Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

France-La haute plaisance soigne son luxe à La Ciotat

Reuters13/03/2015 à 13:59

* Les yachts de luxe font les beaux jours de l'ancien chantier * La Ciotat est le leader européen de la maintenance * Un millier de yachts de grand luxe en circulation en 2034 par Jean-François Rosnoblet LA CIOTAT, Bouches-du-Rhône, 13 mars (Reuters) - Sur les ruines d'un des derniers bastions de la construction navale en France, le site de La Ciotat s'est fait une spécialité de l'entretien des méga-yachts au point de devenir le leader européen sur ce marché de niche particulièrement rémunérateur. L'ancienne cité ouvrière, qui comptait encore 5.000 salariés sur le chantier naval de la Normed, près de Marseille, à sa fermeture en 1988, cajole aujourd'hui les milliardaires. Avec l'essor des pays émergents, la flotte des yachts de plus de 30 mètres a quasiment quadruplé en trente ans, passant de 1.081 en 1985 à plus de 4.600 aujourd'hui. "On compte près de 5.000 yachts en circulation dans le monde, pour moitié basés aux Caraïbes, pour moitié stationnés en Méditerranée", dit Jean-Philippe Mignard, directeur général de Semidep, la société publique gestionnaire du site. La moitié de ces yachts naviguent régulièrement entre Monaco et Saint-Tropez, à quelques milles de l'ancien bastion communiste, et ne poussent jamais l'aventure au-delà d'un tour de Corse ou de Sardaigne. Le marché reste pourtant prospère avec 734 unités supplémentaires en construction pour une marge de progression des yachts de luxe de plus de 30 mètres estimée à 15% en 2018. "C'est un marché qui ne ralentit pas avec un chiffre d'affaires de la grande plaisance en pleine expansion", résume le dirigeant. Un marché d'autant plus florissant que ces grandes unités sont assujetties à une obligation de contrôle régulier pour la couverture des polices d'assurances. On estime qu'un yacht de 40 m nécessite en moyenne 1,3 million d'euros pour sa maintenance annuelle. Pour les unités de plus de 80 mètres, il atteint 5,6 millions d'euros par an. En moyenne, les sommes allouées pour les travaux sur un yacht de moins de 45 mètres lors d'une escale technique aux chantiers de La Ciotat se chiffrent à 300.000 euros. Elles peuvent atteindre le million d'euros pour une unité comprise entre 40 et 80m, trois millions pour celles de plus de 80m. TAILLE XXL L'an dernier, le site a accueilli 400 escales techniques et a procédé à 250 mises à sec pour un chiffre d'affaires global de 90 millions d'euros. Les 42 entreprises installées sur le périmètre des anciens chantiers navals regroupent les meilleurs artisans du secteur pour satisfaire les exigences de ces clients fortunés. Elles emploient plus de 600 personnes et font travailler 200 sociétés sous-traitantes. Les dernières arrivées, au mois de janvier, sont deux poids lourds de l'industrie marine : Alewijnse Marine Systems, spécialiste néerlandais de l'électronique embarquée, et l'entreprise de luxe allemande Oldenburger. Promis au départ aux aménageurs qui voulant en faire une simple marina, l'ancien chantier naval est ainsi devenu en une décennie le premier pôle de maintenance et de réparation pour la moyenne et haute plaisance en Europe, un des premiers au monde. Ses 34 hectares permettent l'accueil à sec d'une cinquantaine de bateaux, contre seulement une dizaine pour le port de Barcelone (Espagne), le principal concurrent du site français avec Gênes (Italie). Pour maintenir son leadership sur un segment à forte plus-value, La Ciotat se positionne aujourd'hui sur le marché des yachts de plus de 70 mètres de long, qui peuvent peser plus de 2.000 tonnes. Un programme d'investissement de 100 millions d'euros sur 20 ans a été lancé pour moderniser le site et l'adapter notamment à ces navires aux dimensions particulièrement lourds et difficiles à manier. "C'est le segment qui progresse le plus. Pour une centaine d'unités en circulation dans le monde, on en compte 88 en construction ou en commande, et on s'attend à une flotte d'un millier de bateaux à l'horizon 2034", dit Jean-Philippe Mignard. L'Azzam, qui bat pavillon des Emirats arabes unis, est depuis 2013 le plus grand yacht privé en navigation avec ses 186 mètres de long et son réservoir capable d'embarquer un million de litre de carburant. (Edité par Yves Clarisse)


Mes listes

valeur

dernier

var.

45 +0.94%
5391.64 +0.21%
1.2 +0.04%
5.345 -8.40%
34.34 -0.03%
7.8 +1.30%
43.675 +0.29%
7.54 -0.40%
83.74 +0.50%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.