1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

France-La ministre du Travail atténue sa plainte sur les fuites

Reuters14/06/2017 à 16:19
    PARIS, 14 juin (Reuters) - La ministre du Travail, Muriel 
Pénicaud, qui avait déposé une plainte contre X pour vol et 
recel à la suite de la publication dans le quotidien Libération 
de documents issus de son administration, a retiré mercredi sa 
plainte pour recel.  
    Cet abandon signifie que la plainte ne vise plus le 
quotidien, même indirectement.  
    Libération a dit le 6 juin dernier avoir eu accès à trois 
textes issus de la Direction générale du travail qui détaillent 
les "réformes demandées par le cabinet".   
    Selon l'article, les mesures envisageaient de donner 
davantage de pouvoirs aux entreprises en les laissant, par 
exemple, négocier les critères de licenciement des salariés.  
    La ministre a porté plainte trois jours plus tard et 
souligné que ce document ne reflétait pas ses projets. 
     "L'administration du ministère de Travail a décidé de 
porter plainte contre X, parce que ça porte atteinte à 
l'honneur, à l'intégrité de toute l'administration", avait 
déclaré Muriel Pénicaud.   
    Elle a ajouté avoir visé "quelques personnes qui ont 
enfreint la loi, qui ont [violé le] secret professionnel, qui 
ont volé ou divulgué des documents". 
    Le quotidien avait dénoncé la procédure. 
    "On doit choisir entre la transparence du débat public et le 
secret dont tout pouvoir cherche à s'entourer. La ministre a 
choisi. Elle exige le secret. Quitte, pour l'obtenir, à recourir 
immédiatement à l'arme ultime, la répression judiciaire", a 
écrit le journal. 
 
 (Caroline Pailliez, édité par Yves Clarisse) 
 

1 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • M5062559
    14 juin16:32

    Avec tout les trotskistes et les staliniens qui sont présents au ministère du travail, tout les documents peuvent être divulgués à n'importe quel moment. Ces gens là n'ont aucune conscience professionnelle. Et libé touche 5 millions d'euros de subventions de l'état.

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

21.08 +1.93%
3153.91 +1.21%
19.51 +0.75%
9.56 +0.90%

Les Risques en Bourse

Fermer