inscrit comme député divers gauche. 
    L'ancien premier ministre devrait tout de même siéger dans 
un groupe "progressiste", selon Le Parisien.  
    Il retrouverait dans cette formation notamment des radicaux 
de gauche et un autre dissident socialiste, Olivier Falorni.  
 
 (Cyril Camu, édité par Yves Clarisse) 
 

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer