Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

France-La limitation du nombre de conseillers gouvernementaux passe mal

Reuters19/06/2017 à 18:36
    * Certains gros ministères sous tension 
    * Possibles nouvelles nominations après les législatives 
    * Une règle révisée sous les précédents quinquennats 
 
    PARIS, 19 juin (Reuters) - "Pas tenable" : le nombre limité 
de conseillers dans les cabinets des ministres, une règle fixée 
par quasiment tous les chefs de l'Etat en début de mandat avant 
d'être abandonnée en cours de route, fait grincer des dents en 
ce début de présidence d'Emmanuel Macron, notamment au sein des 
gros ministères.  
    Face à une situation "sous tension", l'entourage du chef de 
l'Etat a laissé entendre la semaine dernière que le remaniement 
qui suivrait les législatives pourrait être l'occasion de la 
création de nouveaux secrétaires d'Etat afin de "soulager" 
certains ministères.    
    L'idée n'est pas "de faire plaisir, on n'envoie pas des 
messages, on veut de l'efficacité", souligne-t-on à l'Elysée, où 
l'on refuse de préciser le nom des ministères qui pourraient 
être concernés. 
    La réduction "massive des effectifs des cabinets" avait été 
évoquée en février, pendant la campagne présidentielle, par 
Emmanuel Macron. Dans un entretien aux Echos, l'ancien ministre 
de l'Economie indiquait vouloir les ramener autour "de cinq 
personnes afin que les ministres s'appuient davantage sur leur 
administration". 
    Cinq jours après son investiture officielle, le président 
fixait cette règle par décret : dix membres maximum pour un 
cabinet d'un ministre, huit pour un ministre délégué et cinq 
pour un secrétaire d'Etat.  
    Une disposition du décret précisait que nul ne pourrait 
exercer "des tâches au sein d'un cabinet ministériel s'il ne 
figure pas sur l'arrêté de nomination qui aura été soumis au 
premier ministre", une mesure visant à empêcher l'emploi de 
chargés de mission permettant de dépasser le plafond autorisé.  
    Et selon un décret publié dimanche au Journal Officiel, 
l'Elysée et Matignon se partageront désormais une dizaine de 
conseillers.  
     
    BERCY DANS LA LIGNE DE MIRE 
    Dans les faits, Bercy apparaît comme l'un des bénéficiaires 
les plus probables du remaniement gouvernemental.  
    A l'heure actuelle, Bruno Le Maire et Gérald Darmanin 
s'appuient sur des équipes bien plus réduites que celles de 
leurs prédécesseurs, malgré des attributions plus vastes. 
    Le cabinet de Michel Sapin, prédécesseur de Bruno Le Maire 
au poste de ministre de l'Economie et des Finances, se composait 
d'une trentaine de personnes. Et les questions industrielles et 
celles relevant du commerce et de l'artisanat étaient alors 
gérées par deux secrétariats d'Etat distincts.  
    Quant à Gérald Darmanin, ministre de l'Action et des comptes 
publics, son champ d'action recouvre non seulement le budget 
mais reprend aussi la fonction publique et la réforme de l'Etat, 
qui bénéficiaient de ministères dédiés lors du précédent 
quinquennat.  
    Le seul cabinet de l'ex-secrétaire d'Etat au Budget 
Christian Eckert comptait quinze collaborateurs.  
    Ironie de l'histoire, Emmanuel Macron, qui préconise 
aujourd'hui une réduction drastique des effectifs, comptait 
quelque 25 conseillers ministériels dans son cabinet en 2016 
avant de démissionner pour lancer son mouvement En Marche!       
    Au Quai d'Orsay, la réduction de la taille du cabinet se 
traduit par une surcharge de travail pour les conseillers. Là où 
il y aurait eu un conseiller pour chaque région, un conseiller 
peut désormais avoir à s'occuper de plus d'une région, par 
exemple Proche-Orient et Amériques.  
    "C'est intéressant de travailler en équipe resserrée", 
reconnaît toutefois un conseiller. "On doit compter beaucoup 
plus sur l'administration ce qui n'était pas toujours le cas 
dans les précédent cabinets. C'est devenu indispensable. Mais je 
ne cache pas le fait qu'il y a plus de travail".  
     
    PERTE D'IMPULSION ? 
    La limitation du nombre de conseillers au sein des cabinets 
ministériels n'est pas une idée nouvelle. En 1948 déjà, un 
décret limitait le nombre de membres de cabinets à dix. 
    Plus récemment, François Hollande s'était fixé comme 
objectif de ne pas dépasser quinze conseillers par ministre et 
dix par secrétaire d'Etat. Une étude du député socialiste René 
Dosière, publié en 2016, montrait que plus de 40% des ministres 
et secrétaires d'Etat dépassaient cet effectif.  
    "Pour info, la limitation des membres de cabinet, ça 
signifie en fait que le ministre perd de sa capacité politique 
d'impulsion et de suivi", estimait le mois dernier l'ancienne 
ministre du Logement Cécile Duflot, sur Twitter.  
    "En résumé ça pousse à transformer les ministres en poupées 
à inaugurer et signer des parapheurs. La machine techno tourne 
toute seule", ajoutait-elle.  
 
 (Marine Pennetier, Myriam Rivet et John Irish, édité par Yves 
Clarisse) 
 

Mes listes

valeur

dernier

var.

3.1 -0.96%
0.822 +0.74%
CGG
2.146 -1.83%
1.164 -0.15%
1.194 -0.50%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.