1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

France-La majorité n'exclut pas un texte sur la fin du glyphosate
Reuters31/05/2018 à 11:11

    PARIS, 31 mai (Reuters) - L'interdiction du glyphosate
pourrait finalement être inscrite dans la loi si le gouvernement
ne voit pas d'avancées d'ici un an et demi ou deux ans, a
annoncé jeudi le secrétaire d'Etat aux Relations avec le
Parlement, Christophe Castaner.
    Le sujet, discuté mardi lors de l'examen du projet de loi
sur l'agriculture et l'alimentation à l'Assemblée nationale, a
créé des remous dans la majorité et au gouvernement, partagés
entre la ligne de Nicolas Hulot et celle de Stéphane Travert.
    Le ministre de la Transition écologique, relayé à
l'Assemblée par le député Matthieu Orphelin, voulait que la fin
du glyphosate apparaisse dans le texte mais c'est son alter ego
à l'Agriculture qui a eu gain de cause.  
    "Parce que j'ai entendu Matthieu Orphelin, parce que j'ai
entendu Nicolas Hulot et qu'il faut aussi rassurer les Français
qui doutent sur ce sujet-là, je souhaite que nous mettions en
place un groupe de travail qui va surveiller (...)
l'opérationnalité des propositions", a déclaré Christophe
Castaner, également numéro un du parti présidentiel, sur BFM TV.
    Mais, a-t-il ajouté, "si à l'échéance de 24 mois, de 18
mois, il n'y a pas d'avancées supplémentaires, (...) je
soutiendrai les députés de La République en marche pour déposer
une proposition de loi qui écriront dans la loi l'interdiction à
trois ans".
    Le bannissement sous trois ans de cet herbicide soupçonné
d'avoir des effets cancérigènes est une promesse d'Emmanuel
Macron. 
    Le Premier ministre, Edouard Philippe, a assuré mercredi que
cet engagement serait tenu tout en précisant que la fin du
glyphosate, composant du Roundup de Monsanto  MON.N , dépendait
d'abord d'un changement de pratiques plutôt que d'un texte de
loi.  

 (Simon Carraud, édité par Yves Clarisse)
 

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer