1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

France-La droite déplore une justice "spectacle" pour Sarkozy

Reuters21/03/2018 à 09:50
    * La garde à vue de l'ancien président a repris
    * "Pourquoi tout ce spectacle?", s'interroge Raffarin
    * Ce n'est pas "un individu dangereux", dit Calmels
    * Marine Le Pen s'interroge sur la neutralité du juge
Tournaire

    PARIS, 21 mars (Reuters) - L'ancien Premier ministre
Jean-Pierre Raffarin a dénoncé mercredi une mise en scène
"spectaculaire" de la garde à vue de Nicolas Sarkozy, regrettant
avec d'autres responsables de droite que la justice ne soit pas
"sereine" dans les dossiers politiques.
    L'audition de l'ancien chef de l'Etat a repris mercredi
matin à 08h00 (07h00 GMT) dans le cadre de l'enquête sur le
présumé financement libyen de sa campagne électorale de 2007,
a-t-on appris de source proche de l'enquête.  
    "Dans les affaires politiques, notre justice ne semble pas
sereine", a réagi sur franceinfo Jean-Pierre Raffarin, qui s'est
retiré en 2017 de la vie politique française.
    "Pourquoi tout ce spectacle?", s'est-il interrogé, précisant
qu'il avait "décidé de ne pas avoir de doutes sur l'innocence"
de Nicolas Sarkozy.
    L'ancien président a regagné son domicile peu après minuit
dans la nuit de mardi à mercredi à l'issue d'une première
journée d'audition et a repris le chemin des locaux de la police
judiciaire de Nanterre (Hauts-de-Seine) mercredi matin après
07h30 (06h30 GMT) sous l'oeil des photographes et caméramen.
    "La justice ne gagne rien à être spectaculaire", a jugé
Jean-Pierre Raffarin. "On peut interroger les gens à des heures
raisonnables, normales".
    "La justice apparaît nerveuse et ça, c'est pas bon pour la
République", a-t-il souligné. Pourquoi, a-t-il insisté, "vouloir
humilier les gens pour pouvoir les juger".
    La présidente LR d'Ile-de-France Valérie Pécresse, qui fut
ministre de Nicolas Sarkozy, a dit sur LCI se "méfier beaucoup
du tribunal public et médiatique".
    "Je fais partie des Français qui sont indignés par ce qui
s'apparente à de la justice spectacle", a déclaré pour sa part
sur RTL Christian Jacob, président du groupe LR à l'Assemblée.
    
    MARINE LE PEN "CHOQUÉE"
    "Nicolas Sarkozy a toujours affiché sa totale disponibilité
auprès de la justice française, et a toujours démenti point par
point tout ce qui lui a été reproché. On parle des comptes de la
campagne de 2007. Ils ont été validés par la commission des
comptes de campagne", a-t-il fait valoir.
    Virginie Calmels, vice-présidente des Républicains, s'est
interrogée sur France Inter sur la pertinence d'une garde à vue
pour l'ancien président.
    Tout en affirmant qu'il était "un justiciable comme un
autre", elle a rappelé la nécessité, selon elle, de "respecter
le statut de président de la République, la personne et le
contexte".
    "On n'est pas sur un individu dangereux, un individu qui
pourrait s'enfuir", a-t-elle commenté, ajoutant que "beaucoup
d'affaires" le visant s'étaient traduites "à la fin par rien".
    Nicolas Dupont-Aignan, président de "Debout la France", a
souhaité sur BFM TV que la justice "ne mette pas en scène des
procédures contre des hommes politiques de droite".
    Marine Le Pen, présidente du Front national, a jugé
"éminemment dérangeant" que Serge Tournaire, l'un des trois
juges d'instruction chargés du dossier, soit "toujours" désigné
dès qu'il s'agit de Nicolas Sarkozy.
    Le magistrat a renvoyé en février 2017 l'ancien président
devant le tribunal correctionnel dans l'affaire Bygmalion.
    "Nicolas Sarkozy est quelqu'un que j'ai beaucoup combattu
sur le plan politique. Je suis choquée en tant qu'avocate que,
quelle que soit l'affaire qui touche Nicolas Sarkozy, (...)
c'est toujours le même juge d'instruction qui est désigné", a
dit Marine Le Pen sur Radio Classique.
    "Je considère que ça crée un problème et que ça crée un
soupçon sur la neutralité de ce magistrat", a-t-elle ajouté.
    Interrogée sur l'affaire, la ministre de la Justice Nicole
Belloubet a dit sur France 2 souhaiter "s'en tenir, vraiment, à
une stricte neutralité".

 (Sophie Louet, édité par Yves Clarisse)
 

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.