1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

France-La justice ordonne l'évacuation des occupants de Montpellier 3
Reuters18/04/2018 à 15:30

    PARIS, 18 avril (Reuters) - Le tribunal administratif de
Montpellier (Hérault) a ordonné mercredi aux occupants de
l'université Paul-Valéry, foyer de la contestation étudiante
contre la réforme de l'accès aux études universitaires, de
libérer les lieux "sans délais".
    Saisi le 12 avril d'une requête en ce sens de la présidence
de Paul-Valéry-Montpellier 3, le tribunal considère que ces
étudiants grévistes rejoints par des personnes extérieures au
campus occupent "sans droit ni titre" ces locaux universitaires.
    S'ils ne libèrent pas les lieux, "le président de
l'université Paul Valéry-Montpellier 3 pourra procéder d'office
à leur expulsion", ajoute le tribunal dans son ordonnance.
    Cela signifie que la présidence de l'université pourra alors
avoir recours aux forces de police, a précisé à Reuters la
vice-présidente du conseil d'administration, Maud
Morlaas-Courties.
    Elle évalue à une cinquantaine le nombre d'occupants
permanents, qui peut aller jusqu'à environ 150. "Ce soir, ils
ont prévu une assemblée générale et une manifestation non
autorisée sur la 'convergence' des luttes, donc nous risquons
d'avoir beaucoup de monde aujourd'hui", a-t-elle ajouté. 
    Le tribunal a également rejeté une demande, formulée par les
organisations Solidaires Etudiant-e-s et Sud Education, de
suspension des examens à distance organisés par la direction de
l'université, faute de pouvoir les assurer sur le campus.
    Le président de Montpellier 3, Patrick Gilli, s'est félicité
dans un communiqué que cette décision reconnaisse le bien fondé
des dispositions d'urgence prises par l'université.
    La salle des serveurs informatiques de Montpellier 3 a été
vandalisée la semaine dernière, ce qui a entraîné la suspension
de facto des examens organisés sur internet pour contourner
l'occupation des bâtiments universitaires.

 (Emmanuel Jarry, édité par Yves Clarisse)
 

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer